Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Les avocats de la Côte d'Ivoire veulent que le procès de Gbagbo à la CPI aille au bout


L'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, lors d'une audience devant la CPI, à la Haye, le 19 février 2013.

Les avocats de l'Etat ivoirien ont indiqué vendredi qu'ils souhaitaient que le procès de Laurent Gbagbo devant la Cour pénale internationale (CPI) aille à son terme, afin de pouvoir notamment entendre les victimes de la crise post-électorale de 2010-2011.

La défense de M. Gbagbo a demandé en octobre aux juges de la CPI de prononcer un non-lieu total dans le procès contre l'ex-président ivoirien, en détention depuis sept ans, à La Haye.

"On est dans un stratagème, une forme de défausse. Dans l'intérêt de la justice, de la Côte d'Ivoire et le respect des victimes et pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté ou de contestation il est nécessaire que tout le monde soit entendu", a rétorqué Jean-Paul Benoît, avocat de l'Etat ivoirien dans un point presse à Paris.

"Si le procès s'arrête, les victimes n'auront pas le droit de poser des questions aux témoins de la défense. On parle d'un crime contre l'Humanité!", a ajouté son collègue Jean-Pierre Mignard.

La défense estime en revanche que les éléments de l'accusation sont "insuffisants" pour prouver les charges "au-delà de tout doute raisonnable", malgré l'appel à 82 témoins, la présentation de milliers de documents et des centaines d'heures de vidéos.

M. Gbagbo, 73 ans, est jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, qui a fait plus de 3.000 morts en Côte d'Ivoire. Il est le premier ancien chef d'Etat à avoir été remis à la CPI, qui siège à La Haye.

Il est accusé, ainsi que Charles Blé Goudé, ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes fidèles à l'ancien président, de quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains. Tous deux ont plaidé non coupable.

La crise en Côte d'Ivoire était née du refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir à son rival Alassane Ouattara, reconnu vainqueur de la présidentielle.

"Que la CPI aille jusqu'au bout, et quelle que soit sa décision, il y aura un respect scrupuleux et aucune critique portée contre elle", par l'Etat ivoirien, a souligné Jean-Pierre Mignard.

Les deux avocats ont également assuré que Laurent Gbagbo pourrait "tout à fait" rentrer en Côte d'Ivoire s'il était acquitté.

Les audiences sur la demande d'acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé se sont achevées jeudi. La décision des juges pourrait prendre plusieurs mois.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG