Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Bangladesh: un incendie fait au moins 70 morts dans la capitale

Les pompiers, en pleine action, pour éteindre l’incendie qui a éclaté le 20 février 2019 dans un entrepôt de produits chimiques à Dhaka, au Bangladesh.

Au moins 70 personnes ont été tuées dans un gigantesque incendie qui a ravagé des immeubles d'habitation de la vieille ville de Dacca où se trouvaient aussi des entrepôt de produits chimiques, ont annoncé jeudi les pompiers.

Des dizaines de personnes ont été prises au piège, sans pouvoir fuir dans les rues paralysées par les embouteillages, alors que les produits chimiques, des granules en plastique et des sprays déodorants étaient la proie des flammes.

Le chef du service national des pompiers, Ali Ahmed, a prévenu que le bilan pourrait s'aggraver.

"Le nombre de morts pourrait être plus élevé. Les recherches se poursuivent", a déclaré à l'AFP

Le feu a pu avoir pour origine une bouteille de gaz. Il s'est rapidement propagé à l'ensemble d'un immeuble où étaient entreposés des produits chimiques, dans le quartier central de Chawkbazar.

L'incendie a ensuite gagné quatre immeubles voisins où étaient également stockés des produits chimiques.

"Il y avait un embouteillage quand l'incendie a éclaté. Il s'est propagé si vite que les gens n'ont pu s'échapper", a raconté M. Ahmed. Dans ce quartier, les rues sont très étroites et les immeubles sont situés très près les uns des autres.

Un autre responsable des services d'incendie a déclaré que le sinistre, survenu mercredi à 22h40 (16h40 GMT), est sous contrôle mais pas encore complètement éteint malgré les efforts des plus de 200 pompiers mobilisés.

"Cela va prendre du temps, ce n'est pas un incendie ordinaire", les produits chimiques hautement combustibles ayant accentué son caractère dévastateur, a-t-il affirmé.

Au moins 45 personnes ont été blessées, dont quatre se trouvent dans un état critique, a déclaré un inspecteur de police à l'Hôpital universitaire de Dacca.

Un incendie similaire, dans un immeuble où étaient stockés des produits chimiques, avait déjà frappé la capitale du Bangladesh en 2010 et fait 120 morts.

Avec AFP

Toutes les actualités

Corée du Sud: 40 ans de prison pour le chef d'un gang de vidéos porno

Photo d'illustration (Reuters)

Le cerveau d'un réseau criminel sud-coréen qui contraignait des femmes, dont des mineures, à réaliser des vidéos pornographiques mises en ligne a été condamné jeudi à 40 ans de prison.

Cho Ju-bin, 25 ans, fut à la tête de ce gang de mai 2019 à février cette année, un intervalle au cours duquel 74 personnes, dont 16 mineures, furent contraintes, notamment par le chantage, à envoyer des contenus à caractère sexuel. Les vidéos étaient ensuite postées sur des forums payants ou envoyées par la messagerie Telegram.

"L'accusé a largement distribué des contenus sexuellement offensants qui avaient été créés en trompant ou en menaçant les victimes", a jugé le Tribunal du district central de Séoul, selon l'agence Yonhap, en affirmant qu'il avait ce faisant provoqué "un tort irréparable".

Le tribunal a ajouté qu'au vu de la gravité des crimes et du nombre de victimes, Cho Ju-bin devrait être "maintenu à l'écart de la société pendant une longue période de temps". Cinq de ses acolytes ont écopé de peines allant de sept à 15 années de prison.

La violence sexuelle en ligne et le partage illégal de contenus à caractère sexuel est un sérieux problème au sein de la société sud-coréenne, où les autorités sont accusées de laxisme face à ce type de délits. Le gouvernement a créé en 2019 une équipe dédiée à la traque des contenus illégalement partagés.

Dans une des affaires les plus médiatisées de ces dernières années, la star de la K-pop Jung Joon-young a été condamnée pour avoir tourné, à l'insu de ses partenaires, des vidéos de leurs rapports sexuels et les avoir partagées. Egalement reconnu coupable de viol en groupe, il purge une peine de cinq ans de prison.

La Corée du Sud est confrontée à un grave phénomène connu sous le nom de "molka", des caméras cachées installées pour filmer secrètement les femmes dans les lieux publics, toilettes, transport ou bureaux. Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté en 2018 à Séoul pour demander aux autorités d'agir contre cette forme de harcèlement.

La Russie va implanter sa première base militaire en Afrique

La Russie va implanter sa première base militaire en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:09 0:00

Un travailleur humanitaire condamné à mort pour viols sur mineurs au Pakistan

Aire de jeux à Lahore au Pakistan, 11 novembre 2017. (Photo AP/K.M. Chaudary)

Un travailleur bénévole a été condamné à mort au Pakistan, reconnu coupable de viols et abus sexuels en série sur mineurs et d'avoir téléchargé des vidéos pornographiques mettant en scène des mineurs.

"Il sera pendu jusqu'à ce que mort s'ensuive", a déclaré le tribunal dans son verdict du 18 novembre, qui doit être confirmé par la Haute Cour de Lahore.

Sohail Ayaz avait été reconnu coupable de délits similaires au Royaume-Uni et en Italie avant d'être extradé vers le Pakistan où il a continué de s'en prendre à des enfants, selon la police.

Ce travailleur bénévole avait collaboré avec l'ONG Save the Children, ainsi que dans le cadre d'un projet humanitaire en Afghanistan, selon un haut responsable de la police, Rai Mazhar.

M. Ayaz aurait avoué avoir violé environ 30 enfants au Pakistan, selon les enquêteurs, qui auraient trouvé en sa possession des dizaines de milliers de vidéos pornographiques.

Les Prix internationaux de la liberté de la presse honorent la bravoure

Les Prix internationaux de la liberté de la presse honorent la bravoure
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:39 0:00

Manifestation à Hong Kong: Joshua Wong placé en détention provisoire

Manifestation à Hong Kong: Joshua Wong placé en détention provisoire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:21 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG