Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Des sculptures parlantes pour une "collection fantôme" en Côte d'Ivoire

Le musée des civilisations à Abidjan, Côte d’Ivoire. (abidjan.city.ci)

Des sculptures qui parlent pour raconter l'histoire d'objets disparus: c'est une des idées fortes de l'exposition sur la "Collection fantôme" du Musée des civilisations d'Abidjan, pillé lors de la grave crise post-électorale de 2011.

Les objectifs de ce projet original sont de "réparer les mémoires", mais aussi de "favoriser les imaginaires et la créativité en travaillant à partir de l'absence des objets pillés, afin de sensibiliser les consciences dans la lutte contre le trafic illicite des biens culturels", explique Silvie Memel Kassi, la directrice du musée.

"Quand le musée a subi ce pillage, l'ensemble des personnes qui travaillent au musée ont continué à conter l'histoire de ces objets. Lorsqu'on a réfléchi à la Collection fantôme, on s'est dit que ce serait intéressant de travailler sur la notion du récit et de la narration parce que la transmission, ici, en Afrique, est toujours orale", raconte Fodé Sylla de l'association l'Art sans Frique.

Si le musée compte encore près de 15.000 objets (masques, sculptures, attributs...) , il a perdu 120 pièces majeures lors du pillage et de l'anarchie qui a régné à Abidjan pendant la crise post-électorale qui a fait 3.000 morts en Côte d'Ivoire.

Enseignant au Service des arts visuels de Grand Paris Sud, le plasticien français Raphael Tiberghien a encadré des étudiants à Evry, près de la capitale française, puis à Abidjan dans le cadre de ce projet. Chaque étudiant devait créer une sculpture en y intégrant un petit haut-parleur diffusant un message ou des sons, pour l'exposition qui dure jusqu'au 28 décembre.

- Dire non au pillage -

"L'idée est de restituer aux objets leur dimension et leur contexte", pour qu'on "considère un objet d'art comme une prise de parole et non pas juste un objet esthétique", explique M. Tiberghien. "Quand l'objet a disparu, il reste les choses qui entourent cet objet, le contexte des gens qui l'ont créé. Les sculptures sonores, c'est mélanger les objets et les éléments de langages signifiants des personnes qui les ont créées".

A Abidjan, les étudiants du Centre technique des arts appliqués de Bingerville et de l'université Houphouët-Boigny, n'avaient que trois jours pour concevoir, façonner l'argile et fabriquer des tableaux-moulures de plâtre, accompagnés par les enregistrements. Les étudiants français avaient trois mois et ont pu créer des sculptures plus élaborées.

Peu importe. "Je suis fier d'appartenir à ce projet. Parce que tous ensemble on va dire non à ce pillage. En pillant nos propres ressources nous n'irons jamais de l'avant", lance Coulibaly Sangafolo, qui a choisi comme thème de son oeuvre "la bouteille" et les métaphores qui peuvent y être rattachées. "C'est un conditionnement qui vient de l'Europe. Quand ça arrive, il y a déjà des produits dedans. Après l'utilisation, ces objets sont rejetés! Nous essayons de donner encore une autre vie à cet objet".

L'exposition et son thème attire de nouveaux amateurs. "C'est la première fois que je me rends dans une salle d'exposition", sourit Indes Adepo, "J'aime bien. Tout est beau!", dit-elle devant une oeuvre de Sarra Ahoussi, un masque hommage à l'ethnie Goa qui émet des bruits particuliers. "J'ai mis des sons d'éléphants et de pas de danse pour signifier que quand les femmes adorent ce masque, la terre tremble!", explique l'artiste.

Toutes les actualités

Des ivoiriens luttent contre la déforestation

Des ivoiriens luttent contre la déforestation
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:42 0:00

Le Ghana et la Côte d'Ivoire suspendent leurs ventes de cacao

Le Ghana et la Côte d'Ivoire suspendent leurs ventes de cacao
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:26 0:00

La Côte d'Ivoire et le Ghana suspendent leurs ventes de cacao

Des employés ramassent des fèves de cacao à Niable, près de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana, le 19 juin 2017.

La Côte d'Ivoire et le Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux, ont annoncé mercredi qu'ils ne vendraient plus leur cacao en deçà de 2.600 dollars la tonne, une décision "historique", a salué un responsable ghanéen.

"La Côte d'Ivoire et le Ghana ont suspendu la vente des récoltes de 2020/2021 jusqu'à nouvel ordre pour préparer la mise en place de ce prix minimum", a indiqué à la presse le directeur général du "Ghana cocoa Board", Joseph Boahen Aidoo, a l'issue de deux jours de réunion à Accra.

Ce prix a été approuvé, sur le principe, par les participants, producteurs, négociants..., a-t-il précisé. Et une prochaine réunion doit avoir lieu le 3 juillet à Abidjan pour discuter de la mise en place de cette mesure.

"Ce qui s'est passé ces deux jours est historique", a salué Joseph Boahen Aidoo, soulignant que "depuis des années, ce sont les acheteurs qui ont déterminé les prix".

Sur les 100 milliards de dollars que représente le marché mondial du cacao, seuls 6 milliards reviennent aux agriculteurs.

Une situation "déraisonnable", avait fustigé mardi le vice-président du Ghana, Mahamudu Bawumia. "Un juste prix des fèves de cacao serait une grande aide pour appuyer les investissement du gouvernement dans les infrastructures rurales et pour améliorer les condition de vie", a-t-il ajouté.

"Nous voulons, avec nos partenaires du Ghana, obtenir des industriels et des autres partenaires de la filière un prix qui puisse rémunérer le travail de l'homme décemment", a commenté Yves Kone, directeur général du Conseil Café Cacao de Côte d'Ivoire, sur une télévision locale, en marge de la rencontre.

Umar Abubakar, secrétaire du Syndicat des producteurs de café, cacao et noix de Karité (Cocoshe), a affirmé à l'AFP que "quand les prix montent, au moins les conditions de vie s'améliorent".

Cette réunion a contribué à la hausse du prix du cacao, qui a atteint mercredi en séance 2.545 dollars la tonne à New York.

Cependant, cette hausse pourrait n'être que temporaire, prévient Casper Burgering, analyste matières premières pour la banque néerlandaise ABN Amro, joint par l'AFP.

"Pour l'instant, il y a nettement assez de cacao pour répondre à la demande", a-t-il commenté, et "puisque la mise en place de ce prix plancher va mettre un an, plus ou moins, il y a un risque que les cours actuels redescendent".

Le PDCI dénonce un « mauvais procès » fait à Bédié après ses propos sur les étrangers

Le PDCI dénonce un « mauvais procès » fait à Bédié après ses propos sur les étrangers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

CAN 2019: les 23 Ivoiriens avec Nicolas Pépé comme fer de lance

L'attaquant ivoirien de Lille Nicolas Pepe célèbre le match de football AS Saint-Étienne (ASSE) contre Lille (LOSC) le 10 mars 2019, au Stade Geoffroy Guichard de Saint-Etienne, dans le centre de la France.

Le sélectionneur de la Côte d'Ivoire Ibrahim Kamara a dévoilé la liste des 23 joueurs pour la CAN 2019 en Egypte (21 juin-19 juillet), avec Nicolas Pépé qui s'affiche comme le leader d'attaque des "Eléphants".

Auteur d'une belle saison avec son club de Lille (Ligue 1) avec à la clé une qualification pour la prochaine Ligue des champions, Pépé sera l'une des attractions de la CAN 2019.

Pépé était déjà dans le groupe lors de la CAN 2017, mais n'avait pas été utilisé.

Par rapport à la préliste de 27 joueurs publiée le 29 mai, le défenseur Abdoulaye Bamba (SCO Angers/FRA) et le milieu de terrain Ismaël Diomandé (Caen/FRA) en raison de blessure, le défenseur Simon Déli (Slavia Prague/CZE) et l'attaquant Yohan Boli (Saint Trond/BEL) par choix du sélectionneur, n'ont pas été retenus.

En revanche, le défenseur Souleymane Doumbia (Stade Rennais/FRA), appelé de dernière minute lors du stage de préparation des Ivoiriens en France, figure sur la liste des 23.

Le revenant Wilfried Bony, champion d'Afrique 2015, retenu à la surprise générale dans la préliste de 27 joueurs, sera également à CAN.

"Son profil m'intéresse parce que c'est quelqu'un qui peut nous apporter des options dans l'axe, servir de point de fixation, son jeu dos au but peut nous intéresser", a expliqué Ibrahim Kamara.

"Les Eléphants" miseront aussi sur l'expérience des cadres habituels vainqueurs de la CAN 2015, Serge Aurier, désormais capitaine, Max-Alain Gradel, Serey Dié.

Parmi les absents attendus, Eric Bailly, pilier de la défense ivoirienne, est forfait, en raison d'une blessure au genou droit survenue fin avril avec son club de Manchester United, et le gardien de but Abdoul Karim Cissé (ASEC Mimosas/CIV) également touché au genou droit.

Les 23 Ivoiriens:

Gardiens: Sylvain Gbohouo (TP Mazembe/COD), Ali Badra (Free State Stars/RSA), Eliezer Tapé Ira (FC San Pedro/CIV)

Défenseurs: Serge Aurier (Tottenham FC/ENG), Mamadou Bagayoko (Red Star/FRA), Wonlo Coulibaly (ASEC Mimosas/CIV), Ismaël Traoré (SCO Angers/FRA), Wilfried Kanon (ADO la Haye/NED), Cheick Comara (WAC/MAR), Souleymane Doumbia (Stade Rennais/FRA)

Milieux de terrain: Franck Kessié (Milan AC/ITA), Serey Dié (Neuchâtel Xamax/SUI), Jean Philippe Gbamin (Mayence/GER), Jean-Michaël Séri (Fulham/ENG), Ibrahim Sangaré (Toulouse FC/FRA), Victorien Angban (FC Metz/FRA)

Attaquants: Jonathan Kodjia (Aston Villa FC/ENG), Max Alain Gradel (Toulouse FC/FRA), Nicolas Pépé (Lille/FRA), Wilfried Zaha (Crystal Palace/ENG), Maxwell Cornet (Lyon/FRA), Roger Assalé (Young Boys/SUI), Wilfried Bony (Al Arabi SC/QAT)

Voir plus

XS
SM
MD
LG