Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Égypte

Canal de Suez: l'Ever Given lève l'ancre après 100 jours d'immobilisation

Des journalistes sur un bateau voisin filment le porte-conteneurs MV 'Ever Given' battant pavillon panaméen naviguant le long du canal de Suez en Égypte, près de la ville centrale du canal d'Ismaïlia, le 5 juillet 2021.

Le porte-conteneurs géant Ever Given, qui avait bloqué le canal de Suez en mars, a levé l'ancre mercredi après 100 jours d'immobilisation en Egypte et l'accord d'indemnisation des autorités par son propriétaire japonais a été signé.

Le canal de Suez, point de passage d'environ 10% du commerce mondial, selon des experts, avait été bloqué pendant six jours en mars, occasionnant une forte perturbation du trafic maritime.

Le navire géant, d'une capacité de 200.000 tonnes, a commencé à se déplacer vers le nord, en direction de la Méditerranée, peu après 11h30 (09h30 GMT) et après de longues négociations sur les indemnisations.

Lors d'une cérémonie sur les rives du canal, l'Autorité du canal de Suez (SCA) a ensuite signé un accord d'indemnisation avec le propriétaire japonais du navire, Shoei Kisen Kaisha, dont les termes sont restés confidentiels.

L'avocat de la SCA, Khaled Abou Bakr, a insisté lors d'une allocution peu avant la signature sur la "confidentialité" de l'accord.

Dimanche, Oussama Rabie, le président de la SCA, avait indiqué dans un entretien télévisé que l'Egypte recevrait, outre des dédommagements financiers, un remorqueur d'une capacité de 75 tonnes de la part du propriétaire de l'Ever Given.

Le Caire avait réclamé au début 916 millions de dollars (environ 767 millions d'euros), avant de revoir ses prétentions à la baisse à 600 puis à 550 millions de dollars.

Lors d'une conférence de presse mercredi, M. Rabie a estimé que la "difficulté des négociations était de rapprocher les positions car chaque partie s'en tenait à son opinion".

Auparavant, il avait annoncé "au monde" la conclusion de l'accord, avec les drapeaux égyptiens et japonais en arrière plan, en direct à la télévision égyptienne, jugeant que l'incident de l'Ever Given était un "test difficile" pour l'Egypte "sous les regards du monde entier".

Les images de ce navire, l'un des plus grands au monde, coincé pendant près d'une semaine fin mars en travers de la cruciale voie maritime, ont eu beaucoup de retentissements sur les réseaux sociaux et dans les médias du monde entier.

Manque à gagner

L'accord d'indemnisation avait été annoncé dès dimanche par les autorités égyptiennes, ouvrant la voie au départ du navire. Le tribunal économique d'Ismaïlia avait ensuite mis fin mardi à la saisie conservatoire du navire.

Le navire géant, battant pavillon panaméen et exploité par l'armateur taïwanais Evergreen Marine Corporation, a encastré sa proue dans la rive est de la voie navigable le 23 mars se mettant en travers du canal et bloquant toute circulation.

Les opérations de dégagement, qui ont duré six jours, ont nécessité plus d'une dizaine de remorqueurs, ainsi que des dragues pour creuser le fond du canal.

L'Ever Given avait ensuite été dirigé vers le grand lac Amer, au centre du canal, par les autorités égyptiennes qui ont réclamé une indemnisation au propriétaire du navire, pour le manque à gagner pendant l'incident, le coût du sauvetage ou encore les dommages occasionnés au canal.

Canal de Suez: le porte-conteneurs Ever Given débloqué
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:38 0:00

D'après la SCA, l'Egypte a perdu de 12 à 15 millions de dollars par jour de fermeture.

En outre, un employé de la SCA est décédé pendant les opérations de renflouage du navire, selon l'autorité égyptienne. Et le revêtement des berges a été endommagé.

Au total, 422 navires chargés de 26 millions de tonnes de marchandises ont été bloqués.

Selon l'assureur Allianz, les pertes ont atteint six à dix milliards de dollars par jour pour le commerce maritime mondial.

Un accord "initial" sur des indemnisations avait été annoncé fin juin entre l'Egypte et le propriétaire de l'Ever Given, sans précision de montant.

Figurant parmi ses principales sources de revenus, le passage du canal a rapporté environ 5,7 milliards de dollars à l'Egypte en 2019-2020.

Près de 19.000 navires ont emprunté le canal en 2020, selon la SCA, soit une moyenne de 51,5 navires par jour.

A la suite du blocage de la voie navigable, le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, avait promis que son pays se doterait de davantage d'équipements adaptés pour être prêts à faire face à des situations similaires.

Toutes les actualités

La Tanzanie abrite une coupe d'Afrique pour les personnes amputées

La Tanzanie abrite une coupe d'Afrique pour les personnes amputées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Dix Casques bleus égyptiens blessés par des tirs de la garde présidentielle centrafricaine

Des casques bleus patrouillent dans la ville de Bangassou, en Centrafrique, le 15 février 2021.

Dix Casques bleus égyptiens de la Mission des nations unies en Centrafrique (Minusca) ont été blessés lundi par des tirs de la garde présidentielle à Bangui, a annoncé mardi l'ONU, condamnant "une attaque délibérée et inqualifiable".

"Les éléments de l’Unité de Police Constituée égyptienne", qui circulaient dans un bus, "ont essuyé des tirs nourris de la garde présidentielle sans sommation préalable ni riposte aucune, alors qu’ils n’étaient pas armés", a assuré l'ONU dans un communiqué. Deux d'entre eux ont été grièvement blessés.

Classée deuxième pays le moins développé au monde par l'ONU, la Centrafrique a été plongée dans une guerre civile sanglante après un coup d'Etat en 2013. Ce conflit perdure mais a considérablement baissé d'intensité depuis trois ans, même si des pans entiers de territoires continuent d'échapper au pouvoir central.

La Minusca, dont le mandat vient à échéance le 15 novembre, compte près de 12.000 militaires et représente une des opérations les plus coûteuses de l'ONU avec un budget annuel dépassant le milliard de dollars.

En quittant la zone après les tirs, à 120 mètres environ de la résidence présidentielle, le bus "a heurté une femme qui a perdu la vie", a ajouté la Minusca qui "a présenté ses condoléances à la famille de la victime lors d’une rencontre en fin de journée".

Bus identifié

Ces éléments de l'unité de police étaient arrivés dans la journée de l'aéroport de Bangui dans le cadre de la rotation périodique et du déploiement des troupes en Centrafrique. Ils se dirigeaient vers leur base dans un bus clairement identifié "avec les initiales UN", selon Vladimir Monteiro, porte-parole de la Minusca.

Sollicitées par l'AFP, les autorités centrafricaines n'avaient pas réagi mardi à la mi-journée.

Mi-octobre, le chef de l'ONU, Antonio Guterres avait dénoncé "des incidents hostiles" ciblant des Casques bleus et impliquant "des forces de défense et de sécurité déployées bilatéralement" qui se poursuivaient à "un niveau inacceptable". Selon l'organisation, les attaques contre son personnel sont susceptibles de "constituer des crimes de guerre".

L'ONU avait également dénoncé "la persistance de campagnes de désinformation" à l'encontre de la Minusca.

"De telles actions empêchent l'accomplissement du mandat, mettent en danger les vies des Casques bleus et sont en contradiction avec des engagements du président Faustin Archange Touadéra et du gouvernement", avait affirmé M. Guterres, en réclamant aux autorités centrafricaines "des mesures concrètes" pour y mettre un terme.

"Graves violations"

Il évoquait également "de graves violations", comme "l'entrave à la liberté de mouvement des patrouilles de la Minusca, l'arrestation ou la détention de (ses) membres", des "menaces" et des "tentatives de fouille de véhicules et de résidences du personnel des Nations Unies". Sept attaques hostiles contre des membres de la Minusca et 18 cas de harcèlement routier par les forces de sécurité nationale ont notamment été enregistrées par l'ONU entre le 1er juin et le 1er octobre.

Le président Touadéra a décrété le 15 octobre un "cessez-le-feu unilatéral" de son armée et ses alliés dans leur guerre contre les rebelles pour favoriser l'ouverture prochaine d'un dialogue national. Une décision saluée par M. Guterres comme "une étape cruciale" vers la paix.

En décembre 2020, une partie des groupes armés qui occupaient alors plus des deux tiers du pays, regroupés au sein de la Coalition des Patriotes pour le Changement (CPC), ont lancé une offensive pour empêcher la réélection de M. Touadéra. Celui-ci a sollicité Moscou et Kigali, qui ont dépêché des centaines de paramilitaires russes et de soldats rwandais à la rescousse d'une armée centrafricaine démunie.

Grâce essentiellement au soutien des Russes et des Rwandais, elle a depuis reconquis toutes les grandes villes et repoussé les rebelles dans les forêts. Mais ces derniers multiplient les attaques furtives ces dernières semaines, loin de la capitale Bangui.

Pénuries de gaz domestique en Guinée équatoriale; inflation en Égypte

Pénuries de gaz domestique en Guinée équatoriale; inflation en Égypte
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

Au Caire, une académie de foot pour jeunes réfugiés

Au Caire, une académie de foot pour jeunes réfugiés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:46 0:00

Décès de Tantaoui, premier dirigeant de l'Egypte post-Moubarak

Hussen Tantaoui au Caire, le 26 octobre 2005, quand il était ministre de la Défense.

Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui a été pendant plus de 20 ans ministre de la Défense de l'ancien président égyptien Hosni Moubarak avant de diriger les autorités de transition, est décédé mardi à l'âge de 85 ans, a annoncé l'armée.

A la chute de l'autocrate en février 2011, Tantaoui avait gouverné le pays pendant près de 18 mois à la tête d'un conseil militaire chargé de mener à bien la période de transition et d'organiser des élections.

Durant cette période, il a souvent été perçu comme un potentiel candidat à la présidentielle, mais son âge avancé et ses problèmes de santé avaient joué contre lui.

"L'Egypte a perdu un homme, parmi les plus dévoués de ses fils, l'un de ses symboles militaires, qui a consacré sa vie au service de la nation durant plus d'un demi-siècle", a indiqué sur Facebook la présidence égyptienne.

Le président Abdel Fattah al-Sissi a décrété un deuil national, a rapporté la chaîne de télévision privée Sada al-Balad.

Sur Twitter, la délégation de l'Union européenne en Egypte a elle salué la mémoire du maréchal qui a "servi son pays durant des décennies", alors que Tantaoui avait combattu dans les rangs de l'armée égyptienne lors de trois conflits au XXe siècle.

Après 18 jours d'une révolte populaire, Moubarak avait démissionné le 11 février 2011 après 30 ans au pouvoir, et remis ses pouvoirs au Conseil suprême des forces armées, dirigé par Tantaoui qui était son ministre de la Défense depuis 1991.

Tantaoui avait cependant été évincé en août 2012 par le président islamiste Mohamed Morsi, élu fin juin, et remplacé par le général Abdel Fattah al-Sissi, chef du renseignement militaire.

En juillet 2013, M. Sissi, devenu l'homme fort du pays, avait à son tour destitué M. Morsi à la suite de manifestations monstres réclamant le départ du président islamiste. Un an plus tard, il s'était fait élire à la tête de l'Egypte, après avoir éliminé de la scène politique toute opposition, islamiste mais aussi laïque.

Proche de Moubarak

Né en 1935, originaire de Nubie, dans le sud de l'Egypte, Tantaoui a entamé sa carrière dans l'infanterie en 1956, participant notamment à la crise de Suez au moment de l'expédition tripartite orchestrée par la France et la Grande-Bretagne, ainsi qu'aux guerres israélo-arabes de 1967 et 1973.

Durant la première guerre du Golfe de 1991, il avait participé à la coalition dirigée par les Etats-Unis, au moment de l'invasion du Koweït par les forces irakiennes de Saddam Hussein.

Ministre de la Défense et de la production militaire durant 21 ans sous Moubarak, il avait également été nommé chef des armées en 1995.

Un câble diplomatique américain de 2008 révélé par Wikileaks décrit Moubarak et Tantaoui comme des dirigeants "concentrés sur la stabilité du régime et le maintien du statu quo jusqu'à la fin de leur mandat".

"Ils n'ont tout simplement pas l'énergie, l'inclination ou une vision du monde pour faire les choses différemment", note le câble, qualifiant le maréchal de "vieux et opposé au changement".

Après le soulèvement de 2011, l'armée avait d'abord été saluée pour son soutien aux manifestants anti-Moubarak et la junte dirigée par Tantaoui leur avait promis "un pouvoir civil élu pour construire un Etat démocratique libre".

Les manifestants considéraient d'ailleurs l'institution militaire comme une force unificatrice, moins corrompue et moins brutale que les policiers du ministère de l'Intérieur.

Pendant cette période, Tantaoui avait été notamment forcé, sous la pression de manifestations, de faire juger l'ancien raïs, pour complicité dans le meurtre de centaines de manifestants durant la révolte.

Mais rapidement, les jeunes militants pro-démocratie, fers de lance de la révolte, avaient accusé la junte de traîner des pieds pour lancer des réformes démocratiques.

Et M. Tantaoui a été démis de ses fonctions en 2012 par le premier président civil en Egypte, Mohamed Morsi.

Après cette éviction, Tantaoui s'était fait discret. Il avait cependant assisté à la cérémonie d'inauguration d'une deuxième voie du canal de Suez en 2015.

Voir plus

XS
SM
MD
LG