Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Boeing 737 MAX: un homme qui a perdu sa famille accuse le constructeur

Un Canadien qui a perdu sa famille dans l'accident d'un Boeing 737 MAX de la compagnie Ethiopian Airlines a accusé mercredi le constructeur américain d'avoir cherché à occulter les défauts de l'avion.

Paul Njoroge a perdu son épouse, ses trois enfants et sa belle-mère lorsque le 737 MAX d'Ethiopian Airlines s'est écrasé au sol en Ethiopie le 10 mars dernier peu après son décollage, tuant ses 157 occupants.

Il témoignait mercredi à Washington devant une sous-commission de la Chambre des représentants, pendant une audition sur la sécurité aérienne.

"Trois semaines après la mort de ma famille, de manière honteuse, d'après ce que j'ai appris depuis", a dit M. Njoroge, "Boeing a détourné son attention des causes fondamentales du crash, qui sont les défauts de conception du 737 MAX et du MCAS, et a commencé à parler d'+erreur d'un pilote étranger+".

Les deux catastrophes survenues à des 737 MAX, en Ethiopie et en Indonésie, ont fait 346 morts. Le MCAS, un système anti-décrochage, est mis en cause.

Pour M. Njoroge, l'attitude de Boeing a détourné l'attention de la nécessité de "corriger les vraies causes des accidents" et constitue "une insulte envers l'humanité".

En juin, un politicien américain a évoqué une responsabilité de l'équipage dans le crash survenu en Ethiopie, une accusation que le président d'Ethiopian Airlines a rejetée comme "sérieusement mal informée".

"Boeing et ceux qui le défendent veulent détourner l'attention de leur recherche obstinée de profits à court terme et non de la sécurité, et ils la mettent sur des pilotes étrangers", a estimé M. Njoroge.

"On ne devrait pas permettre à Boeing d'agir comme une simple compagnie d'investissement recherchant des bénéfices pour gonfler les dividendes des actionnaires aux dépens de la sécurité et de la qualité", a-t-il encore déclaré.

Au moment du crash d'Ethiopian Airlines, les pilotes étaient déjà inquiets du niveau de sécurité du 737 MAX après l'accident survenu en octobre 2018 en Indonésie à un appareil de ce type appartenant à la compagnie Lion Air, qui avait fait 189 morts.

Avec AFP

Toutes les actualités

Les déchets de l'un sont les trésors de l'autre !

Les déchets de l'un sont les trésors de l'autre !
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Assemblée générale de l'ONU la semaine prochaine à New York

Assemblée générale de l'ONU la semaine prochaine à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:17 0:00

Nouveau patron à l'Agence américaine pour les médias globaux

Nouveau patron à l'Agence américaine pour les médias globaux
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:19 0:00

Nouvelles sanctions de Washington contre l'Iran

Nouvelles sanctions de Washington contre l'Iran
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Primaires démocrates: le maire de New York annonce jette l'éponge

Le maire de New York Bill de Blasio

Sa candidature n'avait jamais été prise au sérieux et il n'avait jamais décollé dans les sondages: le maire de New York Bill de Blasio a annoncé vendredi qu'il renonçait à briguer l'investiture démocrate pour la présidentielle américaine 2020.

"Je crois que j'ai contribué autant que je le pouvais à la campagne des primaires, mais ce n'est clairement pas mon heure, je vais mettre fin à ma campagne présidentielle", a annoncé le maire de la première métropole américaine, qui était à moins de 0,5% dans les sondages, sur la chaîne MSNBC.

"Nous avons une chance d'y arriver en 2020 (...) Quel que soit note candidat, assurons-nous de toucher les coeurs des gens qui travaillent", a-t-il ajouté en promettant de continuer à œuvrer en faveur des petites gens.

Son abandon intervient alors qu'il n'avait pas réussi à se qualifier pour les derniers débats entre candidats démocrates: pour y participer, il faut avoir atteint la barre des 2% dans au moins quatre sondages récents, et avoir réuni au moins 130.000 donateurs différents dans 20 Etats américains.

M. de Blasio, 58 ans, qui dirige New York depuis janvier 2014 suivant un cap très à gauche, avait annoncé sa candidature en mai, malgré des pré-sondages déjà décourageants et un scepticisme largement partagé tant par les médias que par les experts politiques, y compris dans son entourage.

Même si son poste lui conférait une notoriété immédiate, il n'a jamais suscité d'élan populaire.

"Le maire de New York à temps partiel, Bill de Blasio, qui avait un solide score de 0% dans les sondages mais avait une marge de progrès, a, à la surprise générale, abandonné la course à la présidentielle. La ville de New York est dévastée!", a ironisé Donald Trump sur Twitter.

Début septembre, après avoir été écarté du débat démocrate du 12 septembre, M. de Blasio avait déjà ouvert la porte à un abandon, au cas où les sondages ne s'amélioreraient pas.

"Je vais essayer d'être dans les débats d'octobre (...) Si je n'y arrive pas, ce sera très difficile de concevoir de continuer", avait-il alors déclaré.

Plusieurs candidats démocrates se sont retirés de la course à l'investiture ces dernières semaines, mais ils sont pour l'instant encore 19 en lice pour déterminer qui affrontera le président républicain en novembre 2020.

Trois candidats sont à ce stade dans le peloton de tête: l'ancien vice-président Joe Biden, la sénatrice du Massachusetts Elizabeth Warren et le sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Voir plus

XS
SM
MD
LG