Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Brexit: premier déplacement de Johnson en Ecosse pour promouvoir l'union

Le Premier ministre britannique Boris Johnson lors d'un discours sur les priorités nationales au Science and Industry Museum de Manchester, en Angleterre, le samedi 27 juillet 2019.

Le nouveau Premier ministre britannique Boris Johnson fera sa première visite officielle lundi en Ecosse où il appellera à l'union, en réponse aux avertissements sur la perspective d'un Brexit sans accord.

M. Johnson devrait annoncer de nouveaux fonds pour des communautés locales et déclarer que le Royaume-Uni est "une marque mondiale et qu'ensemble nous sommes plus en sécurité, plus forts et plus prospères", selon un communiqué de ses services.

L'Ecosse sera la première étape d'une tournée dans les différentes nations composant le Royaume-Uni, pendant laquelle le Premier ministre tentera d'obtenir des soutiens pour son plan de Brexit et faire cesser les déclarations sur une possible dissolution de l'union.

Pour la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon, l'Ecosse, qui a voté pour rester dans l'Union européenne au référendum de 2016, a besoin d'une "option alternative" à la stratégie de Brexit de M. Johnson.

Ce dernier a promis que le Royaume-Uni allait quitter l'UE le 31 octobre, avec ou sans accord avec Bruxelles.

Mme Sturgeon, qui dirige le parti séparatiste SNP, a dit à M. Johnson que le Parlement écossais pourrait légiférer dans les prochains mois sur un vote pour quitter le Royaume-Uni.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a lui aussi prévenu qu'un Brexit sans accord pousserait plus de citoyens d'Irlande du Nord à "remettre en question l'union" avec la Grande-Bretagne.

- Nouveaux investissements -

M. Johnson, qui s'est accordé le titre symbolique de Ministre de l'Union en plus de celui de Premier ministre, annoncera lundi de nouveaux investissements de 332 millions d'euros en Ecosse, au Pays de Galles et en Irlande du Nord.

"Au moment où nous nous préparons à un avenir radieux après le Brexit, il est essentiel de renouveler les liens qui forment notre Royaume-Uni", devrait-il déclarer. "J'ai hâte de visiter le Pays de Galles et l'Irlande du Nord pour m'assurer que chaque décision que je prends en tant que Premier ministre promeuve et renforce notre union".

De nombreux parlementaires sont opposés à un Brexit sans accord et pourraient tenter de renverser le gouvernement Johnson pour l'empêcher.

Le nouveau Premier ministre a commencé son mandat sur les chapeaux de roue pour tenter de séduire l'opinion publique avec son plan pour le Brexit et mettre sous pression ceux qui voudraient le faire chuter.

L'UE a déjà prévenu que ses demandes de renégocier l'accord noué par sa prédécesseure Theresa May, qui a été rejeté trois fois par le Parlement, étaient "inacceptables".

"Quitter l'Union européenne est une énorme opportunité économique pour faire des choses que nous n'avons jamais été autorisés à faire pendant des décennies", a déclaré samedi M. Johnson en présentant lors d'un discours à Manchester (nord-ouest de l'Angleterre) ses priorités en matière de santé, d'éducation et d'infrastructures.

Le nouveau Premier ministre a promis de nouveaux investissements dans les régions qui ont voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne lors du référendum de 2016. Il a assuré qu'il allait intensifier les négociations sur les accords commerciaux post-Brexit et mettre en place des ports francs pour stimuler l'économie.

"Quand les gens ont voté pour quitter l'Union européenne, ils n'ont pas seulement voté contre Bruxelles, mais aussi contre Londres", a-t-il dit dans son discours de Manchester.

Le Premier ministre a également promis de donner plus de pouvoirs aux communautés locales et de renforcer les infrastructures de télécommunications et de transport.

Avec AFP

Toutes les actualités

Manifestations anti-pass sanitaire en France

Manifestations anti-pass sanitaire en France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Washington et Moscou tentent de stabiliser leurs relations

Washington et Moscou tentent de stabiliser leurs relations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Chypre: l'UE condamne les "annonces inacceptables" du président turc

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, parle avant un défilé militaire marquant le 47e anniversaire de l'invasion turque de 1974 à Nicosie, Chypre, mardi 20 juillet 2021.

L'Union européenne a condamné mardi les "annonces inacceptables" du président turc sur Chypre, principal obstacle à une normalisation des relations avec Ankara, et a menacé de prendre des mesures de rétorsion dans une déclaration validée par les 27 états membres.

Les dirigeants de l'UE se sont dits déterminés à "utiliser les instruments et les options" à leur disposition "en cas d'actions unilatérales de la Turquie contraires au droit international", rappelle la déclaration publiée par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.

"Des actions" seront discutées par les ministres des Affaires étrangères de l'UE lors de leur prochaine réunion si la Turquie ne revient pas sur ses actions contraires aux résolutions du Conseil de sécurité de l'ONU, avertit la déclaration.

Cette déclaration suit la condamnation à l'unanimité des prises de position du président turc Recep Tayyip Erdogan par le Conseil de sécurité de l'ONU. Elle a été validée par les 27 capitales de l'UE, ce qui explique les délais pour sa publication, ont expliqué à l'AFP plusieurs sources européennes.

Chypre est divisée depuis l'invasion de son tiers nord par la Turquie en 1974 entre la République de Chypre -- membre de l'Union européenne -- qui exerce son autorité au sud, et la République turque de Chypre-Nord (RTCN) autoproclamée en 1983, uniquement reconnue par Ankara.

Le président Erdogan s'est rendu à Chypre-Nord le 20 juillet, date anniversaire de l'opération qui a conduit à la partition de l'île, et s'est prononcé pour une solution à deux états, rejetée par l'UE. Il a également soutenu le projet de réouverture de l'ancienne station balnéaire de Varosha, fuie par ses habitants en 1974 et entourée de barbelés par l'armée turque.

"L'Union européenne condamne fermement les mesures unilatérales prises par la Turquie et les annonces inacceptables faites par le président turc et le chef de la communauté chypriote turque le 20 juillet 2021 concernant la réouverture de la ville clôturée de Varosha", indique la déclaration des 27.

"L'UE appelle à l'annulation immédiate de ces actions et à l'annulation de toutes les mesures prises à Varosha depuis octobre 2020", ajoute le texte.

L'UE "reste pleinement attachée à un règlement global du problème chypriote sur la base d'une fédération bicommunautaire et bizonale (...) conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité des Nations unies".

Les négociations sur un règlement du problème chypriote sont dans l'impasse depuis 2017. En avril, une tentative de relance des pourparlers par le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, dont l'organisation surveille une zone tampon entre les deux parties de l'île, s'est soldée par un échec.

Les relations entre l'UE et la Turquie, candidate à l'adhésion, se sont fortement dégradées depuis 2016, notamment en raison de la répression implacable du président Erdogan contre toute forme de contestation après une tentative de putsch.

De plus en plus isolé sur le plan diplomatique et traversant des difficultés économiques, Ankara a multiplié les appels à une normalisation avec l'UE. Mais les dirigeants européens ont imposé leurs conditions et l'une d'elles est "un règlement global du problème chypriote".

Attaque aux cocktails molotov contre l'ambassade de Cuba en France

Le président cubain Miguel Diaz-Canel.

L'ambassade de Cuba à Paris, en France, a déclaré mardi que son bâtiment avait été attaqué avec des cocktails Molotov, causant de sérieux dégâts, bien qu'aucun blessé parmi le personnel diplomatique n'a été signalé.

L'ambassade a publié des photos sur son compte Twitter officiel pour montrer les dégâts causés au complexe et condamner l'attaque qu'elle considère comme "des actes terroristes". Elle n'a pas précisé qui était considéré comme responsable, mais a toutefois blâmé des "les campagnes de gouvernement des Etats Unis" contre Cuba, selon un communiqué publié sur son site web.

"Les responsables directs de ces actes sont ceux qui incitent à la violence ou à la haine envers notre pays", a déclaré le ministre cubain des Affaires étrangères sur Twitter.

Une source policière a déclaré qu'une enquête était en cours et que les motifs de l'incident restent inconnus.

La source a également confirmé qu'il n'y avait pas de blessés.

La France a condamné l'attaque de mardi contre l'ambassade de Cuba, a déclaré une porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

La porte-parole a ajouté qu'une enquête judiciaire a été ouverte sur cet incident.

Manifestations à Cuba

Cuba a connu des manifestations massives en raison de la crise de la pandémie et de la gestion de l'urgence sanitaire par le gouvernement. Les marches ont été rejointes par des demandes de renforcement des libertés civiles, incitant le gouvernement socialiste à restreindre l'accès aux réseaux sociaux et aux plateformes de messagerie.

Les ministres des affaires étrangères de deux douzaines de pays, dont les États-Unis, ont condamné les arrestations de manifestants à Cuba et demandé le rétablissement complet de l'accès à Internet.

France: le pass sanitaire ou le chômage

Une famille française regarde à Lille la déclaration du président Emmanuel Macron, faite depuis le palais de l'Élysée à Paris, sur la pandémie de COVID-19, le 14 juin 2020.

En France, un salarié pourra être licencié s'il ne produit pas de pass sanitaire de Covid-19, a indiqué mardi la ministre du Travail après le vote du Parlement dimanche sur l'extension contestée du dispositif.

"Il ne faut pas laisser croire aux salariés qu'il ne peut pas y avoir de licenciement", après le vote du Parlement, qui a retoqué la possibilité de licenciement pour les personnes qui ne respecteraient pas l'obligation vaccinale ou de pass sanitaire, "on est dans le droit commun du Code du travail", a expliqué Elisabeth Borne.

L'obligation vaccinale pour certaines professions (dont les personnels soignants) et l'extension du pass sanitaire a été adopté les parlementaires français, au lendemain d'une nouvelles journée de mobilisation des opposants à ces mesures qu'ils jugent liberticides.

Variant Delta: l'efficacité des vaccins en question
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00


La texte voté prévoit l'obligation de présenter un pass sanitaire (test Covid négatif, attestation de vaccination ou certificat de rétablissement) dans la plupart dans les établissements publics (cafés, cinémas, trains, avions...), mesure qui touche aussi aux personnes travaillant dans ces lieux. Elle devrait s'appliquer début août.

Les élus ont toutefois rejeté les sanctions initialement prévues faute de pass ou en cas de non respect de l'obligation vaccinale, un rejet qui selon le ministère du Travail va entraîner une moindre protection pour les salariés concernés.

"On avait souhaité dans la loi encadrer la façon dont on pourrait avoir recours au licenciement, en disant notamment que ce licenciement ne pouvait pas intervenir avant deux mois et s'accompagnait d'indemnités pour le salarié; le Sénat a supprimé cette disposition", a expliqué Mme Borne.

"Il faut être clair, ça ne veut pas dire qu'il ne va pas y avoir de licenciement, ça veut dire qu'il est moins encadré, qu'il pourra intervenir plus tôt", a-t-elle ajouté.

"L'objectif, a-t-elle dit, c'est d'abord de convaincre et de faciliter la vaccination" alors que la France connaît une reprise de l'épidémie de Covid-19 due au très contagieux variant Delta.

Des milliers de manifestants contre le confinement en Australie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG