Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Avec la chute du cobalt, la RDC au défi de transformer son économie

Les mineurs artisanaux sont des minéraux de tri sur la route entre Kolwezi et Lubumbashi, le 15 février 2018.

Les nouvelles autorités de la République démocratique du Congo sont plus que jamais mises au défi de diversifier l'économie du géant d'Afrique avec la brutale chute des cours du cobalt, signe de sa trop grande dépendance aux ressources minérales.

A Kinshasa de jeudi à samedi, puis Lubumbashi la semaine suivante, des experts vont plancher sur l'économie congolaise avec un constat de base: en un an, le prix de la tonne de cobalt a subi une brutale correction, de à 80.000 à 28.000 dollars à la bourse des métaux de Londres.

Et ce sont les cours volatiles de ce minerai très prisé pour les batteries de nouvelle génération, dont la RDC est le premier producteur mondial, qui jouent au yo-yo avec la croissance du plus grand pays d'Afrique sub-saharienne.

"La croissance du PIB est passée de 3,7 % en 2017 à 5,8 % en 2018 (...) sous l'effet d'une forte augmentation des prix du cobalt", résume le Fonds monétaire international (FMI) dans son premier audit de l'économie congolaise depuis 2015.

"La croissance du PIB devrait ralentir pour s'établir à 4,3 % en 2019, dû à un ralentissement de l'activité minière dans un contexte d’affaiblissement des prix du cobalt", ajoute le FMI dans son compte-rendu d'une mission à Kinshasa quinze jours fin mai-début juin.

Autre signe de la dépendance de la RDC aux minerais (cuivre et coltan également): le FMI prévoit une baisse du PIB global en 2019 alors même que "la croissance de l'économie non-minière ferait plus que doubler en raison de la hausse des investissements publics et de l'optimisme post-électoral".

A la hausse ou à la baisse, ce PIB est déjà ridiculement faible vu la taille de la RDC et les besoins abyssaux de sa population (moins de 40 milliards de dollars d'après la Banque mondiale, pour 80 millions d'habitants qui vivent en moyenne avec moins de deux dollars par jour).

La mission du FMI à Kinshasa a porté "sur les politiques qui permettraient à terme de diversifier l'économie et de s'attaquer aux niveaux élevés de pauvreté et de chômage dans une population en rapide expansion".

La "diversification et la transformation" de l'économie congolaise est également le thème de la sixième "Semaine française" de Kinshasa organisée de jeudi à samedi par la Chambre franco-congolaise de l'Industrie.

"L'économie congolaise tire près de 80% de ses recettes d'exportation (des mines), occasionnant ainsi sa vulnérabilité face à la volatilité des prix de ses principales matières premières d'exportation", notent les organisateurs.

Libéralisation

"Agro-alimentaire, textile, tourisme, télécommunications, transport terrestre, fluvial et aérien, services, industrie forestière, énergétique, pharmaceutique, recyclage etc... sont autant de secteurs à explorer pour transformer l'économie du pays", ajoutent-ils.

Un mois après la visite du ministre français des Affaires étrangères, la France veut promouvoir à Kinshasa une annonce du président Emmanuel Macron: "Choose Africa" et ses "2,5 milliards d'euros consacrés au financement et à l'accompagnement de près de 100.000 start-up, TPE et PME sur le continent africain d'ici 2022".

Ces bonnes intentions se heurtent encore aux maux endémiques qui compliquent la vie des acteurs économiques du privé: faiblesse de l'Etat et des rentrées fiscales malgré l'empilement des taxes, corruption...

Le FMI a fortement suggéré au nouveau président Félix Tshisekedi d'"accélérer l'adoption du projet de loi anticorruption", ainsi que la création d'une "commission indépendante de lutte contre la corruption".

L'argent ne rentre pas dans les caisses du Trésor public, s'inquiète le FMI. "50% des conteneurs qui entrent dans le port fluvial de Matadi ne paient pas de droits de douane", avance un fin observateur de l'économie locale. En revanche, des backshichs entrent très probablement dans la poche des agents locaux des douanes.

Des dossiers avancent doucement. La libéralisation du secteur des assurances est une réalité, avec trois opérateurs qui disposent d'un agrément pour prendre le relais du vieux monopole de la société publique Sonas (le groupe camerounais Activa, et les filiales de deux banques locales, la Rawbank et la Sofibanque).

La semaine prochaine à Lubumbashi du 19 au 12 juin, les multinationales du secteur se pencheront également sur la chute des prix du cobalt.

Ils aborderont les conséquencss de la réforme du code minier entré en vigueur il y a un an.

Le code minier a "augmenté les taxes et placé des taux de royalties très élevés sur des minerais stratégiques comme le cobalt et le coltan", rappelle une spécialiste, Chantelle Kotze.

Toutes les actualités

Des milliers de réfugiés centrafricains vivent dans des abris de fortune

Des milliers de réfugiés centrafricains vivent dans des abris de fortune
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:04 0:00

Modeste Bahati élu président du Sénat

Modeste Bahati élu président du Sénat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Le Sénat congolais se dote d'un bureau pro-Tshisekedi

Le Sénat congolais se dote d'un bureau pro-Tshisekedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Modeste Bahati Lukwebo élu président du Sénat de la RDC

Modeste Bahati Lukwebo, leader de l'AFDC-A (Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés), Kinshasa, 5 décembre 2018. (Facebook/Bahati Lukwebo).

Modeste Bahati Lukwebo, leader de la deuxième plateforme majoritaire au parlement, l’Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) a été élu mardi président de la chambre haute de la RDC. C'est lui qui a fait basculer la majorité en faveur du président Félix Tshisekedi.

Une victoire sans surprise car M. Bahati, 65 ans, était le candidat unique au poste du chef du Sénat congolais.

Sur les 98 sénateurs présents, 89 ont voté en sa faveur.

Nommé "informateur" après les consultations au terme desquelles le président Félix Tshisekedi a proclamé la rupture de l’alliance de gouvernement conclue avec le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila, M. Bahati est parvenu à se positionner comme un incontournable dans la classe politique congolaise.

Comme informateur, sa tâche était d’identifier la nouvelle majorité. Ce qu’il a fait en permettant à l’Union sacrée, chère au chef de l'État, d'asseoir son emprise sur l'échiquier politique national.

Ancien du FCC, M. Bahati était en fait l’un de tous premiers transfuges à changer de bord.

Son départ avait déclenché l’avalanche d’autres traversées des Kabilistes qui jusque là avaient fait voeu de fidélité à l'ex-président.

Des indiscrétions du FCC affirment que M. Bahati avait demandé à M. Kabila le fauteuil du Premier ministre et s'était aussi proposé comme candidat à M. Kabila à la succession de M. Kabilia lors de la présidentielle de décembre 2018. En vain.

Frustré, M. Bahati, ancien syndicaliste et membre de la société civile, a bataillé dur et s’est fait allié au président Tshisekedi.

Cette alliance a même donné des ailes au président Tshisekedi qui, n’ayant pas la majorité, y a vu une opportunité de faire basculer le poids au parlement en sa faveur.

M. Bahati, pour sa part, confirmait ses appétits et ses ambitions.

Comme président du Sénat, M. Bahati devient la deuxième personnalité du pays et à ce titre, la Constitution lui accorde de remplacer le chef de l’Etat en cas d’empêchement.

L’élection de M. Bahati est le tout dernier mouvement dans le cadre de la vague de l’Union sacrée qui a fait tomber le bureau définitif de deux chambres, jusqu'ici dominées par des Kabilisites.

Trois nouveaux cas d'Ebola confirmés en RDC

Trois nouveaux cas d'Ebola confirmés en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG