Liens d'accessibilité

Décès d'un grand cheikh soufi au Maroc


Les membres du groupe Soufi, Abdenbi El Gadari, lors d'un spectacle livré dans le cadre du festival musical Gnaoua à Essaouira, 21 juin 2017

Le chef de l'une des plus grandes confréries soufies du Maroc, la Zaouia Boutchichiya, qui compte des dizaines de milliers d'adeptes dans le pays et à l'étranger, est décédé mercredi, a-t-on appris de source officielle.

Cheikh Sidi Hamza al-Qadiri al-Boutchichi est décédé à l'âge de 95 ans à Oujda (nord-est). Il sera inhumé jeudi dans son fief de Madagh --où se trouve sa confrérie-- à une quarantaine de km au nord d'Oujda, ont rapporté les médias d'Etat.

Considéré comme un "maître vivant" par ses disciples, adulé pour sa sagesse et sa bonté, Sidi Hamza dirigeait la confrérie Boutchichiya depuis 1972. Il était un descendant du prophète et surtout d'une longue lignée de maîtres spirituels de la voie soufie.

Il avait désigné son fils aîné, Sidi Jamal, pour lui succéder, selon un porte-parole de la confrérie, Mounir Al Boutchichi, cité par la presse locale.

Ces dernières années, des visiteurs du monde entier venaient entendre les enseignements de Sidi Hamza dans la petite localité de Madagh, où il recevait, affaibli et alité.

Tous les ans, des dizaines de milliers de personnes convergent vers Madagh à l'occasion du Mawlid Annabaoui (la naissance du prophète Mahomet, NDLR).

Tradition ésotérique de l'islam, souvent méconnu du grand public, le soufisme est en opposition avec le formalisme des salafistes, wahhabites et autres tenants d'un islam rigoriste.

Avec des centaines de millions d'adeptes dans le monde, il imprègne la culture populaire dans de nombreux pays, en particulier au Maroc. Le rappeur français Abd al Malik est l'un de ses adeptes et chantait ses louanges dans son album "Gibraltar".

Le soufisme se veut le "coeur" de l'islam, sa voie spirituelle, un chemin initiatique de transformation intérieure où la connaissance de soi conduit à celle de l'autre et à celle de Dieu.

Pour les soufis, Dieu est à la fois proche et inaccessible. Il est un trésor caché dont on trouve le signe au cœur de tous les êtres. Guidé par un maître, l'élève soufi veut retrouver cette réalité divine, oublier son ego pour se perdre dans l'amour de Dieu.

Il pourra y parvenir par des exercices spécifiques, comme l'étude du Coran, mais aussi les chants (samaa), les danses et le dhikr (invocations divines), avec ses transes spectaculaires.

La Shadhiliya, la Tijaniya, la Naqshbandiya et la Qadiriya figurent parmi les confréries les plus connues. Le soufisme est présent au Maghreb, en Afrique sub-saharienne, en Anatolie, au Moyen-Orient ainsi qu'en Asie Centrale.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG