Liens d'accessibilité

Démarrage des procès relatifs au coup d’Etat manqué au Burkina au 20 décembre


Alioun Zanré, commissaire du gouvernement près du tribunal militaire, Ouagadougou, Burkina Faso, 8 décembre 2016. (VOA/Zoumana Wonogo).

Les procès des dossiers liés au coup d'Etat manqué au Burkina Faso démarreront le 20 décembre 2016, annonce Alioun Zanré le commissaire du gouvernement près le tribunal militaire à Ouagadougou.

Le dossier Ouédraogo Madi sera le premier à être traité, a déclaré M. Zanré au cours d’un point de presse.

"L’ensemble de dossiers avancent bien. Avec la disponibilité des juges, nous avons obtenu d’eux qu’ils commencent les premières audiences dès le mardi 20 décembre avec le ‘dossier Ouédraogo Madi et plus de 40 autres’", a affirmé le commissaire du gouvernement.

"Beaucoup de difficultés sont venues donc miner l’avancement de ces dossiers", a-t-il expliqué.

Parmi ces difficultés, M. Zanré a cité le fait que le juge d’instruction du tribunal de Grandes Instances de Ouagadougou, s’était déclaré incompétents en août 2016.

Malgré l’injonction du gouvernement de poursuivre la procédure, le nouveau juge d’instruction s’est buté au fait qu’un parlementaire était impliqué.

Le parquet a dû demander la levée de l’immunité du concerné.

Le rapport des experts sur les écoutes téléphoniques n’est finalement tombé que lundi 5 décembre, a indiqué M. Zanré, expliquant pourquoi les dossiers tirent en longueur.

Les écoutes téléphoniques concernent principalement le général Gilbert Diendéré, chef de file de putschiste.

Quant à l'affaire Thomas Sankara, M. Zanré, a révélé que l'analyse de l’ADN exige plus temps que prevu, selon l’expert espagnol qui en a la charge.

Reportage de Zoumana Wonogo à Ouagadougou

XS
SM
MD
LG