Liens d'accessibilité

Contre la faim et la pauvreté, la FAO encourage le développement du secteur rural

  • VOA Afrique

Des employés ramassent des fèves de cacao à Niable, près de la frontière entre la Côte d'Ivoire et le Ghana, le 19 juin 2017.

L'organisation de l'ONU pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a souligné lundi l'importance du développement du secteur rural à travers le monde pour atteindre l'objectif fixé par la communauté internationale d'éliminer la faim et la pauvreté d'ici 2030.

"La concrétisation du Programme 2030 est absolument tributaire des progrès accomplis en milieu rural, où se concentrent la plupart des personnes souffrant de la pauvreté et de la faim", estime la FAO dans un rapport publié lundi à son siège à Rome.

La FAO s'est récemment alarmée d'une brusque augmentation de la faim dans le monde, avec 815 millions de personnes affectées en 2016, après dix ans d'amélioration quasi-constante.

"Il ne pourrait y avoir de signal d'alarme plus clair", souligne la FAO, précisant que les pays touchés "se situent principalement en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud".

"Il est nécessaire d'entreprendre dès aujourd'hui une action concertée" pour parvenir à l'élimination de la faim et de la pauvreté d'ici 2030, assure l'agence.

La FAO présente plusieurs pistes, en particulier le développement de l'agro-industrie (stockage, transformation ou commerce en gros de produits agricoles) et le développement des infrastructures nécessaires pour relier les zones rurales aux marchés urbains.

"Les réseaux territoriaux des petites et moyennes villes sont des points de référence importants pour les populations rurales: elles y achètent des semences, y envoient leurs enfants à l'école et s'y rendent lorsqu'elles ont besoin de soins médicaux", rappelle la FAO.

"Le développement de l'économie rurale est souvent plus rapide et en général plus inclusif s'il est intégré à celui des zones urbaines de taille modeste", ajoute la FAO.

La demande alimentaire urbaine sera d'ailleurs l'un des principaux moteur de croissance des zones rurales, souligne l'agence, même s'il n'y a aucun automatisme pour les petits agriculteurs.

"La demande urbaine, quel que soit son volume, ne peut à elle seule améliorer les conditions de production et de marché pour les petits agriculteurs. Des politiques et des investissements publics de soutien sont l'un des éléments sur lesquels repose toute transformation rurale inclusive", assure la FAO.

La forte demande alimentaire engendrée par la croissance démographique, l'urbanisation et la hausse des revenus est cependant confrontée aux changements climatiques et à des contraintes liées aux ressources naturelles.

"Produire plus avec moins, tout en préservant et en améliorant les moyens d'existence des agriculteurs est un défi mondial", conclut la FAO.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG