Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

De nouvelles mesures sécuritaires antijihadistes dans l'Ouest

L'ouverture de la 35eme session du comité exécutif de l'Union Africaine

Les autorités nigériennes ont adopté de nouvelles mesures sécuritaires, comme l'interdiction de circulation pour les motos ou la fermeture de marchés, pour tenter d'enrayer les attaques djihadistes dans le Tillabéri (à la frontière malienne) où 174 soldats ont été tués en décembre et janvier.

"Nous avons pris de nouvelles mesures et nous avons durci celles qui existaient et qui semblent avoir eu des effets limités face aux attaques terroristes", a expliqué lundi à l'AFP un responsable municipal de Tillabéri.

"La circulation à moto est désormais interdite de jour comme de nuit. Nous avons décidé de fermer certains marchés qui alimentent les terroristes en carburant et en céréales", avait annoncé à la presse en fin de semaine Tidjani Ibrahim Katiella, le gouverneur de Tillabéri.

Ce durcissement des mesures sécuritaires doit "permettre de contrôler la circulation des terroristes", avait-il ajouté.

Une des mesures nouvelles est la limitation des quantités d'essence que chacun a le droit d'acheter.

"Nous avons constaté que des usagers viennent remplir des bidons pour les envoyer (...) aux frontières (du Mali et du Burkina Faso)". Un usager n'aura désormais droit qu'à "20 litres de carburant par jour" dans les stations-service.

Ces nouvelles mesures ont entraîné des protestations parfois violentes des habitants.

Située près de la frontière malienne mais aussi burkinabè, la région de Tillabéri est une vaste zone instable de près de 100.000 km2 où cohabitent les ethnies djerma, peul, touareg et haoussa.

Les groupes djihadistes qui y opèrent "se ravitaillent en vivres et carburant sur les marchés locaux", où sont également "tapis leurs informateurs", a confié à l'AFP une source sécuritaire.

Selon le bilan officiel, 174 soldats ont été tués dans trois attaques dans ce secteur en janvier et décembre: à Chinégodar (89 morts le 8 janvier), Inates (71 morts, 10 décembre), Sanam (14 morts, 24 décembre). Les trois attaques ont été revendiquées par le groupe Etat islamique.

Lors d'un sommet le 13 janvier à Pau, le président français Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel - Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad - ont décidé de davantage coordonner leur action militaire en la concentrant sur cette zone des trois frontières (Niger, Burkina Faso et Mali) et en visant en priorité l'EIGS (Etat islamique au Grand Sahara).

Tout le Sahel - en particulier le Mali, le Niger et le Burkina - est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.

Selon l'ONU, les attaques djihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.

Toutes les actualités

Inondations à Niamey: les sinistrés craignent le pire

Inondations à Niamey: les sinistrés craignent le pire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:07 0:00

Niger: 15 militaires tués et 6 portés disparus après une attaque

Des soldats nigériens participent à un exercice d'entraînement conjoint avec des soldats américains lors de l'exercice Flintlock 2017 à Diffa, au Niger.

Quinze militaires nigériens ont été tués samedi et six autres sont "portés disparus", après une attaque "terroriste" dans le département de Torodi (sud-ouest) proche du Burkina Faso, a annoncé dimanche soir le ministère nigérien de la Défense.

Le ministère a expliqué que les forces de sécurité qui étaient en mission de ravitaillement avaient d'abord été prises dans une "embuscade tendue par des groupes armés terroristes" avant que les militaires tentant d'évacuer les blessés ne tombent "sur un engin explosif improvisé".

Le bilan total de cette attaque qui s'est produite samedi vers 10H00 GMT (11H00 locales) est de "15 militaires décédés, 7 blessés, 6 portés disparus", précise le communiqué.

"Un large ratissage de la zone" par des forces terrestres "appuyées par l'aviation militaire" a été engagé afin "de mettre la main sur les terroristes", poursuit le texte.

Le département de Torodi est situé dans le sud-ouest de la région de Tillabéri qui se trouve dans la zone dite des "trois frontières" entre le Niger, le Burkina Faso et le Mali.

Cette zone, est le théâtre de fréquentes attaques de groupes jihadistes sahéliens dont l'Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM, affilié à Al-Qaïda).

Les attaques des jihadistes présumés ciblent de plus en plus les civils dans région de Tillabéri, un vaste espace aride et enclavé.

33 villageois ont été tués dans deux attaques distinctes, dimanche dernier et mercredi, plus au nord, près de la frontière malienne.

Un contingent de 1.200 soldats de l'armée tchadienne, réputée la plus aguerrie de la région, a été déployé dans la zone des trois frontières, dans le cadre de la force multinationale antijihadiste du "G5 Sahel" regroupant cinq pays (Mauritanie, Mali, Burkina, Niger, Tchad).

Inondations au Niger: 35 morts et plus de 26.000 sinistrés depuis juin

Un enfant patauge dans l'eau dans une rue inondée du quartier de Kirkissoye à Niamey, le 3 septembre 2019.

Les dégâts matériels sont importants avec plus de 2.500 habitations détruites.

Les fortes pluies qui s'abattent depuis juin sur le Niger ont fait 35 morts et plus de 26.500 sinistrés, ont indiqué samedi les autorités de ce pays sahélien au climat habituellement très sec.

Selon le bilan de la Protection civile, transmis samedi à l'AFP, 20 personnes sont mortes dans l'effondrement de leurs maisons, 15 par noyade et 24 ont été blessées. Quelque 26.532 personnes sinistrées ont été par ailleurs recensées.

Les régions les plus touchées sont celles de Maradi, dans le sud-est (10 morts), d'Agadez dans le nord désertique (10 décès) et la capitale Niamey (8 morts) selon ces données officielles.

Les dégâts matériels sont également importants avec plus de 2.500 maisons et cases détruites, une cinquantaine de classes d'école, de mosquées, de boutiques et de greniers à céréales endommagés. 708 têtes de bétail ont aussi péri.

En dépit de sa courte durée, de trois mois maximum, et de la faiblesse des précipitations, la saison des pluies est régulièrement meurtrière depuis plusieurs années, y compris dans les zones désertiques du Nord. Un paradoxe dans ce pays où les mauvaises récoltes sont habituellement dues à la sécheresse.

En 2020, les inondations avaient fait 73 morts et créé un crise humanitaire avec 2,2 millions de personnes nécessitant une assistance, selon l'ONU. En 2019, 57 personnes étaient mortes.

"La Turquie cherche de nouveaux alliés diplomatiques en Afrique", estime l'analyste Seidik Aba

"La Turquie cherche de nouveaux alliés diplomatiques en Afrique", estime l'analyste Seidik Aba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:13 0:00

Une affaire de détournement de fonds publics fait la une de l'actualité au Niger

Une affaire de détournement de fonds publics fait la une de l'actualité au Niger
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG