Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Cinq morts dans la chute d'une roquette près de la Foire de Damas

Quelques personnes se rassemblent autour des bâtiments en feu après une attaque à la bombe dans la banlieue de Sayyida Zeinab, à Damas, Syrie, 11 juin, 2016. (SANA via AP)

Cinq personnes ont été tuées dimanche selon une ONG lorsqu'une roquette s'est abattue près de l'entrée de la Foire internationale de Damas inaugurée cette semaine après cinq ans d'absence en raison de la guerre en Syrie.

La Foire, relancée par le régime syrien pour tenter de faire revenir les investisseurs, est située aux portes du fief rebelle de la Ghouta orientale à l'est de la capitale.

La télévision d'Etat avait rapporté que "des citoyens ont été blessés par une roquette" à l'entrée de la Foire, sans en préciser le nombre ou évoquer des morts.

La télévision a même diffusé des interviews en direct à l'entrée de la Foire sans évoquer l'incident ni montré le lieu de l'explosion.

Une page Facebook qui recense le nombre de roquettes qui s'abattent sur la capitale a évoqué quatre morts et quatre blessés par la roquette.

Une source à l'hôpital de Jaramana, banlieue sud-ouest de Damas, a affirmé à l'AFP avoir "vu des morts et des blessés en état de choc" arriver à l'établissement.

"On se préparait à recevoir les visiteurs quand j'ai entendu une explosion (...) puis j'ai vu de la fumée du côté de l'entrée de l'exposition", a raconté de son côté à l'AFP un témoin, Iyad al-Jabiri, un Syrien de 39 ans qui travaille dans un stand de textile.

La Foire, le plus important évènement économique de Syrie avant la guerre et une des plus anciennes du monde arabe, a rouvert ses portes jeudi. La dernière édition remonte à l'été 2011, quelques mois après le début de la révolte contre le régime.

Les autorités avaient décidé de rouvrir la Foire estimant que le calme était revenu dans la zone où se tient l'expsition, la Ghouta orientale étant depuis juillet une des "zones de désescalade" désignées à la suite d'un accord de trêve entre parrains du régime et des insurgés.

Les Etats-Unis et les pays européens --qui imposent des sanctions sur le régime du président Bachar Al-Assad-- n'ont pas été invités officiellement, même si quelques compagnies occidentales participent à titre individuel.

Déclenché par la répression de manifestations pacifiques, le conflit en Syrie s'est complexifié au fil des ans avec l'implication de pays étrangers et de groupes jihadistes, sur un territoire morcelé. Il a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés.

'Pas isolés'

Les Etats-Unis et la majorité des pays européens avaient fermé leur ambassade à Damas après la répression de 2011.

Dimanche, le président Assad a affirmé que les pays souhaitant rouvrir leur ambassade doivent rompre tout lien avec les rebelles.

"Il n'y aura ni coopération de sécurité ni ouverture d'ambassades, ni rôle pour certains Etats qui disent vouloir chercher une issue (à la guerre en Syrie) tant qu'ils n'auront pas coupé leurs liens de manière explicite avec le terrorisme", affirmé M. Assad dans un discours retransmis par la télévision d'Etat.

Damas utilise le terme de "terroristes" pour désigner aussi bien les rebelles que les jihadistes.

"Nous ne sommes pas isolés comme ils le pensent", a-t-il ajouté.

En mai, le journal panarabe al Hayat écrivait que le président français Emmanuel Macron envisageait de revenir sur cette décision, mais le Quai d'Orsay avait démenti en affirmant que la question n'était "pas à l'ordre du jour".

La France a dès le début été l'un des soutiens les plus forts de l'opposition syrienne et a toujours réclamé le départ de M. Assad, considéré comme le principal responsable du conflit.

Cette position s'était infléchie après les attentats qui ont meurtri la France en 2015, et la lutte contre le groupe jihadiste Etat islamique prospérant en Irak et en Syrie avait été placée au rang de priorité absolue.

Mais l'antienne officielle restait jusqu'à présent que Bachar Al-Assad ne peut pas faire partie de l'avenir de la Syrie.

Fort du soutien de ses alliés indéfectibles, la Russie, l'Iran et le Hezbollah chiite libanais, le régime d'Assad a infligé revers après revers aux rebelles et jihadistes à partir de 2015, après avoir connu lui-même de cuisantes défaites qui lui ont fait perdre de larges pans du territoire syrien.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Les attentats au Sri Lanka, "réponse" au massacre de Christchurch

Inhumation de masse pour les victimes de la série d'attentats-suicides au Sri Lanka, le 23 avril 2019. REUTERS / Athit Perawongmetha

Revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), les attentats visaient apparemment à venger le massacre commis le mois dernier dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a déclaré mardi un ministre sri-lankais.

Les attaques ont fait 321 morts, dont 38 étrangers, et 500 blessés le dimanche de Pâques dans des églises et des hôtels du Sri Lanka.

Le secrétaire d’Etat à la Défense, Ruwan Wijewardene, a précisé que deux groupes islamistes sri-lankais, le National Thawheed Jama’ut (NTJ) et le Jammiyathul Millathu Ibrahim, étaient responsables de ces attentats coordonnés.

Les Nations unies ont précisé que 45 enfants figuraient parmi les morts.

Les attentats suicides ont visé trois églises et quatre hôtels. Ils ont été revendiqués mardi par l’EI, via son organe de propagande Amaq. L’EI ne fournit aucune preuve à l’appui de sa revendication.

“Les premiers éléments de l’enquête montrent qu’il s’agit de représailles à l’attaque contre les mosquées en Nouvelle-Zélande”, a déclaré Ruwan Wijewardene devant le Parlement.

Le mois dernier, un Australien de 28 ans, Brenton Harrison Tarrant, a abattu 50 personnes qui priaient dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch, et diffusé le carnage en direct sur Facebook.

Mardi, le Premier ministre sri-lankais Ranil Wickremesinghe a déclaré qu’il pouvait effectivement y avoir “des liens” entre les attentats de dimanche et l’EI. Il a également jugé “possible” que ces attentats aient été une réponse aux fusillades de Christchurch.

Certains des kamikazes s’étaient rendus à l’étranger et avaient regagné le Sri Lanka, a-t-il précisé.

AVERTISSEMENTS INDIENS

La police sri-lankaise a arrêté une quarantaine de personnes depuis les attentats, dont un ressortissant syrien.

Le gouvernement de Colombo a reconnu avoir reçu des services secrets indiens, dix jours avant Pâques, des informations selon lesquelles le National Thawheed Jama’ut envisageait d’attaquer des églises.

Un rapport des services de renseignement daté du 11 avril mettait en garde contre un tel risque mais, selon une source gouvernementale, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe n’a pas été informé de cette menace en raison de ses désaccords politiques avec le président Maithripala Sirisena.

Le chef de l’Etat avait limogé Wickremesinghe l’an dernier mais avait dû le rétablir dans ses fonctions sur décision de la Cour suprême. Depuis, le Premier ministre était toutefois écarté des réunions consacrées aux questions de sécurité.

Maithripala Sirisena a précisé que le rapport des services de renseignement n’avait pas été porté à sa connaissance et a annoncé qu’il entendait remplacer le chef d’état-major des forces armées dans les prochaines 24 heures.

“Je vais complètement restructurer la police et les forces de sécurité dans les prochaines semaines. Je prévois de remplacer les responsables de la défense dans les prochaines 24 heures”, a-t-il dit dans une déclaration télévisée à la nation.

“Les responsables de la sécurité qui ont reçu le rapport de renseignement d’un pays étranger ne m’en ont pas fait part. Des mesures appropriées doivent être prises. J’ai décidé de prendre des mesures fermes contre ces responsables”, a-t-il ajouté.

Selon des sources indiennes et sri-lankaises, les services de renseignement sri-lankais ont encore été informés par l’Inde de la possibilité d’une attaque imminente deux heures avant les explosions.

Un deuil national a été décrété mardi au Sri Lanka et trois minutes de silence ont été observées en hommage aux victimes.

A Paris, le président français Emmanuel Macron a invité l’ensemble de la communauté internationale à se mobiliser contre le terrorisme.

“Ces actes ignobles devront être punis. La coopération internationale contre le terrorisme exige la mobilisation de tous et elle sera au coeur de nos priorités”, a-t-il déclaré au côté du Premier ministre japonais, Shinzo Abe, à l’Elysée.

La France et la Nouvelle-Zélande organiseront le 15 mai à Paris une réunion de chefs d’Etat et de gouvernement et de dirigeants d’entreprises du numérique pour lutter contre les contenus sur Internet à caractère terroriste ou relevant de l’extrémisme violent, a-t-on appris mardi auprès de l’Elysée. Un “appel de Christchurch” sera lancé à cette occasion.

Avec Reuters

Violences sexuelles lors des conflits: les victimes réclament justice, l'ONU patine

Réunion du Conseil de sécurité sur les violences sexuelles au siège des Nations Unies, le mardi 23 avril 2019. (AP Photo / Seth Wenig)

Les Nobel de la Paix 2018 congolais Denis Mukwege et yazidie Nadia Murad ont réclamé mardi à l'ONU justice pour les victimes de violences sexuelles dans les conflits, lors d'un débat paradoxal qui a vu l'adoption d'une résolution amputée de sa substance par les Etats-Unis et la Russie.

"Nous déplorons que des menaces de veto aient été agitées par des membres permanents de ce Conseil pour contester 25 ans d'acquis en faveur des droits des femmes dans des situations de conflits armés", a lancé l'ambassadeur français à l'ONU, François Delattre, après l'adoption du texte par le Conseil de sécurité par 13 voix et 2 abstentions (Russie et Chine).

En recul sur l'avortement et opposés à la Cour pénale internationale, les Etats-Unis ont voté pour la résolution mais après en avoir fait retirer lors des négociations ses mentions liées aux droits sexuels et reproductifs. La création d'un "mécanisme" facilitant la poursuite en justice des auteurs de violences sexuelles a aussi été rejetée par Washington, Moscou et Pékin.

"Nous sommes consternés par le fait qu'un Etat ait exigé le retrait de la référence à la santé sexuelle et reproductive pourtant agréée" dans de précédentes résolutions en 2009 et 2013, a précisé François Delattre en visant les Etats-Unis.

"Il est intolérable et incompréhensible que le Conseil de sécurité soit incapable de reconnaître que les femmes et les filles qui ont subi des violences sexuelles en temps de conflit et qui n'ont évidemment pas choisi d'être enceintes, ont le droit d'avoir le choix d'interrompre leur grossesse", a-t-il insisté.

Dans son texte d'origine, l'Allemagne voulait créer un groupe de travail formel - idée abandonnée -, pousser à la création d'un organisme international pour aider à faire juger les coupables, et développer la protection des survivants, notamment les femmes violées tombant enceintes.

- Veto américain -

Les négociations ont été ardues, selon des diplomates. Outre la menace d'un veto américain, Russie et Chine ont été jusqu'à proposer un texte concurrent à celui de l'Allemagne sans aller jusqu'à demander un vote.

Moscou et Pékin ont expliqué vouloir combattre les violences sexuelles dans les conflits mais dénoncé "des interprétations laxistes" dans le texte allemand et des "manipulations" pour créer de nouvelles structures et "outrepasser" des mandats existants.

En définitive, cette triple opposition américano-russo-chinoise a conduit l'Allemagne à réduire à la "portion congrue" son texte, selon un diplomate. "Les Américains ont pris en otage une négociation à partir de leur idéologie, c'est scandaleux", abonde un autre diplomate.

Interrogé sur ce recul, l'ambassadeur allemand à l'ONU Christoph Heusgen a reconnu que son pays aurait préféré "un langage fort". Le choix était de renvoyer le texte à plus tard ou d'accepter les suppressions demandées. Denis Mukwege et Nadia Murad ont opté pour la mise au vote, s'est-il justifié.

Dans un communiqué, plusieurs pays nordiques (Danemark, Finlande, Islande, Norvège et Suède) ont "profondément regretté" l'absence de référence dans le texte adopté aux droits sexuels des victimes "en raison d'une menace de veto" américain.

"Les aides pour les survivantes, comme l'accès à la contraception d'urgence ou l'interruption de grossesses en toute sécurité, doivent être renforcées", a souligné l'ambassadrice norvégienne Mona Juul.

Lors du débat, les deux Nobel de la Paix avaient pourtant mis clairement le Conseil de sécurité devant ses responsabilités, en réclamant des progrès substantiels en matière de justice et de protection des survivantes.

"Pas une seule personne n'a été traduite en justice pour esclavage sexuel", a souligné Nadia Murad en évoquant sa communauté yazidie détruite par le groupe jihadiste Etat islamique en Irak et Syrie. "Nous prononçons des discours à l'ONU mais aucune mesure concrète ne suit" en matière de justice et "rien n'a été fait", a-t-elle insisté.

"Qu'attend la communauté internationale pour rendre justice aux victimes", s'est aussi interrogé Denis Mukwege, en demandant l'établissement de tribunaux nationaux ou internationaux dédiés au jugement des coupables de violences sexuelles dans les conflits.

Avocate de victimes yazidies, Amal Clooney a aussi déploré la faiblesse de la réponse internationale. Elle a accusé les Etats-Unis et la Russie de s'opposer à la création d'une justice internationale contre ces crimes. Sierra Leone, Cambodge, Rwanda, Bosnie, Nuremberg... Une justice a été rendue pour ces dossiers, a-t-elle rappelé au Conseil de sécurité.

"Si nous n'agissons pas maintenant, il va être trop tard", a-t-elle aussi dit, en rappelant la détention actuelle de milliers de combattants du groupe Etat islamique, qui pourraient être relâchés et n'auraient alors qu'à se couper la barbe pour se fondre dans les populations en toute impunité, selon elle.

Avec AFP

Kim Jong Un part en Russie pour son 1er sommet avec Poutine

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président russe Vladimir Poutine

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a pris mercredi le chemin de la Sibérie pour participer à son premier sommet avec le président russe Vladimir Poutine, en pleine impasse diplomatique avec Washington sur le nucléaire.

Kim Jong Un a quitté Pyongyang "à bord d'un train privé mercredi à l'aube pour se rendre en Russie", a annoncé l'agence officielle nord-coréenne KCNA.

Il s'agira pour M. Kim de sa première rencontre avec un chef d'Etat étranger depuis son second sommet avec le président américain Donald Trump qui s'est soldé, en février à Hanoï, par un fiasco retentissant.

Ces discussions -qui se tiendront jeudi à Vladivostok- sont une réponse à de multiples invitations adressées par M. Poutine depuis que Kim Jong Un a rompu l'an passé avec son isolement diplomatique.

Après des années de montée des tensions en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, la péninsule coréenne a été en 2018, dans la foulée des jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang, le théâtre d'une spectaculaire détente.

Depuis mars 2018, M. Kim a rencontré quatre fois le président chinois Xi Jinping, trois fois le président sud-coréen Moon Jae-in et deux fois M. Trump. Pour les experts, le leader nord-coréen cherche à obtenir davantage de soutien international dans son face-à-face diplomatique avec Washington sur le nucléaire.

A Hanoï, la Corée du Nord avait cherché à obtenir un allègement immédiat des sanctions internationales décidées pour la contraindre de renoncer à armes nucléaires et ses programmes de missiles balistiques.

- Rééquilibrage -

Mais les discussions avaient été écourtées faute d'accord. Un blocage vraisemblablement dû au peu de concessions que Pyongyang semblait disposé à faire.

Cet échec a jeté un doute sur l'issue du processus diplomatique amorcé il y a un an. D'autant que Pyongyang vient de se fendre d'une charge d'une rare violence contre le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo. La Corée du Nord a demandé son retrait des négociations sur le nucléaire, peu après avoir revendiqué l'essai d'une nouvelle "arme tactique guidée" avec une "puissante ogive".

De son côté, Moscou a déjà plaidé pour un allègement des sanctions contre Pyongyang. Washington a de son côté accusé la Russie d'aider le Nord à contourner certaines de ces mesures punitives, ce que le Kremlin nie.

Voilà plusieurs décennies que les relations entre la Corée du Nord et la Russie ont perdu de leur éclat. Et on en oublierait presque que ce fut Moscou qui installa dans les années 1940 au pouvoir à Pyongyang Kim Il Sung, fondateur du régime et grand-père de Kim Jong Un.

Pendant la Guerre froide, Moscou demeura un soutien important de Pyongyang, bien que les relations furent parfois en dents de scie. Kim Il Sung excellait dans l'art de jouer sur la rivalité sino-soviétique pour obtenir des concessions de ses deux puissants voisins.

L'URSS réduisit cependant dans les années 1980 son aide au Nord à mesure qu'elle se rapprochait de Séoul. Puis Pyongyang prit de plein fouet la chute de l'Union soviétique.

Peu après sa première élection à la présidence russe, Vladimir Poutine chercha à normaliser les relations bilatérales et rencontra trois fois Kim Jong Il, père et prédécesseur de l'actuel leader, la première fois à Pyongyang en 2000. Il fut alors le premier dirigeant russe à se rendre en Corée du Nord.

Pékin a cependant profité du désengagement russe en Corée du Nord pour accroître son rôle et devenir le plus proche allié de Pyongyang et, de très loin, son premier partenaire commercial.

Certains experts pensent que Kim pourrait cette fois chercher une forme de rééquilibrage entre Pékin et Moscou.

"Cela fait partie de la doctrine +Juche+, l'idéologie d'autosuffisance du Nord, ne pas dépendre d'un seul allié", explique Jeong Young-tae, de l'Institut des études nord-coréennes de Séoul.

"Pyongyang compte des diplomates en poste depuis des décennies. Il savent jouer le coup pour monter les alliés de la Corée du Nord les uns contre les autres."

La dernière rencontre à ce niveau remonte à 2011, quand Kim Jong Il avait affirmé à l'ex-président Dmitri Medvedev qu'il était prêt à renoncer aux essais nucléaires.

L'ex-dirigeant nord-coréen était mort trois mois plus tard.

Son fils Kim Jong Un qui lui a succédé a présidé à quatre essais nucléaires dont, potentiellement, celui d'une bombe à hydrogène en 2017, et au lancement de missiles intercontinentaux capables d'atteindre l'ensemble du territoire continental américain.

Avec AFP

Donald Trump en visite au Royaume-Uni et en France début juin

Le couple présidentiel américain et la reine d'Angleterre Elizabeth II en direction d'une entrée du château de Windsor, lors de la visite de M. Trump au Royaume-Uni.. / PHOTO AFP / PISCINE / Ben STANSALL

Donald Trump effectuera une visite de plusieurs jours au Royaume-Uni puis en France au début du mois juin, ont annoncé le palais de Buckingham et la Maison blanche mardi.

Le président américain a accepté l’invitation de la reine Elisabeth à effectuer une visite d’Etat au Royaume-Uni du 3 au 5 juin. Il sera accompagné par sa femme Melania, précise Buckingham Palace.

Donald Trump est le troisième président américain, après Barack Obama en 2011 et George W. Bush en 2003, à bénéficier d’une telle invitation de la part de la souveraine britannique. Les détails de la visite seront précisés ultérieurement.

Donald Trump aura une entrevue avec la Première ministre britannique Theresa May qui n’est pas parvenue à faire approuver son projet d’accord sur le Brexit par les députés de la Chambre des communes.

“Le Royaume-Uni et les Etats-Unis entretiennent un partenariat profond et durable enraciné dans notre histoire commune et nos intérêts communs”, a déclaré Theresa May dans un communiqué.

Donald Trump a effectué en juillet 2018 une visite officielle au Royaume-Uni mais il ne s’agissait pas d’une visite d’Etat, forme la plus élevée du protocole diplomatique.

“Cette visite d’Etat est une occasion de renforcer notre coopération déjà étroite dans les domaines du commerce, de l’investissement, de la sécurité et de la défense et de discuter de la manière de consolider ces liens dans les années à venir”, ajoute la chef du gouvernement britannique.

La Maison blanche a annoncé pour sa part que Donald Trump se rendrait en France pour une rencontre avec le président français Emmanuel Macron le 6 juin, jour du 75e anniversaire du débarquement des forces alliées en Normandie lors de la Seconde guerre mondiale.

UNE VISITE SUJETTE À CONTESTATION

Cette visite d’Etat à Londres risque à nouveau d’alimenter la contestation en raison du rejet que suscite le président américain dans une partie de l’opinion britannique.

En juillet 2018, quelque 250.000 manifestants s’étaient rassemblés à Londres pour dénoncer la venue de Donald Trump et les organisateurs de ce mouvement ont dit qu’ils préparaient une “manifestation gigantesque” contre cette visite d’Etat.

Après avoir été reçu par Trump à la Maison blanche, Theresa May avait rendu la politesse en invitant son hôte à effectuer une visite de même nature à Londres en 2017.

Une pétition avait alors été signée par près de 1,9 million de personnes pour s’opposer à la visite du chef de l’Etat américain et la Chambre des communes avait dû se saisir de la question en 2017.

Lors de sa venue l’an passé, Donald Trump avait pris la classe politique britannique à rebrousse-poil en offrant une version très peu diplomatique de l’évaluation qu’il faisait de la stratégie suivie par Theresa May dans les négociations sur le Brexit.

Il avait notamment déclaré que la chef du gouvernement n’avait pas suivi son conseil d’engager des poursuites judiciaires contre l’Union européenne. Plus tard, Donald Trump avait opéré une volte-face en affirmant que Theresa May accomplissait un travail formidable.

“C’est un président qui s’en prend systématiquement à toutes les valeurs communes qui unissent nos deux pays et à moins que Theresa May décide enfin de lui tenir tête et conteste son comportement, elle n’a aucun raison de dépenser l’argent des contribuables dans des frais de protocole et de sécurité impliqués par cette visite”, a commenté Emily Thornberry, porte-parole du Parti travailliste pour les questions de politique étrangère.

Une centaine de manifestations avaient été organisées l’an passé et les autorités avaient déployé 10.000 policiers dans une opération qui avait coûté près de 18 millions de livres sterling.

Avec Reuters

Donald Trump veut sévir contre les "dépassements de visa"

Donald Trump veut sévir contre les "dépassements de visa"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG