Liens d'accessibilité

CAN 2017 : Presque "à domicile", le Mali veut y croire


Un supporter du Mali dans les rues de Port-Gentil avant le match du groupe D, au Gabon, le 16 janvier 2017. (VOA/ Timothee Donangmaye)

Pour se qualifier en quarts de la CAN-2017, le Mali d'Alain Giresse, 3e du groupe D, doit non seulement l'emporter face à l'Ouganda, mercredi (19h00 GMT) à Oyem, mais également espérer un faux-pas de l'Egypte face au Ghana, déjà qualifié.

Pour réussir la partie de la mission qui leur attend, les "Aigles" ne seront pas seuls. Car vu l'effervescence dimanche au stade municipal d'Oyem, qui n'avait jamais accueilli autant de supporters pour l'entraînement d'une des sélections basée dans le nord du Gabon, le Mali aura sans doute l'avantage de jouer "à domicile".

"Port-Gentil, c'était encore +pire+ que ça! Cela fait super plaisir dans une petite ville comme Oyem d'avoir autant de Maliens. C'est flatteur", s'est réjouit l'attaquant Mustapha Yatabaré, avant ce match décisif.

Dominateurs face à l'Egypte (0-0), notamment sur le plan physique, et auteurs d'une 2e période de qualité face au Ghana (défaite 1-0) malgré les occasions manquées, les Maliens devront surtout être plus "tueurs" devant les buts de Denis Onyango, meilleur joueur Africain évoluant sur le continent, pour ne pas avoir de regrets ensuite.

"C'est juste la finition qui nous fait défaut, on sait qu'on est tous capables de marquer et du coup il va falloir le prouver dès mercredi", a espéré Yatabaré.

Le spectre du tirage au sort

Attention quand même à l'Ouganda, certes déjà éliminé de la compétition après deux défaites, mais qui ne compte pas manquer sa dernière chance de faire bonne figure dans une compétition que le pays n'avait plus disputé depuis près de 39 ans.

Face aux deux géants du continent, le Ghana, quadruple vainqueur et l'épreuve, et l'Egypte, sacrée à sept reprises, l'équipe de Milutin Sredojevic n'a pas eu à rougir. Surpris par le réalisme des Ghanéens, les "Cranes" ont tenu tête aux "Pharaons" jusqu'à la 89e minute...

"On sait très bien qu'en ayant perdu les deux premiers matches, ils ne vont pas abandonner. La certitude, c'est qu'ils seront sur le terrain pour faire le maximum", a prévenu le sélectionneur du Mali Alain Giresse.

"Pour eux, être ici, c'était déjà un formidable résultat et donc ils ne braderont pas à coup sûr ce troisième match. Je crois qu'ils méritent le respect par rapport à ce qu'ils font et certainement ce qu'ils feront encore", a ajouté le technicien français, élogieux envers cette équipe "très collective" et "solidaire".

"Franchement, il nous reste toujours une chance. On ne veut pas se focaliser sur le match du Ghana. Ce sera à nous de faire une performance pour garder la tête haute, et après il se passera ce qu'il se passera", a ajouté son capitaine Yacouba Sylla.

En cas d'égalité parfaite entre l'Egypte et le Mali, ce sera le tirage au sort, fatal lors de la dernière édition aux Maliens, qui départagera les deux équipes selon le règlement de la CAF.

"Je n'y pense pas", a écarté Sylla, qui a vécu l'épisode lors de la CAN-2015, ayant tourné en faveur de la Guinée. Pour ne plus revivre ce traumatisme, les "Aigles" doivent, au minimum, ouvrir leur compteur but!

Avec AFP

XS
SM
MD
LG