Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Covid-19: le Kenya ferme ses frontières avec la Tanzanie et la Somalie


Une rue animée pendant le confinement fixé par le gouvernement pour empêcher la propagation endémique de la maladie à coronavirus (COVID-19), dans le district d'Eastleigh à Nairobi, Kenya, le 6 mai 2020. REUTERS / Thomas Mukoya

Le président kényan Uhuru Kenyatta a annoncé samedi la fermeture des frontières terrestres avec la Tanzanie et la Somalie et prolongé les principales mesures mises en place dans le pays pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus, dans une adresse télévisée à la Nation.

L'interruption de tous les mouvements de personnes ou de véhicules, hormis de marchandises, "entrera en vigueur ce jour à minuit" aux frontières avec la Somalie et la Tanzanie, a déclaré le président kényan.

"Parmi les cas positifs enregistrés cette semaine dans le pays, 43 avaient récemment traversé la frontière avec la Somalie ou la Tanzanie", soit près d'un quart des 166 cas enregistrés sur la même période, a justifié le président kényan.

La Tanzanie est de plus en plus montrée du doigt pour sa gestion laxiste de la crise sanitaire et son manque de transparence. Quant au fragile gouvernement somalien, il n'est pas à même de faire face à une flambée de l'épidémie, mettent en garde des experts.

A ce jour, le Kenya a recensé 830 cas positifs, dont 50 décès et 301 guérisons.

Le président Kenyatta a également annoncé la prolongation jusqu'au 6 juin du couvre-feu nocturne national (19H00 à 05H00) et de l'interdiction de rentrer ou de sortir de la métropole de Nairobi et des comtés de Mombasa, Kilifi, Kwale et Mandera.

Les vols internationaux sont par ailleurs interrompus depuis le 25 mars.

Il a également annoncé que tous les chauffeurs de poids-lourds devront être testés avant de pénétrer au Kenya. M. Kenyatta a souligné que les tests conduits sur cette population aux postes-frontières avaient permis de recenser 78 cas positifs sur une seule semaine. Les chauffeurs en question, tous non-Kényans, ont été refoulés.

"Un ennemi brutal et sans pitié est à nos murs. Il essaie d'entrer par chaque porte et chaque fenêtre", a mis en garde le président kényan.

"Si nous ne prenons pas de mesures supplémentaires et si nous ne respectons pas plus sérieusement celles déjà en vigueur, le nombre de personnes qui tomberont malades et qui mourront augmentera fortement", a-t-il averti.

XS
SM
MD
LG