Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Total garde pour 20 ans la gestion du terminal pétrolier de Pointe-Noire

Une station-service Total. REUTERS/Mike Hutchings

Le groupe pétrolier français Total a renouvelé pour 20 ans son contrat de gestion du plus important terminal pétrolier qui centralise, au large de Pointe-Noire, l'ensemble de la production de la République du Congo avant exportation, a-t-on appris mardi auprès de ses responsables.

"On s’est mis d’accord pour renouveler la concession du Terminal de Djeno qui est un ancrage historique de Total au Congo, pour 20 années de plus", a déclaré Patrick Pouyanné, PDG de Total à sa sortie d’une audience avec le président Denis Sassou Nguesso à Oyo (nord).

"Au Congo, l’histoire de Total va continuer en bonne confiance avec les autorités du pays", s’est-il félicité.

Selon Jean-Marc Thystère Tchicaya, ministre congolais des Hydrocarbures, le premier accord qui liait les deux parties devrait prendre fin le 18 novembre.

Jusque-là, Total détenait 63% des parts dans la gestion du Terminal contre 37% pour le groupe italien Eni.

Ce contrat est conclu alors que l'Etat congolais est à la recherche de nouvelles sources de revenus après la baisse de 50% de ses recettes budgétaires et la longue attente d'un financement du Fonds monétaire international.

Selon les nouvelles dispositions du contrat, la gestion sera désormais assurée par un consortium qui intègre désormais l'Etat congolais.

"Le Terminal sera partagé entre diverses sociétés et Total sera un des principaux actionnaires. La République du Congo aura sa part ainsi que les autres opérateurs tels que Eni et Perenco", a expliqué M. Pouyanné à la presse.

Le Terminal de Djeno rassemble toutes les cargaisons venant des différents champs pétroliers du Congo avant leur exportation.

Opérationnel depuis 1972, il traite officiellement environ 220.000 barils par jour.

Pays riche en pétrole, ce pays d'Afrique centrale fait actuellement face à plusieurs défis politiques et socio-économiques.

Toutes les actualités

Un élève tué et deux autres blessés lors d'une opération de police à Brazzaville

Un élève tué et deux autres blessés lors d'une opération de police à Brazzaville
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Congo: appel à la création d'une commission d’enquête sur les victimes du référendum de 2015

Une affiche de campagne du président congolais réélu Denis Sassou Nguesso est photographiée à l'extérieur du siège du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir à Brazzaville le 23 mars 2021.

Une ONG congolaise a réclamé vendredi la mise en place d’une commission d’enquête indépendante "pour rendre justice" aux personnes tuées durant la campagne du référendum de 2015, qui avait permis au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016.

"Ce qui s’est passé en 2015, ce sont des crimes extrêmement graves et il est incompréhensible que six ans après justice ne soit pas rendue", a déclaré à l’AFP Trésor Nzila, directeur exécutif du Centre d’actions pour le développement (CAD).

"Nous voulons coûte que coûte une commission d’enquête indépendante sur les victimes de la campagne référendaire, pour que la justice s’enclenche", a-t-il ajouté.

En octobre 2015, le Congo est en pleine campagne référendaire. Deux camps s'opposent: d’un côté les partisans du pouvoir qui militent pour le changement de la constitution adoptée en 2002, de l’autre les opposants qui appellent au boycott. Les manifestations de ces derniers sont réprimées par la force publique.

Le bilan établi par les autorités faisait état de quatre morts et dix blessés par balles dont trois membres des forces de l’ordre.

"Ce bilan est largement sous-estimé, des sources indépendantes ont enregistré une trentaine de morts", a souligné Trésor Nzila. "La contradiction des chiffres fait obligation à ce qu’il y ait une commission d’enquête indépendante", a-t-il insisté.

En 2018, le gouvernement congolais s’était engagé devant la Commission des droits de l’homme de l’ONU à mettre en place une commission devant faire la lumière sur ces évènements.

"Mais, trois ans après, cette commission ne voit toujours pas le jour", a encore déploré M. Nzila.

Une fois adoptée en 2015, la nouvelle constitution avait fait sauter le verrou de la limitation des mandats à deux, permettant ainsi à Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016, puis un quatrième en mars dernier.

Le président Sassou Nguesso, 78 ans, a la possibilité de se présenter (pour la dernière fois) en 2026.

Pétrole: Brazzaville espère mobiliser près de 1094 milliards FCFA en 2022

Pétrole: Brazzaville espère mobiliser près de 1094 milliards FCFA en 2022
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:32 0:00

Des bibliothèques humaines pour connaitre l'Autre et combattre les préjugés

Des bibliothèques humaines pour connaitre l'Autre et combattre les préjugés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:37 0:00

Flambée des cas de coronavirus à Brazzaville: suspension des mariages

Flambée des cas de coronavirus à Brazzaville: suspension des mariages
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG