Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Algérie

Confusion autour de la tenue de la présidentielle

Des officiers de police et des manifestants s'affrontent lors d'une manifestation du 1er mai à Alger, en Algérie, le 1er mai 2019.

Pas de candidats ? Deux candidats ? La situation est devenue encore plus confuse dimanche en Algérie autour de la présidentielle prévue le 4 juillet, un scrutin catégoriquement rejeté par le mouvement de contestation et dont la tenue apparaît plus incertaine.

A l'expiration du délai légal samedi à minuit, le Conseil Constitutionnel a annoncé dans un communiqué avoir enregistré le dépôt de deux dossiers auprès de son secrétariat général de la part de Abdelhakim Hamadi et Hamid Touahri.

Mais les candidatures de ces deux inconnus ont de maigres chances d'être validées car elles vont se heurter aux conditions rédhibitoires fixées par la loi, notamment celle liée à l'obligation d'obtenir 60.000 parrainages d'électeurs ou 600 signatures d'élus.

Selon la presse, Abdelhakim Hamadi avait déjà déposé sa candidature pour l'élection du 18 avril, finalement annulée.

Le Conseil a 10 jours pour statuer sur la validité des deux candidatures, selon la loi électorale.

Avant l'annonce du Conseil constitutionnel, la radio publique avait indiqué que le pays vivait une "situation inédite" et qu'aucun dossier de candidature n'avait été déposé.

Selon elle, le seul candidat également cité par d'autres médias, un militaire à la retraite, Benzahia Lakhdar, un ex-militant du Front de libération national (FLN), le parti du président déchu Abdelaziz Bouteflika, s'était rétracté au moment de déposer son dossier.

Le site d'informations TSA affirme qu'aucun candidat n'est parvenu à réunir le nombre de signatures nécessaires.

"Il est fort probable que le pouvoir annonce, bientôt, le report de cette joute à une date ultérieure", écrit le quotidien francophone El Watan sur son site internet, en allusion à la présidentielle.

L'Algérie est secouée depuis le 22 février par des manifestations massives qui avaient été déclenchées par la volonté de M. Bouteflika de briguer un cinquième mandat.

M. Bouteflika a démissionné le 2 avril sous la pression de la rue et de l'armée, mais les manifestants restent mobilisés, en réclamant le départ de l'ensemble du "système" au pouvoir durant les deux décennies de règne d'Abdelaziz Bouteflika.

- Scénario "à l'égyptienne" -

Le mouvement de contestation rejette la tenue d'une élection présidentielle tant que leur revendication n'a pas été satisfaite et réclament, avant tout scrutin, des structures de transition à même de garantir une élection libre et équitable.

Aucune personnalité d'envergure n'a fait publiquement acte de candidature à la présidentielle et aucun grand parti au pouvoir ou d'opposition n'a désigné de candidat.

Le pouvoir actuel et son président par intérim Abdelkader Bensalah, désigné le 9 avril, ont dit vouloir s'en tenir aux délais constitutionnels : l'élection d'un nouveau chef de l'Etat dans les 90 jours suivant le début de l'intérim.

Homme fort du pays, le chef d'état-major de l'armée, le général Ahmed Gaïd Salah, a opposé une fin de non-recevoir aux revendications de la contestation.

Il a jugé en début de semaine "irraisonnable voire dangereux" le départ des figures du "système" et appelé à accélérer les préparatifs de la présidentielle afin d'éviter un "vide constitutionnel" et de juguler "ceux qui veulent faire perdurer la crise".

Le chef d'état-major a aussi appelé les manifestants à "s'unir" avec l'armée afin de déjouer "l'infiltration" des manifestations par les "instigateurs de plans pernicieux", et a assuré n'avoir "aucune ambition politique".

Le retour au centre de l'échiquier politique de l'armée -considérée comme le réel détenteur du pouvoir jusqu'à l'arrivée d'Abdelaziz Bouteflika- fait craindre à certains observateurs un possible scénario "à l'égyptienne".

En Egypte, le chef de l'armée Abdel Fattah al-Sissi s'est fait élire président après un coup d'Etat militaire en 2013 contre le président élu Mohamed Morsi et après avoir avait assuré que l'armée "resterait éloignée de la politique".

Toutes les actualités

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo

Votre page des sports du 21 août avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:20 0:00

Nouveau vendredi de manifestations contre le pouvoir

Nouveau vendredi de manifestations contre le pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:42 0:00

26e vendredi de manifestations contre le régime

Des manifestants algériens scandent des slogans et brandissent des drapeaux nationaux dans les rues de la capitale, Alger, le 26e vendredi consécutif de manifestations du 16 aout 2019.

Les Algériens manifestent à nouveau massivement dans les rues du centre de la capitale, quadrillé par la police, pour un 26e vendredi consécutif d'un mouvement de protestation qui s'apprête à clore son 6e mois sans avancée vers une solution à la crise.

Malgré la forte chaleur estivale, la mobilisation, difficile à estimer précisément en l'absence de comptage officiel, semblait aussi importante que ces dernières semaines.

Amoindrie par les vacances scolaires par rapport aux premières semaines du "Hirak" (le mouvement de contestation né le 22 février), la mobilisation reste forte à Alger, où comme chaque vendredi, hommes, femmes et enfants de tous âges sont au rendez-vous.

"C'est ou nous ou ce pouvoir, on ne va pas s'arrêter", scandent les manifestants qui continuent de réclamer le départ du pouvoir de tous ceux ayant accompagné, durant ses 20 ans de présidence, Abdelaziz Bouteflika, contraint à la démission le 2 avril, sous les pressions conjuguées de la rue puis de l'armée.

Des dizaines de véhicules de police sont garés des deux côtés de la rue, sur une partie du parcours emprunté par la manifestation. Le dispositif semble toutefois avoir été légèrement allégé par rapport aux dernières semaines.

Le général Ahmed Gaïd Salah, chef d'état-major de l'armée devenu le véritable homme fort du pays depuis la démission de M. Bouteflika, reste une cible principale des protestataires.

- "Experts de la triche" -

"Unis, on fera partir le +Gang+ (au pouvoir) puis Gaïd", scandent ces derniers.

Alors que le mouvement de contestation, qui s'apprête à fêter son 6e mois le 22 août, ne semble pas s'essouffler, aucune solution à la crise politique dans laquelle est plongée l'Algérie ne se profile.

Le "Hirak" continue de refuser la présidentielle que le pouvoir souhaite coûte que coûte organiser le plus rapidement possible pour élire le successeur de M. Bouteflika. Une élection convoquée le 4 juillet a dû être annulée, aucun candidat sérieux ne s'étant présenté.

"On ne veut pas d'élections organisées par ce gouvernement. Ils trouveront le moyen de frauder. Ce sont des experts de la triche. Qu'ils partent avant les élections", résume Mohamed Benouafek, 45 ans, ingénieur dans une entreprise privée, interrogé dans une rue d'Alger par l'AFP.

Chauffeur de taxi de 65 ans, Ahmed manifeste vendredi "pour redire à Gaïd que nos revendications n'ont pas été satisfaites", contrairement à ce que le chef d'état-major a assuré le 8 août, en dénonçant "certains groupes" qui "s'acharnent à rejeter toutes les initiatives présentées et tous les résultats obtenus".

Le "dialogue" proposé par le pouvoir à la classe politique et à la société civile pour définir les modalités de cette élection, censé en garantir l'équité, est également rejeté par les manifestants, et "l'Instance de dialogue" mise sur pied pour parler avec les divers acteurs, peine à asseoir sa légitimité à leurs yeux.

- "A la poubelle" -

Nommé à la tête de cette instance, Karim Younès, ex-président de la Chambre basse et ancien ministre de M. Bouteflika, est une fois encore conspué vendredi par les manifestants aux cris de "Karim Younès à la poubelle!".

"On reste avec des pratiques anciennes, ce genre d'instance va nous mener à l'impasse", a averti jeudi, dans un entretien au site d'information TSA (Tout sur l'Algérie), l'économiste Smail Lalmas, qui a démissionné de cette instance après le refus du pouvoir de prendre des mesures "d'apaisement" réclamées en signe de bonne volonté.

De leur côté, plusieurs partis politiques et organisations de la société civile ont été contraints de reporter une réunion prévue samedi, faute d'avoir obtenu - comme le veut la loi - une autorisation préalable des autorités.

"Au moment où le pouvoir fait la promotion de son offre de dialogue, la réalité est tout autre", s'insurgent les organisateurs dans un communiqué, dénonçant "le verrouillage du débat public, des médias, du dialogue dans la société".

Algérie: les étudiants manifestent pour la 25e semaine, malgré les vacances

Algérie: les étudiants manifestent pour la 25e semaine, malgré les vacances
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Désignation des membres du nouveau gouvernement mauritanien

Désignation des membres du nouveau gouvernement mauritanien
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:26:27 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG