Liens d'accessibilité

"Avec la guerre on perd tout", dit le pape dans un cimetière américain


Le pape François prie dans la Fossé Ardéatine, site d'un massacre perpétré en 1944 par les troupes allemandes occupant Rome en représailles à une attaque partisane contre un bataillon SS la veille, à Rome, Italie, 2 novembre, 2017.

Le pape, qui célébrait jeudi une messe pour les défunts dans un cimetière américain d'Italie, a dédié ses pensées aux "jeunes" soldats qui combattent aujourd'hui à travers le monde, en soulignant qu'on perdait tout dans la guerre.

"Plus jamais la guerre, plus jamais cette tragédie inutile", a lancé le pape dans l'immense cimetière américain de Nettuno (60 km au sud de Rome), où sont enterrés 7.860 soldats américains morts en Italie lors de la seconde guerre mondiale.

"Prions pour ces jeunes alors qu'aujourd'hui le monde est une nouvelle fois en guerre", a dit gravement le souverain pontife argentin, en ajoutant: "avec la guerre on perd tout".

"Les hommes font tout pour déclarer et faire la guerre et à la fin ils se détruisent eux-mêmes", a dit le pape, en citant une vieille femme s'exprimant devant les ruines d'Hiroshima. "C'est ça la guerre: la destruction de nous mêmes", a-t-il insisté.

Evoquant "la douleur" des femmes qui apprennent dans une lettre la mort "en héros de la patrie" de leur mari ou de leur enfant, il a aussi dénoncé la "fierté de cette humanité qui n'a pas appris la leçon et n'a pas l'air de vouloir l'apprendre".

"Que de fois au cours de l'Histoire les hommes ont pensé faire la guerre en étant convaincus d'amener un monde nouveau, un +printemps+, et cela se termine par un hiver mauvais, cruel, où règnent la terreur et la mort", a dit François.

Il célébrait la messe dans le sanctuaire du cimetière devant la statue "Brothers in arms", dédiée aux milliers de militaires américains morts durant le conflit mais qui n'ont jamais été identifiés. La région fut le théâtre à la fin de la guerre de violents combats entre les troupes alliées et l'armée d'occupation allemande soutenue par les troupes des fascistes italiens.

Le pape a aussi marché seul et en silence sur l'herbe du cimetière bordé de pins parasols, le long de croix blanches, l'occasion d'honorer notamment un soldat inconnu, un soldat italo-américain et un combattant juif.

Sur le chemin du retour, le pape s'est arrêté dans le sud de Rome au Mausolée des Fosses Ardéatines, où 335 civils, dont 75 juifs, furent exécutés par les nazis en 1944 en représailles à une attaque au cours de laquelle 33 soldats allemands avaient été tués par des résistants italiens dans le centre de Rome.

Le pape a marché en silence dans les longs couloirs de ces anciennes carrières transformées en 1949 en monument commémoratif aux allures de bunker, il a prié devant la grille qui marque l'endroit du massacre, puis il a posé des roses blanches sur des tombes des victimes.

Rejoint par le grand rabbin de Rome Riccardo Di Segni, qui a récité une prière en hébreu, le pape a écrit dans le registre du mémorial: "Voici les fruits de la guerre : haine, mort, vengeance".

Le criminel de guerre nazi Erich Priebke, décédé en 2013 à Rome à l'âge de 100 ans, est l'un des responsables du massacre des Fosses Ardéatines. Avant d'être assigné à résidence à Rome chez son avocat pendant près de 15 ans, l'ex-SS, qui n'a jamais demandé pardon pour ses crimes, avait été caché pendant plus de 40 ans en Argentine, patrie du pape François.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG