Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Le coronavirus frappe de plein fouet l'économie italienne

Des touristes lors du carnaval de Venise, le 23 février 2020. (REUTERS/Manuel Silvestri)

Forte chute de la Bourse de Milan, salons professionnels annulés, tourisme menacé: l'épidémie du nouveau coronavirus frappe de plein fouet le nord de l'Italie, poumon de la troisième économie de la zone euro, menaçant un peu plus sa croissance déjà exsangue.

Après un week-end marqué par une explosion des cas (219 dénombrés lundi), les autorités ont annoncé des mesures draconiennes en Vénétie et en Lombardie: fermeture des écoles, des musées, annulation des rendez-vous culturels et sportifs et fermeture, dans la seconde région, des bars et restaurants de 18H00 à 06H00 du matin.

L'épidémie et les mesures prises "ont un très fort impact sur les services: commerces, spectacles, tourisme, hôtels, restaurants et bars, qui sont fermés le soir, soit quand ils travaillent le plus", explique à l'AFP Luca Paolazzi, expert à l'institut italien REF.

"Or, comme les services étaient le secteur d'activité qui permettait à l'économie italienne de se maintenir à flot, il est très probable qu'on assiste à un recul du PIB italien au premier mais aussi au deuxième trimestre", ajoute-t-il.

La situation n'était déjà guère brillante. Minée par le ralentissement de l'économie mondiale et la forte instabilité politique interne, la péninsule avait enregistré une croissance de seulement 0,2% l'an passé, avec même un recul de son PIB en fin d'année, en faisant le plus mauvais élève de l'Union européenne.

Pour cette année, le gouvernement tablait sur une hausse du PIB de 0,6% et la Commission européenne de 0,4%, mais c'était avant le coronavirus...

- "Cri d'alarme" -

"La Vénétie et la Lombardie représentent à elles seules entre un quart et 30% du PIB italien et sont un moteur de l'activité productive", et ce qui se passe dans ces régions aura donc un impact sévère, souligne Luca Paolazzi.

Dès son ouverture lundi matin, la Bourse de Milan s'est effondrée, témoignant de l'inquiétude des investisseurs.

En début d'après-midi, elle perdait 4,84%. Parmi les valeurs les plus touchées, celles du luxe, comme Salvatore Ferragamo (-8%) ou industrielles (CNH, Brembo...).

La Semaine de la mode de Milan, qui s'est terminée dimanche, a été marquée par une chute de 50% des acheteurs asiatiques et la tenue sans public, par précaution sanitaire, de deux défilés, dont celui de Giorgio Armani.

Plusieurs grands salons professionnels milanais, qui devaient commencer cette semaine ont été annulés, dont Myplant & Garden et le Mido, le plus grand rendez-vous international de la lunetterie, l'Italie étant le premier fabriquant mondial de montures et lunettes de soleil haut de gamme.

L'inquiétude pèse désormais sur le Salon du meuble et du design, prévu du 21 au 26 avril.

L'association du secteur des congrès et salons, Federcongressi&eventi, a estimé à plus d'1,5 milliard d'euros la perte économique pour cette filière en un mois en Lombardie, Vénétie et Emilie-Romagne, et demandé la mise en place de mesures fiscales et d'aides pour amortir le choc.

- 25% d'annulations -

Les hôteliers sont aussi inquiets. "La situation est préoccupante. Outre le problème des salons, des annulations commencent à arriver d'entreprises qui reportent des voyages professionnels", déclare à l'AFP le président à Milan de l'association des hôteliers Federalberghi, Maurizio Naro.

"Pour cette semaine, une première estimation fait état de 25% d'annulations", dit-il.

Milan a connu un envol touristique depuis l'Exposition universelle de 2015, grâce à ses semaines de la mode, du design, son Duomo (cathédrale) ou sa vie nocturne.

De 4,2 millions de visiteurs en 2011, elle est passée à 6,8 millions en 2018 (dont environ 65% d'étrangers), soit une hausse de plus de 60%.

Mais avec son Duomo et ses musées fermés tout comme ses bars et restaurants le soir, que vont faire les touristes ?

"On s'adaptera, on regardera ce qu'il y a moyen de faire quand même. C'est la vie...", déclare philosophe une touriste belge, Sophia Lomonaco, tout juste arrivée avec sa fille Maeva pour un séjour de quatre jours destiné à célébrer les 18 ans de celle-ci.

"Ce qui nous embête plus c'est les musées, on avait réservé le Duomo", ajoute-t-elle, en évoquant, pour compenser, la possibilité de se rendre aux îles Borromées, sur le lac Majeur.

Toutes les actualités

A Berlin, les femmes répliquent au manspreading

Illustration du métro U-Bahn peint à l'entrée de la station Unter den Linden lors de sa construction à Berlin, 29 décembre 2014.

Dans un métro berlinois bondé, un homme s'étale sur deux places, sans gêne. Face à lui, deux femmes écartent soudainement les jambes comme lui dévoilant sur leur pantalon une inscription indignée: "Stop manspreading!"

Militantes féministes, Elena Buscaino et Mina Bonakdar entendent sensibiliser les usagers des transports publics à "l'étalement masculin", cette façon -pour un homme- de s'assoir en prenant ses aises, sans considération pour ses voisins, souvent des voisines.

Plus largement, les performances de ces deux Berlinoises mêlant humour et provocation questionnent les enjeux de domination et le partage de l'espace urbain entre les genres.

"Il est parfaitement possible de s'assoir confortablement dans les transports sans prendre deux places en écartant les jambes", explique Mina Bonakdar, 25 ans.

Avec son amie Elena, comme elle étudiante en design, elle a créé le collectif "Riot Pant Project" qui transforme des pantalons d'occasion en support de revendications, pour encourager les femmes et personnes LGBTQ à se réapproprier l'espace public.

Cet arme vestimentaire ne révèle son message politique caché -"Stop mansreading!", "Give us space" ("Donnez-nous de l'espace") ou "Toxic masculinity"- qu'en imitant l'attitude de son vis-à-vis: cuisses ouvertes exhibant le slogan collé en lettres capitales dans l'entrejambe.

"Ce n'est que par l'imitation que l'interlocuteur comprend l'effet que produit son comportement", estime Elena Buscaino.

Phénomène ancien

Cependant, reconnaît la jeune femme, "très peu changent leur posture sur l'instant". "Ils sont souvent étonnés que des femmes puissent se tenir ainsi face à eux", poursuit l'activiste qui espère surtout donner matière à réfléchir.

Pour Mina Bonakdar, le simple fait de porter ce pantalon permet aux femmes de "se sentir plus fortes et gagner en confiance".

Si elle peut pour certains paraître anecdotique, la problématique du "manspreading" existe quasiment depuis l'apparition des transports collectifs.

"Asseyez-vous avec vos membres près du corps et ne décrivez pas un angle de 45 degrés avec vos jambes, ce qui reviendrait à occuper la place de deux personnes", prévenait dès 1836 le Times of London dans un article consacré à la bienséance dans l'autobus, explique dans "History of the Bakerloo Line" Clive D.W. Feather, spécialiste du métro londonien.

Le terme s'est popularisé en 2013 lorsque des utilisatrices du métro new-yorkais ont publié, sur les réseaux sociaux, des photos de voyageurs prenant leurs aises et de leurs voisines recroquevillées.

Selon une étude de 2016 de l'Hunter College de New York, 26% des usagers masculins du métro de la ville abusent de cette pratique contre moins de 5% des femmes.

La métropole américaine a été l'une des premières au monde à tenter de freiner ce comportement. En 2014, son gestionnaire des transports (MTA) avait collé des autocollants dans les wagons avec pour message: "mec, arrête de t'étaler s'il te plaît".

Montrer une domination

Depuis, des campagnes similaires sont apparues en Corée du Sud, au Japon ou à Istanbul. A Madrid depuis 2017, les usagers du bus s'exposent même à une amende s'ils sont pris en flagrant délit "d'étalement masculin".

Sur internet, le sujet est rapidement inflammable, certains hommes justifiant leur posture par leur spécificité anatomique. Un argument qu'aucune étude scientifique n'a pu jusqu'à présent confirmer.

C'est plutôt "une question de répartition des genres" au sein de la société, affirme Bettina Hannover, psychologue et professeure à l'Université libre de Berlin.

"Les hommes (...) montrent leur domination par leur position assise, analyse-t-elle. Les femmes sont censées prendre moins de place et surtout se comporter de manière décente".

La compagnie des transports berlinois BVG assure que les plaintes sont néanmoins trop peu nombreuses pour justifier une campagne séparée, "pour le moment".

Le Botswana et la Zambie veulent relancer leurs secteurs miniers

Le Botswana et la Zambie veulent relancer leurs secteurs miniers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Le prince Harry dénonce la presse britannique

Le prince Harry et son épouse américaine, Meghan Markle le 24 février 2019.

La pression de la presse britannique "détruisait ma santé mentale", a affirmé le prince Harry pour expliquer sa décision de se mettre en retrait de la famille royale, lors d'un entretien diffusé jeudi soir à la télévision américaine.

"C'était une période très difficile. Nous savons tous comment la presse britannique peut se comporter, cela détruisait ma santé mentale, c'était nocif", a dit le duc de Sussex au présentateur du "Late Late show", James Corden, lors de cette interview filmée à bord d'un bus à impériale à Los Angeles.

"J'ai donc fait ce que tout époux ou père aurait fait (...), je devais mettre ma famille à l'abri", a expliqué le petit-fils de la reine Elizabeth II d'Angleterre.

Quant à sa décision de quitter ses fonctions au sein de la monarchie début 2020 et de s'installer aux Etats-Unis avec son épouse américaine, Meghan Markle, "cela n'a jamais été un départ, c'était un pas en arrière plutôt qu'un retrait", a-t-il dit.

Le prince Harry, 36 ans, sixième dans l'ordre de succession à la couronne britannique, a dénoncé à de multiples reprises la pression des médias sur son couple et en a fait la raison principale de sa mise en retrait de la famille royale, effective depuis avril 2020.

Le palais de Buckingham a annoncé la semaine dernière que le couple allait perdre ses derniers titres, notamment les titres militaires du prince auxquels il est très attaché. Meghan Markle, ancienne actrice, perdra ses patronages caritatifs.

Harry et Meghan, avec leur fils Archie, vivent dans une luxueuse villa près de Los Angeles, et ont déjà signé des contrats avec les plateformes Netflix et Spotify.

"Qu'importe la décision que j'ai prise, ma vie est dédiée au service public", a assuré Harry, 36 ans, qui oeuvre pour des causes humanitaires à travers une fondation, Archewell.

Tout en critiquant les médias, le couple les utilise régulièrement pour faire passer ses messages: Meghan, 39 ans, a ainsi annoncé récemment dans le New York Times qu'elle avait fait une fausse couche en juillet.

Le couple a alimenté la chronique en annonçant le jour de la Saint-Valentin qu'il attendait un deuxième enfant.

Meghan et Harry doivent aussi s'expliquer sur leur décision de se mettre en retrait dans un long entretien avec la star de l'interview confession Oprah Winfrey, qui sera diffusé le 7 mars à la télévision américaine.

Lors de l'entretien avec James Corden, Harry évoque également la série télévisée à succès de Netflix "The Crown", qui revient sur le règne d'Elizabeth II.

"C'est de la fiction, vaguement basée sur la vérité. Bien sûr, ce n'est pas complètement fidèle" à la réalité, dit-il. "Mais je me sens bien plus à l'aise avec +The Crown+ qu'avec les histoires écrites (dans la presse) sur ma famille, ma femme, ou moi".

Des questions sur l’efficacité et la sûreté des vaccins anti-covid

Des questions sur l’efficacité et la sûreté des vaccins anti-covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:56 0:00

L'ambassadeur tué en RDC "a été trahi" par un proche, selon sa femme

Les carabiniers transportent le cercueil de l'ambassadeur italien Luca Attanasio dans la Basilique de Sainte Marie des Anges et des Martyrs à Rome, le 25 février 2021.

Selon le quotidien italien Il Messaggero, l'ambassadeur Luca Attanasio a été trahi par une personne proche de la famille.

C'est ce qui ressort d'une interview accordée par la veuve de l'ambassadeur tué lundi dans une embuscade en République démocratique du Congo (RDC).

Luca Attanasio, 43 ans, circulait dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda, à bord d'un convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) lorsque celui-ci a été pris dans une embuscade.

L'ambassadeur, son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci, 30 ans, et un chauffeur congolais du PAM, Mustafa Baguma Milambo, 56 ans, ont été tués par balles.

Pour sa veuve, Zakia Seddiki, "Luca a été trahi par quelqu'un qui nous est proche, proche de notre famille". "Quelqu'un qui connaissait ses déplacements a parlé, l'a vendu et l'a trahi", a-t-elle ajouté, sans plus de précisions.

Les circonstances de la fusillade devront être éclaircies par les enquêtes du PAM et de l'ONU à qui le chef de la diplomatie italienne, Luigi Di Maio, a demandé "le plus rapidement possible, des réponses claires et exhaustives".

Le parquet de Rome, où se trouve le siège mondial du PAM, a ouvert de son côté une enquête pour "séquestration de personnes à des fins terroristes", selon la presse italienne.

Les autorités congolaises accusent les rebelles hutus rwandais des Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), installées dans l'est de la RDC. Mais dans un entretien accordé à VOA Afrique, un porte-parole des FDLR, Cure Ngoma, a nié toute implication dans cette attaque. Il s'est dit prêt à témoigner, tout en réclamant une enquête internationale et impartiale.

Selon les autorités congolaises et italiennes, l'attaque s'est produite à quelques kilomètres de la commune de Kiwanja, où Luca Attanasio et des fonctionnaires du PAM devaient visiter une école.

Selon le journal La Stampa, Luca Attanasio, arrivé en RDC en 2017, avait demandé l'année suivante au ministère italien des Affaires étrangères une escorte de quatre carabiniers, comme celle dont bénéficiait son prédécesseur, au lieu des deux alors en poste. Après une mission d'inspection en RDC, le ministère a refusé sa demande, écrit le quotidien.

Le PAM et le ministère italien des Affaires étrangères n'avaient pas immédiatement répondu vendredi aux sollicitations de l'AFP.

Après des funérailles d'Etat organisées jeudi à Rome, Luca Attanasio devait être inhumé samedi dans sa ville de Limbiate, près de Milan (nord).

Mort de l'ambassadeur Attanasio: les FDLR rejettent toute responsabilité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:17 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG