Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Biden, choix de la raison des démocrates pour battre Trump

Le Vice-président sortant américain Joe Biden tient sa femme qui l’a rejoint sur le podium après son discours à la Convention nationale démocrate à Philadelphie, 27 juillet 2016.

Six femmes, trois Noirs et une dizaine de jeunes candidats démocrates se présentent à la présidentielle américaines de 2020. Mais Denise Haley parie sur le vétéran septuagénaire de la politique Joe Biden pour battre Donald Trump en 2020.

Il peut "nous rassembler", espère-t-elle, faisant écho à une opinion assez partagée chez les électeurs démocrates qui offrent une bonne avance dans les sondages de ce début de course à l'ancien vice-président américain, âgé de 76 ans, face à ses plus de 20 concurrents.

Venue assister à Philadelphie à son premier grand meeting de campagne depuis l'annonce de sa candidature fin avril, cette sexagénaire noire, professionnelle du secteur de la santé, souligne que son choix de candidat ne dépendra pas de la couleur de peau ou de l'âge mais plutôt de sa capacité à gagner contre le président républicain.

"Je ne pense pas qu'on ait besoin d'être une femme ou noir pour le faire", explique-t-elle.

Parmi les milliers de supporteurs rassemblés à Philadelphie, en Pennsylvanie, beaucoup se réjouissaient de voir Joe Biden se positionner au-dessus de la mêlée démocrate dans un duel direct avec Donald Trump.

Après avoir basculé dans le camp républicain en 2016, cet Etat pourrait jouer un rôle clé lors de la prochaine présidentielle.

Biden "a le plus de chances de sortir Trump" de la Maison Blanche, souligne Ankita Kalasabail, une lycéenne de 16 ans qui pourra voter en 2020.

Après 36 ans passés au Sénat et huit aux côtés du président démocrate Barack Obama, Joe Biden peut se targuer d'avoir le CV le plus solide face aux autres candidats qui veulent empêcher Donald Trump de décrocher un second mandat.

Mais son atout le plus précieux, selon Mickey Kirzecky, une consultante, est sa popularité auprès des ouvriers qui ont en partie permis à Donald Trump de gagner l'élection en 2016.

"Il pourrait être le candidat de l'apaisement", espère-t-elle.

Reflétant une diversité inédite, le groupe des 23 candidats à l'investiture démocrate est aussi composé de plusieurs progressistes poussant vers la gauche du parti et de nombreux prétendants de moins de 60 ans.

Mais l'âge du centriste Joe Biden, l'un des trois septuagénaires en lice pour la présidentielle avec le sénateur indépendant Bernie Sanders (77 ans) et Donald Trump (72 ans), ne compte pas pour Norda Lewis, une enseignante de 36 ans.

"Pour moi l'âge ne compte pas", explique-t-elle, en décrivant Joe Biden comme un "homme qui se bat pour le peuple", capable de séduire les démocrates traditionnels, les indépendants et même les ouvriers républicains.

- "Capable de relever ce défi" -

Pour John Lester, un graphiste de Philadelphie, l'âge du candidat Biden, qui aurait 78 ans à sa prise de fonctions, pourrait devenir un problème même s'il "a vraiment l'air d'être en bonne santé".

Mais sa popularité chez de nombreux groupes d'électeurs et ses politiques modérées le font pencher vers Joe Biden, explique M. Lester, 61 ans.

"Je suis sensible à la question de la diversité" mais aller trop vite vers un programme progressiste dans une Amérique aussi divisée politiquement pourrait être contreproductif, s'inquiète-t-il.

Son excellente relation avec Barack Obama, le premier président noir des Etats-Unis, lui confère aussi une solide popularité chez les électeurs afro-américains, qui pourraient jouer un rôle crucial en 2020. Joe Biden a d'ailleurs pris soin de le mentionner à plusieurs reprises à Philadelphie.

Mais plusieurs épisodes jalonnant sa longue carrière risquent aussi de lui poser des problèmes, comme son soutien dans les années 1990 à une législation pénale qui avait frappé particulièrement durement les hommes noirs.

Ses habitudes très tactiles ont également été dénoncées par plusieurs femmes qui se sont récemment dites profondément gênées par ses gestes publics d'affection.

"Son heure est passée", avait tranché Laura Benedetto, 36 ans, employée d'une ONG spécialisée dans l'éducation, lorsqu'elle était allée voir jeudi la progressiste Elizabeth Warren qui faisait campagne en Virginie.

Pas du tout, rétorque une haute conseillère de Joe Biden, Symone Sanders.

Joe Biden "est capable de relever ce défi, il ne serait pas entré dans la course s'il ne l'était pas", affirme-t-elle à l'AFP.

"Nous sommes au sommet" des sondages, poursuit-elle "mais nous menons cette campagne comme si nous étions les derniers".

Toutes les actualités

Plan de paix américain : protestations des Palestiniens

Plan de paix américain : protestations des Palestiniens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:53 0:00

Escalade entre l’Iran et les États-Unis

Escalade entre l’Iran et les États-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Conflit israélo-palestinien : Jared Kushner vante les mérites du plan de paix américain

Conflit israélo-palestinien : Jared Kushner vante les mérites du plan de paix américain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Nouvelle escalade entre l'Iran et les Etats-Unis

Nouvelle escalade entre l'Iran et les Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Trump nomme une collaboratrice de sa femme porte-parole de la Maison Blanche

Mme Grisham remplacera Sarah Sanders, qui quitte son poste fin juin.

Le président américain Donald Trump a nommé Stephanie Grisham, une proche collaboratrice de son épouse Melania, porte-parole de la Maison Blanche, a annoncé mardi la Première dame des Etats-Unis.

Stephanie Grisham "est avec nous depuis 2015 --le président et moi-même ne pouvons penser à personne de mieux pour servir l'administration et notre pays", a tweeté Mme Trump.

Mme Grisham remplacera Sarah Sanders, qui quitte son poste fin juin. Elle cumulera également la fonction de directrice de la communication de la Maison Blanche, a poursuivi la Première dame, un poste davantage stratégique.

Après Sean Spicer et Sarah Sanders, Stephanie Grisham est la troisième personne à obtenir le poste prestigieux --mais très exposé-- de "Press Secretary" sous l'administration Trump.

Sa mission, mettre en avant et défendre les positions de l'administration mais aussi répondre des sorties agressives ou des tweets provocateurs du président américain, contre les médias notamment.

Stephanie Grisham arrive auprès de Donald Trump avec l'expérience d'un poste bien moins exposé, celui de directrice de la communication de la Première dame.

Les activités de Melania Trump à la Maison Blanche - notamment sa campagne en faveur du bien-être des enfants #BeBest - ne reçoivent qu'une faible couverture médiatique.

Mme Grisham est, en revanche, une fidèle de Donald Trump, ayant rejoint la campagne présidentielle en 2015 et elle a gagné une réputation d'interlocutrice coriace au bureau de la "First lady".

Confrontée à une polémique sur une veste portée par Melania Trump en juin 2018 "I really don't care do you?" (Je m'en fiche complètement et vous?), Stephanie Grisham avait pris la défense de sa patronne.

"C'est juste une veste (...). Après l'importante visite d'aujourd'hui au Texas, j'espère que les médias ne vont pas choisir de se concentrer sur sa garde-robe", avait relevé M. Grisham, au sujet de cette visite de Mme Trump à des enfants sans-papiers à la frontière avec le Mexique.

La nouvelle porte-parole de la Maison Blanche aura-t-elle des relations plus apaisées avec les médias que sa prédécesseure ?

Sarah Sanders, très proche de Donald Trump qui a loué la combativité de cette "guerrière" en annonçant son départ mi-juin, a rompu ces derniers mois avec une tradition solidement établie, le briefing quotidien dans la salle de presse de la Maison Blanche.

Sarah Sanders était aussi réputée pour ses échanges conflictuels avec les journalistes, reprenant à son compte la rhétorique de Donald Trump sur les médias "Fake News".

"Stephanie Grisham sera un atout formidable pour le président et le pays. Je suis triste de quitter la Maison Blanche mais heureuse de laisser notre équipe dans de si bonnes mains", a tweeté Sarah Sanders.

Stephanie Grisham devra également relever un autre défi: porter la parole présidentielle d'un président qui raffole particulièrement du lien direct avec les médias et les Américains, via Twitter.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG