Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Campagne de lutte contre le paludisme en RDC

Un médecin consulte des patients atteints de paludisme à l'hôpital général de Goma, le 26 mai 2017. (VOA/Charly Kasereka)

Une campagne de lutte contre le paludisme a été lancée à Beni dans l'est de la République Démocratique du Congo, touchée par une épidémie d'Ebola qui a fait 242 morts, ont indiqué jeudi les autorités sanitaires.

"Réduire l'incidence du paludisme à Beni aura un effet positif sur la riposte contre Ebola en allégeant notamment la charge de travail des prestataires de soins locaux et les équipes de la riposte", a écrit le ministère congolais de la Santé dans son bulletin journalier sur la situation de l'épidémie d'Ebola dans l'est.

Pendant quatre jours, cette campagne vise à "distribuer gratuitement des moustiquaires imprégnées" et des médicaments contre le paludisme, a précisé cette source.

Le ministère de la Santé explique que jusqu'à 50% des personnes qui arrivent au centre de traitement d'Ebola (CTE), et qui sont "considérées comme étant des cas suspects, souffrent en réalité du paludisme, dont les premiers symptômes sont similaires à ceux de la maladie à virus Ebola".

Le paludisme est l'une des premières causes de mortalité au monde. Transmis par des moustiques infectés, il est responsable de plus de 435.000 décès par an, majoritairement en Afrique, selon l'Organisation mondiale de la santé.

La RDC figure parmi les pays les plus touchés aux côtés du Nigeria, de Madagascar et de l'Ouganda, d'après un rapport de l'OMS publié mi-novembre.

Déclarée à Mangina, dans la province du Nord-Kivu le 1er août, la dixième épidémie d'Ebola sur le sol congolais touche aussi la province voisine de l'Ituri.

L'épicentre de la maladie s'est rapidement déplacée à Beni, une région en proie à des attaques meurtrières attribuées au groupe rebelle ougandais des Forces démocratiques alliées (ADF).

See all News Updates of the Day

Une pionière de la santé mentale

Une pionière de la santé mentale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

La cour de cassation révoque la condamnation de Katumbi

La cour de cassation révoque la condamnation de Katumbi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Premières tensions à l’Assemblée Nationale

Premières tensions à l’Assemblée Nationale
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Naufrage d'un bateau en RDC: des poursuites judiciaires annoncées

Naufrage d'un bateau en RDC: des poursuites judiciaires annoncées
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Deuil national décrété après un naufrage en RDC

Le président de la RDC, Felix Tshisekedi, arrive le 16 avril 2019 dans un centre de traitement Ebola de l'hôpital général de Beni.

Treize personnes sont mortes et 114 sont portées disparues après le naufrage d'une embarcation sur le lac Kivu dans l'est de la RDC où le président Félix Tshisekedi a décrété une journée de deuil national, a indiqué jeudi la présidence.

"Le président de la République a décrété un jour de deuil national (vendredi) à la suite du naufrage d'un bateau" dont le bilan est de 13 morts et de "114 personnes qui manquent à l'appel", indique la présidence congolaise dans un communiqué.

Le président Tshisekedi a fait cette annonce dans la région du Kivu où il se trouve depuis dimanche. Le chef de l’État a aussi décidé du port obligatoire de bouées de sauvetage par des passagers voyageant sur le lac Kivu.

Mardi, la présidence congolaise avait avancé dans un tweet le chiffre de "150 disparus", repris par des grands médias et le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres, qui a proposé son aide à la RDC, avait évoqué de "nombreux disparus".

Ce bateau avait embarqué dans la nuit de lundi à mardi "49 adultes et sept enfants", selon le "manifeste" (liste des passagers) établi par le commissaire fluvial de Kalehe, consulté par l'AFP. Cette liste omet souvent des passagers clandestins.

En RDC, les naufrages se soldent souvent par des bilans très lourds en raison de la surcharge et de la vétusté des embarcations, de l'absence de gilets de sauvetage à bord et du fait que beaucoup de passagers ne savent pas nager.

Voir plus

XS
SM
MD
LG