Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Bissau: vers un retour du chef du PAIGC comme Premier ministre


Les éléphants errent dans les plaines du district de Chobe, en Ouganda, le 19 septembre 2018.

Les nouveaux députés de Guinée-Bissau élus le 10 mars se réunissaient jeudi pour la première fois pour prêter serment, avant la désignation d'un Premier ministre par la formation victorieuse, le PAIGC, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Ce petit pays lusophone d'Afrique de l'Ouest traverse une crise politique depuis le limogeage en août 2015 par le président José Mario Vaz de son Premier ministre Domingos Simoes Pereira, chef du PAIGC (Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert), dont M. Vaz est également issu.

Le PAIGC, formation qui a conduit le pays à l'indépendance, a remporté une majorité relative de 47 sièges sur 102. Il a ensuite signé un accord avec trois formations totalisant sept sièges, qui lui garantit une majorité pour former le prochain gouvernement, dans ce pays à régime parlementaire.

Le Madem G-15, formé par 15 députés frondeurs du PAIGC, qu'ils ont amputé de sa majorité absolue dans l'Assemblée sortante, et le Parti pour la rénovation sociale (PRS) se partagent les sièges restants, respectivement 27 et 21.

Les 102 nouveaux députés prêtaient serment jeudi dans un hôtel en périphérie de la capitale, Bissau, en raison de travaux de réfection au siège de l'Assemblée nationale, selon les mêmes sources.

La cérémonie se tenait en présence de diplomates étrangers et du président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), médiatrice dans la crise, Jean-Claude Kassi Brou.

Les députés doivent au cours de cette séance élire le président de l'Assemblée nationale, poste pour lequel le PAIGC a proposé de renouveler pour cinq ans le sortant Cipriano Cassama.

A la fin de la séance, le nouveau président de l'Assemblée nationale enverra au chef de l'Etat le nom du Premier ministre désigné par la majorité parlementaire, selon les textes en vigueur.

Lors d'une réunion lundi, le PAIGC a proposé M. Pereira pour diriger le nouveau gouvernement.

M. Vaz doit dans les 48 heures confirmer ce choix en nommant un nouveau Premier ministre par décret présidentiel, ou demander à la majorité de lui proposer un autre chef de gouvernement.

Une nouvelle cohabitation risque donc de s'installer entre MM. Vaz et Pereira, alors qu'une élection présidentielle doit se tenir dans les prochains mois.

XS
SM
MD
LG