Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Calais : 2 000 personnes manifestent en soutien aux migrants

Le chef du parti travailliste britannique Jeremy Corbyn, au centre, rend visite au camp de migrants de Calais, samedi 23 janvier 2016. (AP Photo/Michel Spingler)

Les protestataires réclamaient des "conditions d'accueil dignes" pour les migrants et réfugiés de la "Jungle" de Calais, considérée comme le plus grand bidonville de France.

Anglais, Français, Belges, Italiens: quelque 2.000 personnes ont manifesté samedi à Calais pour réclamer des "conditions d'accueil dignes" pour les milliers de migrants massés dans un campement sauvage aux abords de cette ville portuaire du nord de la France, a rapporté une journaliste de l'AFP.

"Nous sommes ici pour exprimer notre solidarité envers les migrants et pour dénoncer l'inactivité de l'Etat français qui n'a pas la volonté d'assurer une vie meilleure aux réfugiés. Il y a une tragédie humaine qui se joue ici", a affirmé Rino, étudiant italien de 22 ans, venu de Paris en bus.

"Réfugiés bienvenu", "Calais, Lesbos, Lampedusa, nos frontières tuent", "Ouvrez les frontières, laissez-les entrer", pouvait-on lire sur des pancartes.

Jean-Baptiste, 26 ans, est venu de Bruxelles pour "protester contre la politique des Français et des Anglais et réclamer des conditions d'accueil dignes".

"Je me sens solidaire avec les migrants et je pense que c'est vraiment important de leur montrer", a affirmé de son côté Iman, 24 ans, venue de Londres.

"Je suis heureux de voir ces personnes venir ici, nous soutenir, car leur présence pourrait faire pression sur l'Union européenne et changera peut-être la situation ici, à Calais", a affirmé Baraa, un réfugié d'origine syrienne de 21 ans qui a pris part à la manifestation.

Plusieurs collectifs de sans papier, venus de Paris, étaient également présent, tout comme des responsables politiques de gauche et d'extrême gauche.

"On ne peut pas laisser cette situation perdurer ici. Les gens vivent dans des conditions inadmissibles", a dénoncé l'eurodéputée écologiste française Karima Delli, appelant le gouvernement socialiste de Manuel Valls "à prendre toutes les mesures qu'il faut pour régulariser cette situation".

Environ 4.000 migrants, venus majoritairement d'Afrique de l'Est, du Moyen-Orient et d'Afghanistan, vivent dans la "Jungle" de Calais, considérée comme le plus grand bidonville de France, dans l'espoir de gagner le Royaume-Uni, qu'ils voient comme un eldorado.

Le 11 janvier, un centre d'accueil composé de 125 conteneurs chauffés de 12 places pouvant accueillir 1.500 migrants a été inauguré sur place.

Parallèlement à la manifestation de Calais, le chef de l'opposition britannique, le travailliste Jeremy Corbyn, s'est rendu à une quarantaine de kilomètres de la ville dans un autre camp de migrants, dans lequel survivent quelque 2.500 migrants.

M. Corbyn s'est entretenu sur place avec les nombreux bénévoles, notamment britanniques, selon plusieurs sources associatives.

AFP

Toutes les actualités

Le plus grand dinausore jamais découvert a-t-il été mis au jour en Argentine ?

En Argentine, le plus grand dinausore jamais découvert
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

Le squelette n'est pas complet mais les premiers éléments analysés laissent présager que les restes fossiles découverts en 2012 dans le sud-ouest de l'Argentine sont ceux du plus grand dinosaure jamais mis au jour, selon une étude publiée mercredi.

"Ce qui a été trouvé jusqu'à présent sont les 24 premières vertèbres de la queue, des éléments de la ceinture pelvienne, de la ceinture pectorale", a déclaré Alejandro Otero, auteur principal de la première communication sur ce titanosaure, un groupe de dinosaures au long cou dont on trouve des représentants sur tous les continents, publiée dans la revue scientifique Cretaceous Research.

M. Otero a cependant expliqué que les os longs tels que l'humérus ou le fémur, qui sont traditionnellement utilisés pour faire des estimations précises de la masse corporelle, n'avaient pas été extraits de la roche dans laquelle ils sont prisonniers.

Mais selon les premières analyses, les os de ce sauropode géant de 98 millions d'années, datant du Crétacé supérieur, seraient ainsi "10 à 20% plus grands" que ceux du Patagotitan mayorum, le "Titan de Patagonie", le plus grand dinosaure connu à ce jour, a expliqué le chercheur à la Division de paléontologie des vertébrés du Musée de La Plata (sud), dans un rapport publié par l'Université nationale de La Matanza.

Découvert en 2017, également en Argentine, le Patagotitan mayorum pesait environ 70 tonnes, soit 10 éléphants d'Afrique, mesurait environ 40 mètres de long et avait un cou très long.

L'analyse anatomique effectuée "ne permet pas actuellement de le considérer comme une nouvelle espèce", indique les chercheurs dans le rapport, "mais la disparité morphologique et l'absence d'éléments équivalents par rapport aux fossiles contemporains nous empêchent également d'attribuer [les ossements] à des genres déjà connus", soulignent-ils.

Le spécimen a été localisé presque par hasard en 2012 au milieu de la vallée de la rivière Neuquén, le plus important cours d'eau de la Patagonie argentine, mais les travaux d'excavation n'ont commencé qu'en 2015.

"C'est un beau spécimen car il est pratiquement articulé et nous avons plus de la moitié de la queue, beaucoup d'os de la hanche. Maintenant il est encore majoritairement enfoui dans la roche et nous en avons encore pour quelques années de fouilles", a déclaré José Luis Carballido, chercheur qui avait dirigé les études sur le Patagotitan.

"Nous soupçonnons que le spécimen pourra être extrait complet ou presque complet. Tout dépendra de la façon dont les fouilles se poursuivront. Mais au-delà du fait qu'il soit le plus grand ou non, le fait qu'un dinosaure articulé apparaisse, un dinosaure de ces dimensions, est quelque chose d'extraordinaire", se réjouit Alberto Garrido, directeur du Musée des sciences naturelles de Zapala, dans la province de Neuquén.

Les pays riches surévaluent leurs financements de l'adaptation climatique

An environmental activist walks inside a hot air balloon before launching it during a demonstration outside of an EU summit in Brussels.

L'adaptation, c'est à dire les mesures pour réduire l'exposition et la vulnérabilité des pays et populations aux effets du changement climatique, est un point important de l'accord de Paris de 2015 visant à limiter le réchauffement, qui insiste sur les besoins d'aide en la matière des pays en développement, souvent les plus exposés.

Les pays les plus riches s'étaient alors engagés à porter à 50 milliards de dollars par an les financements dans ce domaine en 2020. Mais selon les chiffres officiels de l'OCDE ce montant n'a atteint que 16,8 milliards en 2018.

Et Care International évalue dans son rapport le véritable montant à seulement 9,7 milliards. Pour aboutir à ce chiffre, l'ONG et ses partenaires en Afrique et en Asie du Sud-Est ont étudié 112 projets d'adaptation climatique, représentant 13% des montants annoncés au niveau mondial pour la période 2013/17, financés par 25 pays donateurs.

Or les financements annoncés réellement alloués à l'adaptation climatique étaient en fait surestimés de 42%. En extrapolant ces données aux montants globaux annoncés pour l'adaptation, l'ONG estime qu'ils ont été surévalués de 20 milliards.

Selon l'ONG, le Japon aurait ainsi surévalué ses financements de projets d'adaptation et 1,3 milliard, la Banque Mondiale de 832 millions ou encore la France de 104 millions, dont 93 millions de dollars alloués à un programme de financement des collectivités locales et de décentralisation aux Philippines, dont 5% du budget seulement est en fait affecté à l'adaptation.

"Les pays les plus riches manquent cruellement à leurs obligations en débloquant des enveloppes financières bien en-dessous des besoins et en surestimant gravement et sciemment leurs investissements climatiques en faveur de l'adaptation", selon Fanny Petitbon, experte climat de l'ONG, qui appelle notamment la France à "rectifier le tir (... et) passer à la vitesse supérieure".

Le Programme des Nations unies pour l'Environnement avait déjà alerté la semaine dernière sur les niveaux insuffisants de financements des projets d'adaptation climatique dans le monde. Evalués à quelque 30 milliards de dollars par an par le PNUE, ils seraient ainsi loin de couvrir les besoins des seuls pays en développement, actuellement estimés à 70 milliards par an et qui devraient atteindre 140 à 300 milliards en 2030 et 280 à 500 milliards en 2050.

Un double attentat suicide fait près de 30 morts à Bagdad

Un double attentat suicide fait près de 30 morts à Bagdad
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:43 0:00

Le milliardaire chinois Jack Ma refait surface

Jack Ma, président du groupe Alibaba, arrive au sommet "Tech for Good" à Paris, France. (Archives)

Le milliardaire chinois Jack Ma a fait sa réapparition mercredi par vidéo interposée, après deux mois et demi de silence. Le fondateur du mastodonte du commerce en ligne Alibaba avait disparu des radars après avoir publiquement critiqué fin octobre les autorités de régulation financière.

Dans une vidéo mise en ligne mercredi, l'homme d'affaires à la fortune évaluée à 48 milliards d'euros est apparu en train de s'adresser à distance à des enseignants dans le cadre de ses activités de mécénat.

Dans son intervention, Jack Ma a vanté les efforts du régime communiste pour éradiquer la grande pauvreté, projet phare du président Xi Jinping.

"La Chine (...) est entrée dans une nouvelle phase de développement et progresse vers la prospérité commune", s'est-il félicité.

Une tactique pour la bourse

L’apparition de Jack Ma a immédiatement rassuré la Bourse de Hong Kong, où le titre Alibaba a pris 8,52% sur la séance, terminant à 265 dollars de Hong Kong. Mais dès ce jeudi, le titre est reparti à la baisse (-2,42%) dans un marché pourtant nettement haussier.

En novembre dernier, Ant Group, une entreprise financière fondée Jack Ma, filiale de paiements en ligne d'Alibaba, avait tenté d’entrer en bourse sur les places de Shanghai et Hong Kong. Cette entrée, qui aurait dû être la plus grande de tous les temps, dépassant 34 milliards de dollars, a été suspendue par les autorités chinoises. Une suspension suivie de l'ouverture d'une enquête anti-monopole contre l'entreprise ainsi que contre Alibaba. La réaction des autorités a été interprétée comme une volonté de réduire les risques liés à la finance en ligne, mais aussi de contrôler les ambitions des géants technologiques.

Jack Ma a officiellement pris sa retraite en 2019 mais reste un gros actionnaire de ses entreprises.

Retour d'un émissaire américain au conseil exécutif de l'OMS

Le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses, s'exprime par visioconférence lors de la 148e session du Conseil exécutif sur l'épidémie de coronavirus (COVID-19) à Genève, en Suisse, le 21 janvier 2021.

La nouvelle administration américaine a fait son grand retour jeudi à l'OMS, l'assurant de son soutien et saluant son rôle de chef de file dans la lutte contre la pandémie. Elle prend ainsi le contrepied du président sortant Donald Trump.

Moins de 24 heures après son investiture, le nouveau président américain Joe Biden a marqué d'emblée sa différence avec son prédécesseur, qui a minimisé la pandémie de Covid-19 et renié l'Organisation mondiale de la santé en la qualifiant de "marionnette" aux mains de la Chine, en faisant intervenir l'immunologue Anthony Fauci à une réunion du conseil exécutif de l'OMS.

Dans son discours, Dr Fauci, qui était déjà membre de la cellule de crise du président Trump et a été nommé conseiller par Joe Biden, a annoncé que les Etats-Unis ont "l'intention de remplir leurs obligations financières envers l'organisation".

Il a également "remercié l'Organisation mondiale de la santé pour son rôle de chef de file dans la réponse de santé publique mondiale à cette pandémie".

Et, a-t-il dit, "les Etats-Unis sont prêts à travailler en partenariat et de façon solidaire pour soutenir la réponse internationale au Covid-19, atténuer son impact dans le monde, renforcer nos institutions, faire progresser la préparation aux futures épidémies, et améliorer la santé et le bien-être de tous les peuples du monde".

Bilan symbolique, le nombre des morts du Covid-19 aux Etats-Unis a dépassé mercredi celui des soldats américains tués pendant la Seconde Guerre mondiale : la première puissance mondiale déplore désormais 405.400 décès depuis le début de la pandémie. Pays le plus endeuillé en valeur absolue, les Etats-Unis sont aussi le pays le plus touché en nombre de cas (plus de 24,4 millions).

Joe Biden a réaffirmé que la lutte contre la pandémie serait l'une de ses priorités. Parmi les premières mesures, il a ordonné le retour des Etats-Unis au sein de l'OMS.

"Hier (mercredi), le président Biden a signé des lettres rétractant l'annonce de la précédente administration de se retirer de l'organisation, et ces lettres ont été transmises au secrétaire général des Nations unies et à vous, cher ami", le patron de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, a indiqué Dr Fauci.

"Une famille de nations"

Il a également annoncé que le président Biden doit publier une directive dans le courant de la journée, dans laquelle il fera part de l'intention des Etats-Unis de se joindre au dispositif Covax, mis en place par l'OMS pour distribuer des vaccins anti-Covid aux pays défavorisés.

"C'est un grand jour pour l'OMS et un grand jour pour la santé mondiale", lui a répondu le chef de l'OMS.

"L'OMS est une famille de nations et nous sommes tous heureux que les Etats-Unis restent dans la famille. Nous sommes une famille", a-t-il ajouté.

En juillet dernier, Washington, qui avait dénoncé la "mauvaise gestion" par l'OMS de la pandémie et sa complaisance envers la Chine, avait officiellement lancé la procédure de retrait américain de l'institution, plombant les maigres finances de l'OMS.

S'exprimant au sujet de la mission internationale d'experts de l'OMS qui se trouve actuellement en Chine pour enquêter sur les origines du nouveau coronavirus, M. Fauci a souhaité que l'enquête soit "robuste et claire".

Voir plus

XS
SM
MD
LG