Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Égypte

Bachelet appelle l'Egypte à "changer radicalement" d'approche face aux manifestations (ONU)

La nouvelle Haut-Commissaire aux droits de l'homme, Michelle Bachelet, assiste à la journée d'ouverture du 39ème Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève le 10 septembre 2018.

La Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme Michelle Bachelet a appelé vendredi les autorités égyptiennes à "changer radicalement" d'approche face aux manifestations, demandant la libération "immédiate" des personnes détenues pour avoir exercé leur droit à manifester.

Dans un communiqué, Mme Bachelet a exhorté "les autorités à changer radicalement leur approche à l'égard de toute manifestation future, y compris celles qui pourraient avoir lieu aujourd'hui".

"Je rappelle au gouvernement égyptien qu'en vertu du droit international, les gens ont le droit de manifester pacifiquement", a-t-elle ajouté.

Les premières manifestations le 20 septembre ont créé la surprise dans un pays où l'opposition a été sévèrement réprimée depuis la mise à l'écart en 2013 du président islamiste Mohamed Morsi, renversé par M. Abdel Fattah al-Sissi, alors chef de l'armée.

Réagissant sans délai, les autorités ont procédé à l'arrestation d'environ 2.000 personnes, dont des journalistes, des intellectuels et des militants politiques, selon Human Rights Watch et des ONG locales de défense des droits humains.

Un certain nombre d'entre eux ont été libérés depuis, selon l'ONU.

Mais "toutes les personnes arrêtées et détenues uniquement pour avoir exercé leurs droits doivent être libérées immédiatement", a réclamé Mme Bachelet.

"Toute réponse des forces de sécurité devrait être conforme aux normes et règles internationales concernant les droits à la liberté d'expression et de réunion pacifique, ainsi que le droit à un procès équitable", a-t-elle ajouté.

Dans le communiqué, la Haut-Commissaire fait part de ses "graves préoccupations" face à des informations faisant état de défaillances lors des procédures judiciaires ayant suivi les détentions la semaine dernière.

Selon le Haut-Commissariat, certaines des personnes détenues se seraient notamment vu refuser d'avoir un avocat à leurs côtés lors de leur comparution devant le procureur. D'autres ont été accusées d'infractions graves, comme "aide apportée à un groupe terroriste", "diffusion de +fausses nouvelles+" ou "participation à des manifestations non autorisées" et "utilisation abusive des médias sociaux", selon l'ONU.

Les gens "ont le droit d'exprimer leurs opinions, y compris sur les médias sociaux" et "ne devraient jamais être détenus, et encore moins accusés d'infractions graves, simplement pour avoir exercé ces droits", a insisté Mme Bachelet.

C'est une série de vidéos postées début septembre sur Facebook par un entrepreneur égyptien en exil, Mohamed Aly, qui a poussé des centaines de personnes à manifester les 20 et 21 septembre aux cris de "Sissi dégage", avant d'être dispersées à coups de gaz lacrymogènes.

Dans ces vidéos partagées des millions de fois sur internet, Mohamed Aly a accusé de corruption M. Sissi, qui a démenti, et a appelé à manifester.

Toutes les actualités

L'Égypte dévoile un sarcophage datant de Ramsès II

La tombe de Ptah-em-uya a été découverte l'année passée, mais des fouilles récentes ont permis de découvrir le sarcophage en granite.

L'Egypte a dévoilé lundi un sarcophage en granite rouge dans la nécropole de Saqqara au sud du Caire, la dernière d'une série de découvertes marquantes dans la région.

Le site de Saqqara, situé à un peu plus de 15 kilomètres au sud des célèbres pyramides du plateau de Guizeh, est classé au patrimoine mondial de l'Unesco et est connu pour la célèbre pyramide à degrés du pharaon Djéser.

La découverte du sarcophage de Ptah-em-uya, "un haut fonctionnaire" sous Ramsès II, qui régna sur l'Egypte au XIIIe siècle avant Jésus-Christ, a été effectuée par une équipe d'archéologues égyptiens de l'Université du Caire, selon un communiqué du ministère du Tourisme et des Antiquités.

Issu de la noblesse, Ptah-em-uya était "secrétaire royal, surveillant en chef du bétail et chef de la trésorerie du Ramasseum", mémorial édifié à la gloire de Ramsès II à Thèbes, l'actuelle Louxor. Il était également "responsable des offrandes à l'ensemble des dieux de Haute et Basse Egypte", a indiqué Mostafa Waziri, directeur du Conseil suprême des Antiquités.

La tombe de Ptah-em-uya a été découverte l'année passée, mais des fouilles récentes ont permis de découvrir le sarcophage en granite, "couvert d'inscriptions" pour "protéger le défunt" ainsi que de "scènes représentant ses fils et le dieu Horus", selon le ministère des Antiquités.

Le site de Saqqara a permis de dévoiler de nombreux "trésors" archéologiques ces dernières années. L'Egypte a annoncé en mai la découverte d'une cache renfermant 250 sarcophages et 150 statues de bronze.

Certains critiques estiment que les fouilles effrénées en Egypte ont donné la priorité au spectacle médiatique plutôt qu'à une recherche universitaire solide, mais Le Caire compte sur ces nouvelles découvertes pour relancer le tourisme, en attendant l'inauguration du "Grand musée égyptien" (GEM), reportée à plusieurs reprises. Décrit comme étant "le plus grand musée archéologique au monde", le GEM devrait être inauguré cette année.

En Égypte, les cultivateurs de mangues s'adaptent au changement climatique

En Égypte, les cultivateurs de mangues s'adaptent au changement climatique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:02 0:00

Les mangues d'Ismaïlia en Égypte ont souffert ces dernières années de moisissure noire en raison de l'augmentation des vagues de chaleur.

L'Égypte pour une deuxième Coupe du monde en Afrique ?

Dans le cas d'une Coupe du monde partiellement organisée en Égypte, le stade de l'Al Ahly Sporting Club (en bas) pourrait être utilisé.

L'Egypte a annoncé vendredi être en consultations avec la Grèce et l'Arabie saoudite pour présenter une candidature commune pour l'organisation du Mondial-2030, selon des médias locaux.

"Les trois pays travaillent d'arrache-pied" et "le dossier de l'organisation (du Mondial-2030) est à l'étude", a déclaré le porte-parole du ministère des Sports et de la Jeunesse, Mohammed Fawzi, à la chaîne de télévision DMC.

"L'Egypte sera l'un des meilleurs pays organisateurs" d'un tel évènement sportif, a-t-il ajouté, soulignant que son pays avait accueilli de nombreux championnats mondiaux ces trois dernières années.

En août, l'Uruguay, l'Argentine, le Chili et le Paraguay ont officialisé leur candidature commune à l'organisation de la Coupe du monde 2030 qui marquera le centenaire de la compétition, dont la première édition a été disputée à Montevideo.

L'Espagne et le Portugal, de sérieux prétendants pour 2030, ont annoncé il y un an leur candidature commune. La FIFA doit désigner en 2024 le ou les pays hôtes.

Du 21 novembre au 18 décembre, le Qatar organise le Mondial-2022. Les Etats-Unis, le Mexique et le Canada accueilleront l'édition 2026, le 23e Mondial de l'histoire.

COP27 : le point sur les urgences climatiques en Afrique

COP27 : le point sur les urgences climatiques en Afrique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Au cours d'une réunion préparatoire avec les représentants de 24 pays africains, organisée à l'approche de la COP27 prévue à Charm el-Cheikh en novembre, les ministres ont fait le point sur les urgences climatiques en Afrique.

À la COP27, l'Égypte se veut le porte-voix de l'Afrique

Si l'Afrique subit la majorité des conséquences du changement climatique, ce continent émet moins de 4% des émissions mondiales de CO2.

L'Egypte, hôte de la prochaine conférence mondiale de l'ONU sur le climat, y fera entendre la voix de l'Afrique et appellera au respect de l'accord de Paris, a déclaré la ministre de l'Environnement, alors que ce continent subit les pires conséquences du changement climatique.

Dans un entretien accordé à l'AFP mercredi, Yasmine Fouad a indiqué que son pays "représentera le continent africain et ses besoins de manière claire et explicite" à la COP27, prévu en novembre dans la station balnéaire de la mer Rouge de Charm el-Cheikh.

"Nous ne sommes pas à l'origine des émissions (de gaz à effet de serre), mais c'est nous – nos populations et nos ressources naturelles – qui sommes les plus affectés", a déclaré Mme Fouad en marge d'une réunion préparatoire avec des représentants de 24 pays africains en Egypte.

Si l'Afrique subit la majorité des conséquences du changement climatique, notamment la sécheresse et les inondations, ce continent émet moins de 4% des émissions mondiales de CO2, selon l'ancien secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, qui s’exprimait cette semaine lors d'un sommet aux Pays-Bas, destiné à soutenir l'Afrique face au changement climatique.

Le président en exercice de l'Union africaine (UA) et président du Sénégal, Macky Sall, avait relevé "avec amertume, l'absence de dirigeants des pays industrialisés", à Rotterdam.

"Position ferme"

"La communauté internationale doit prendre une position ferme et s'engager à ce que chacun remplisse ses obligations, comme le prévoit l'accord de Paris", a déclaré Mme Fouad.

En 2015, 196 Etats membres de l'ONU s'accordaient à Paris sur l'objectif de contenir le réchauffement climatique en dessous de +2°C d'ici à 2100, et si possible +1,5°C par rapport aux températures de l'ère préindustrielle, mais la montée en flèche des émissions de carbone a depuis mis en péril ces objectifs.

L'accord de Paris réaffirmait que les pays développés doivent apporter une aide financière aux pays moins bien dotés et vulnérables alors que déjà en 2009 à Copenhague ces pays s'engageaient à porter à 100 milliards de dollars par an en 2020 l'aide aux pays pauvres pour réduire leurs émissions et s'adapter aux impacts du changement climatique. Cette promesse, non tenue, sera d'ailleurs sans aucun doute encore une fois un des sujets de contentieux de cette COP.

"Nourriture, eau et énergie"

Pour Mme Fouad, les préoccupations environnementales étaient considérées jusqu'à récemment en Egypte "comme un obstacle aux investissements" et un "luxe" que le pays de 103 millions d'habitants ne pouvait se permettre. Comme ailleurs, les appels à obtenir un soutien dans la lutte contre le changement climatique ont longtemps résonné dans le vide, jusqu'à ce que le monde prenne conscience que le changement climatique est une question de "survie de l'Homme sur la planète Terre", a-t-elle dit.

Selon la ministre, pour garantir le financement des efforts de lutte contre le changement climatique, il convient de se concentrer sur les "besoins humains fondamentaux: la nourriture, l'eau et l'énergie". En se concentrant sur des projets "rentables", Mme Fouad a déclaré que l'Egypte espère "utiliser des énergies nouvelles et renouvelables pour fournir de la nourriture et de l'eau, par exemple par le biais du dessalement".

Ces projets pourraient aider les pays en développement à répondre à leurs besoins fondamentaux en matière de développement et à lutter contre le changement climatique, a-t-elle ajouté, estimant que ces deux objectifs sont en réalité "un seul et même objectif".

Voir plus

XS
SM
MD
LG