Liens d'accessibilité

CAN 2017 : Le Trezeguet égyptien veut retrouver la lumière


L'Egyptien Mahmoud Hassan et le Tunisien Ferjani Sassi en action lors d’un match amical au stade du Caire, Egypte, 8 janvier 2017

On le surnomme "Trezeguet" pour sa légère ressemblance physique avec l'ancien international français: l'Egyptien Mahmoud Hassan, milieu offensif des Pharaons, qui tarde à s'imposer dans la football européen, tente de retrouver la lumière lors de la CAN au sein d'un environnement plus familier.

Alors que l'Egypte affronte l'Ouganda samedi pour son deuxième match dans la Coupe d'Afrique des Nations, cet espoir (23 ans) du football égyptien entend faire à nouveau parler de lui au pays des pyramides.

Un pays qu'il avait délaissé il y a deux ans, en partance pour Bruxelles et le Sporting d'Anderlecht, avec un statut d'étoile montante, et avec pour palmarès, la victoire avec son pays lors de la Coupe d'Afrique des moins de 20 ans en 2013.

Son surnom, Mahmoud "Trezeguet" le doit à son sourire qui rappelle celui de l'ancien buteur de l'équipe de France David Trezeguet, et aussi à son aisance (relative) à trouver le chemin des filets, sur les traces de son illustre aîné.

L'ex-joueur d'Al-Ahly comptait crever l'écran en Europe, mais l'histoire a été plus compliquée que prévu. Pour des raisons extra-sportives d'abord: en publiant sur son compte Facebook une photo de supporters anderlechtois lui souhaitant la bienvenue, sur laquelle les visages des femmes étaient floutés, l'Egyptien a vite été qualifié de sexiste, voire d'islamiste, dans les médias du plat pays.

Pas l'idéal comme début. D'autant que, sportivement, la situation n'a pas été bien meilleure. Le jeune homme ne s'est jamais imposé.

Pour sa première saison en 2015-2016, Mahmoud Hassan "Trezeguet" aura foulé les terrains belges à quatre reprises seulement sous le maillot mauve (zéro but), alors qu'il avait été accueilli à Bruxelles tel une future star du foot planétaire.

A l'époque, selon ses agents, les clubs européens se l'arrachaient: l'Atlético Madrid, Lille, La Gantoise, Nottingham Forest, Stuttgart, l'Ajax Amsterdam... La liste des prétendants étaient longue.

- Il 'joue gros' à la CAN -

Malgré ce début compliqué, Anderlecht a toutefois continué à croire en son poulain, avant d'opter pour un prêt.

"Trezeguet" part alors s'offrir du temps de jeu à Mouscron, une équipe qui lutte pour son maintien en D1 belge, où il est régulièrement titulaire.

L'expérience semble plutôt positive, même si l'attaquant marque peu (trois buts depuis le début de la saison) et qu'il reste poursuivi par la guigne.

En novembre dernier, lors d'un déplacement au Standard de Liège, l'Egyptien est exclu à tort par l'arbitre après une faute commise par... l'un de ses coéquipiers.

Mais, peu importe, le jeune homme reste ambitieux. "Trezeguet" se sent "capable d'évoluer au plus haut niveau".

"Je sais que je peux atteindre un bon niveau avec Mouscron avant de retourner à Anderlecht, confiait-il récemment à un journal belge. Je suis même prêt à retourner à Anderlecht mais seulement si je suis assuré d'avoir du temps de jeu. Si je ne reçois pas de garantie, j'examinerai alors les offres qui me seront proposées".

Celles-ci dépendront sans doute de sa prestation durant la CAN-2017, dont celle de samedi face à l'Ouganda. "Trezeguet" ne s'en cache pas: il "joue gros" en ce mois de janvier, avec, aussi, "le grand objectif" de participer au prochain Mondial avec les Pharaons.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG