Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Les autorités promettent des résultats dans "les plus brefs délais" après le crash en Colombie

Des sauveteurs sur les lieux du crash en Colombie près de Medellín, le 29 novembre 2016.

Les autorités colombiennes ont assuré qu'elles feraient tout pour connaître "dans les plus brefs délais" les causes de l'accident aérien qui a provoqué lundi la mort de 71 personnes, dont la plupart des membres de l'équipe du petit club brésilien de Chapecoense.

Afin d'élucider au plus vite les circonstances de "cette lamentable tragédie", comme s'y est engagée dans un communiqué l'Aviation civile colombienne, chargée des investigations avec l'aide d'experts brésiliens et britanniques, les enquêteurs pourront s'appuyer sur les preuves techniques, les documents et les constatations faites sur les lieux du sinistre, où la carlingue, en grande partie désintégrée, était encore visible.

Au moment du drame, lundi soir, l'appareil de la compagnie bolivienne Lamia, un British Aerospace 146, transportait 77 personnes, dont six ont miraculeusement survécu.

Partie du Brésil, l'équipe de Chapecoense qui vivait un véritable conte de fées sportif avait dû faire escale en Bolivie à Santa Cruz pour des raisons de législation, avant de reprendre un vol pour la Colombie.

Cette modeste formation, issue d'une ville d'environ 200.000 habitants dans le sud du Brésil, avait réussi une performance exceptionnelle en atteignant la finale de la Copa Sudamericana, l'équivalent de l'Europa League, au cours de laquelle elle devait affronter le grand Atletico Nacional de Colombie.

"Je n'ai plus aucun espoir", a raconté à l'AFP Nelsiro Miranda, un supporter qui essayait de consoler son fils dans cette cité brésilienne plongée dans le deuil.

L'ambiance était également au recueillement à Medellin (nord-ouest). "C'était une équipe qui marchait bien et qui voulait représenter son pays", estimait Hernando Quizano, un fonctionnaire de 50 ans.

Avec AFP

Toutes les actualités

"Les agents de la santé qui refusent de se faire vacciner posent un risque"

"Les agents de la santé qui refusent de se faire vacciner posent un risque"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:01 0:00

370 personnes secourues par un navire humanitaire

370 personnes secourues par un navire humanitaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Venezuela: Maduro demande à Biden de "tourner la page"

Venezuelan President Nicolás Maduro removes his mask as he prepares to speak about his annual report to the nation before legislators in the National Assembly, Caracas, Jan. 12, 2021.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro a appelé samedi son nouvel homologue américain Joe Biden à "tourner la page", se déclarant prêt à ouvrir "une nouvelle voie" dans les relations diplomatiques rompues il y a deux ans entre Caracas et Washington.

"Nous sommes prêts à suivre une nouvelle voie dans nos relations avec le gouvernement de Joe Biden, sur la base du respect mutuel, du dialogue, de la communication et de la compréhension", a déclaré M. Maduro dans un discours adressé à ses partisans.

"Le Venezuela, ce Venezuela du XXIe siècle, bolivarien et révolutionnaire, est prêt à tourner la page" des querelles diplomatiques avec l'administration de Donald Trump qui a imposé de multiples sanctions économiques au Venezuela, dont un embargo sur le pétrole depuis 2019, première ressource du pays, afin de renverser le régime socialiste de M. Maduro qualifié de "dictateur".

Les Etats-Unis avaient également reconnu, comme plus de 50 pays dans le monde, l'opposant Juan Guaido. Celui-ci s'était autoproclamé président par intérim du Venezuela le 23 janvier 2019 et avait accusé M. Maduro d'avoir "frauduleusement" remporté l'élection présidentielle de 2018, boycottée par l'opposition.

"Il y a deux ans, j'ai dû réagir avec force et dignité et, d'ici même, j'ai procédé en tant que chef de l'Etat à la rupture de toutes les relations politiques et diplomatiques avec le gouvernement américain de l'époque", a poursuivi M. Maduro depuis le balcon du palais présidentiel de Miraflores. "Trump est parti!", s'est-il félicité.

Dès la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine en novembre, Nicolas Maduro l'avait félicité et s'était dit "prêt au dialogue et à la bonne entente avec le peuple et le gouvernement des Etats-Unis". Des appels réitérés en décembre.

- Soutien américain à Guaido -

Antony Blinken, désigné par Joe Biden pour être son secrétaire d'Etat, a toutefois déclaré que la Maison Blanche continuerait à reconnaître Juan Guaido. Le futur chef de la diplomatie américaine a par ailleurs qualifié M. Maduro de "dictateur brutal".

Ce soutien renouvelé au chef de l'opposition vénézuélienne est intervenu malgré la nouvelle majorité chaviste au Parlement, issue des élections du 6 décembre boycottées par l'opposition, qui les dit frauduleuses. Elles n'ont pas été reconnues par les Etats-Unis, l'Union européenne ni plusieurs plusieurs pays d'Amérique latine.

Même si un allègement des sanctions ne semble pas à l'ordre du jour, les analystes estiment que l'administration Biden se montrera sans doute plus modérée que la précédente et qu'elle plaidera en faveur d'une médiation internationale en vue d'une transition progressive du pouvoir au Venezuela.

Juan Guaido, de son côté, défend la continuité de l'ancien Parlement d'opposition et, avec elle, de sa position de chef du congrès, dont il a revendiqué la présidence par intérim.

Le président de la nouvelle Assemblée nationale, Jorge Rodriguez, a répété samedi les accusations de corruption à l'encontre de Juan Guaido, sur la base de plaintes publiées par le quotidien américain Washington Post concernant des irrégularités présumées liées à des fonds et des actifs du Venezuela d'un total de 40 milliards de dollars bloqués à l'étranger.

Selon l'ONU, plus de cinq millions de Vénézuéliens ont quitté leur pays depuis 2015 pour fuir la grave crise politique et économique que traverse le pays avec une inflation incontrôlée de +4.000% sur un an.

Décès de Larry King, célèbre journaliste américain

Larry King à la soirée d'ouverture de la série de films "Champion" à Los Angeles, Californie, États-Unis, le 9 août 2013.

Le célèbre journaliste et animateur de télévision américain Larry King est mort à 87 ans, a annoncé samedi sa compagnie, Ora Media.

"Avec une profonde tristesse, Ora Media annonce le décès de notre cofondateur et ami Larry King, qui est mort à l'âge de 87 ans au centre médical Cedars-Sinai à Los Angeles", peut-on lire dans un communiqué de la compagnie publié sur le compte Twitter officiel de cette figure légendaire de la télévision américaine.

La mort de M. King a également été confirmée par son fils, Chance, samedi matin, selon la chaîne CNN, où il avait animé l'émission "Larry King Live" pendant plus de 25 ans.

Début janvier, M. King avait été hospitalisé à cause de la maladie covid-19, a ajouté la chaîne.

Plus de mille manifestants pro-Navalny arrêtés en Russie

Les manifestants affrontent la police anti-émeute lors d'un rassemblement de soutien au leader de l'opposition emprisonné Alexei Navalny dans le centre de Moscou le 23 janvier 2021.

Plus de mille personnes ont été arrêtées par les forces de l'ordre en Russie samedi au cours de manifestations en faveur de l'opposant Alexeï Navalny, selon l'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations dans ce pays.

Dans la foule de quelque 10.000 personnes rassemblées dans le centre de Moscou, des journalistes de l'AFP ont assisté à de violentes arrestations et à des heurts entre policiers et manifestants.

Ioulia Navalnaïa, l'épouse de l'opposant russe Alexeï Navalny, a annoncé avoir été elle aussi interpellée par la police dans la capitale pendant la manifestation.

Un homme blessé est aidé par d'autres manifestants dans le centre de Moscou le 23 janvier 2021.
Un homme blessé est aidé par d'autres manifestants dans le centre de Moscou le 23 janvier 2021.

Dans le centre de Moscou, les forces antiémeutes ont arrêté quelque 300 personnes, a fait savoir OVD Info, qui a comptabilisé au moins 1.090 arrestations en Russie, selon un bilan diffusé vers 14H00 GMT.

Dans l'après-midi, la police moscovite a poursuivi et frappé à l'aide de matraques des manifestants, leur jetant des boules de neige.

Un correspondant de l'AFP a aperçu un homme au visage ensanglanté.

A Saint-Pétersbourg, une foule de quelque 10.000 personnes s'était également rassemblée, a constaté une journaliste de l'AFP.

Cette contestation s'organise à quelques mois des législatives prévues pour l'automne, sur fond de chute de popularité du parti au pouvoir Russie unie. Ces actions sont les manifestations les plus importantes depuis celle organisée par M. Navalny déjà pendant l'été 2019 à Moscou en marge d’élections locales.

La police arrête Navalny à l'aéroport de Moscou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:41 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG