Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

La procureure de la CPI fait appel de l'acquittement de Laurent Gbagbo

L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, lors d'une audience devant la CPI, à la Haye, le 19 février 2013.

La procureure de la Cour pénale internationale (CPI) a fait appel lundi contre l'acquittement de crimes contre l'humanité prononcé en janvier à l'encontre de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et de l'un de ses proches, Charles Blé Goudé.

"L'appel démontrera que la chambre de première instance a commis des erreurs de droit et de procédure qui ont abouti à l'acquittement de M. Gbagbo et de M. Blé Goudé pour tous les chefs d'accusation", a déclaré dans un communiqué le bureau de la procureure, Fatou Bensouda.

Laurent Gbagbo a été reconnu non coupable de crimes contre l'humanité commis en 2010 et 2011 au cours des violences post-électorales en Côte d'Ivoire, et libéré en février sous conditions.

Les juges ont acquitté les deux hommes "sans formuler correctement et sans appliquer de manière cohérente une norme de preuve clairement définie", a déclaré Mme Bensouda.

La Belgique avait accepté d'accueillir Laurent Gbagbo, 73 ans, libéré en février. Il est actuellement en liberté conditionnelle à Bruxelles en attendant un éventuel procès en appel. Blé Goudé vit aux Pays-Bas dans des conditions similaires.

Maintenu en détention pendant plus de sept ans, Laurent Gbagbo était jugé pour des crimes commis pendant la crise de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

Il avait été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par l'ONU et la France. Il est le premier ancien chef d'Etat à avoir été remis directement à la CPI.

MM. Gbagbo et Blé Goudé étaient accusés de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

Toutes les actualités

Albert Mabri Toikeusse candidat à la présidentielle ivoirienne

Albert Toikeusse Mabri, président de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI) lors d'un congrès extraordinaire du Rassemblement des républicains, le 5 mai 2018 à Abidjan. (Photo by SIA KAMBOU / AFP)

L'ex-ministre ivoirien Albert Mabri Toikeusse, 58 ans, un ancien allié du président Alassane Ouattara, s'est déclaré dimanche à Abidjan candidat à la présidentielle d'octobre, affirmant être désormais dans "l'opposition".

Le Bureau politique de l'Union pour la démocratie et la paix en Côte d'Ivoire (UDPCI), troisième parti de Côte d'Ivoire, a annoncé que son président, Abdallah Albert Mabri Toikeusse, sera le candidat du parti à l'élection présidentielle, dans un communiqué.

"L'UDPCI vient de choisir son candidat. Merci de me confier votre espoir, l'espoir de la Côte d'Ivoire", a réagi M. Toikeusse, ancien ministre de l'Enseignement supérieur, son dernier poste au gouvernement, après une longue carrière ministérielle.

Il a ainsi successivement occupé depuis 2003 les portefeuilles de la Santé, de l'Intégration africaine et de la Coopération, des Transports, du Plan et du développement et des Affaires étrangères.

M. Toikeusse avait quitté le gouvernement le 13 mai. Il s'était opposé en mars à la désignation de l'ex-Premier ministre Amadou Gon Coulibaly comme candidat du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti au pouvoir) pour briguer la succession du président Alassane Ouattara.

L'UDPCI a aussi "officiellement décidé de son retrait pur et simple" du RHDP avec lequel il formait une coalition, affirmant désormais se ranger dans "l'opposition".

Le jeu politique a été bouleversé en Côte d'Ivoire par la mort inattendue début juillet du candidat du parti au pouvoir, Amadou Gon Coulibaly.

Mercredi, pressé par son parti de se présenter à l'élection présidentielle d'octobre pour une troisième mandat, Alassane Ouattara au pouvoir depuis 2011, a différé sa décision.

L'ex-président Henri Konan Bédié, 86 ans, a été désigné le 27 juillet avec 99,7% des voix candidat à la présidentielle du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), ancien allié du président Ouattara devenu le principal mouvement d'opposition.

Samedi, l'opposant Pascal Affi N'Guessan, 67 ans, ancien proche de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, s'est déclaré candidat à la présidentielle d'octobre, pour "fermer la sanglante parenthèse" des crises intervenues depuis deux décennies en Côte d'Ivoire.

La présidentielle s'annonce tendue dans ce pays d'Afrique de l'Ouest, dix ans après la crise post-électorale qui avait fait plus de 3.000 morts.

Pascal Affi N'Guessan candidat du FPI à la présidentielle ivoirienne

Le président du Front Populaire Ivoirien (FPI) Pascal Affi N'Guessan prononce un discours lors du congrès du parti FPI le 27 juillet 2018, au Palais des Sports de Treichville à Abidjan. (Photo by Sia KAMBOU / AFP)

Le Front populaire ivoirien, parti de l'ancien président Laurent Gbagbo, a désigné samedi son ancien premier ministre Pascal Affi N'Guessan comme son candidat à la présidentielle du 31 octobre.

"J’ai l’expérience nécessaire pour servir la côte d’Ivoire", a déclaré Pascal Affi N'Guessan, 67 ans, dans son discours publié sur le portail d’informations Abidjan.net. "J’ai la volonté pleine et entière de relever avec mes compatriotes les défis actuels de notre histoire et d’incarner la renaissance de notre pays, la Côte d’Ivoire", a-t-il ajouté.

L’ancien président Laurent Gbagbo, qui vit en Belgique après avoir été acquitté de crimes de guerre par la Cour pénale internationale l'année dernière, avait été appelé par le FPI à se présenter aux élections, mais les autorités ivoiriennes ne lui ont pas encore délivré de documents de voyage lui permettant de revenir.

La course à la présidence ivoirienne a été chamboulée au début du mois dernier par le décès soudain du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat du parti du président Alassane Ouattara, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Depuis lors, le RHDP, parti au pouvoir, a demandé à Alassane Ouattara de se représenter. Le chef de l’État n’a pas encore indiqué s’il le fera.

Mais du côté de l’opposition, on s’accorde à dire que la constitution ivoirienne interdit au président sortant de briguer un troisième mandat.

Selon Abidjan.net, le parti a remis un chèque de 50 millions de francs CFA pour payer la caution de M. Affi N’Guessan.

Il affrontera donc l’ancien président Henri Konan Bédié, qui a dirigé le pays de 1993 à 1999, qui se présente encore une fois sous la bannière du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

M. Bédié, 86 ans, a déclaré mercredi qu'il s'était mis d'accord avec M. Gbagbo pour que leurs partis soutiennent le candidat de l'autre en cas de second tour contre M. Ouattara.

Hamed Bakayoko: maire, ministre de la défense et Premier ministre

Hamed Bakayoko: maire, ministre de la défense et Premier ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Alassane Ouattara nomme Hamed Bakayoko Premier ministre de Côte d'Ivoire

Hamed Bakayoko, l'ex-ministre d’Etat en charge de la sécurité et de l’Intérieur, nommé ministre de la Défense en Côte d'Ivoire, 13 janvier 2016. REUTERS/Joe Penney

Le ministre de la Défense de Côte d'Ivoire, Hamed Bakayoko, a été nommé jeudi Premier ministre, en remplacement d'Amadou Gon Coulibaly, dont il assurait l'intérim depuis début juillet, a annoncé la présidence.

"Le président de la République a procédé à la signature d'un décret portant nomination de M. Hamed Bakayoko en qualité de Premier ministre", selon le communiqué de la présidence.

M. Bakayoko, 55 ans, remplacera Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet des suites d'un arrêt cardiaque.

Il cumulera sa nouvelle fonction de chef du gouvernement avec celle de ministre de la défense, un poste qu'il occupe depuis 2017.

Candidature RHDP: Alassane Ouattara tergiverse

Candidature RHDP: Alassane Ouattara tergiverse
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG