Liens d'accessibilité

Au moins trois militaires tués dans un attentat suicide à Benghazi en Libye


Un soldat des forces armés se prepare pour des affrontements à Benghazi, Libye, le 7 mars 2016.

Au moins trois soldats ont été tués et neuf autres blessés dimanche dans un attentat suicide revendiqué par l'organisation Etat islamique (EI) contre les forces loyales au maréchal Khalifa Haftar à Benghazi, dans l'est de la Libye.

"Un kamikaze qui conduisait un petit camion a fait exploser son véhicule dans la région de Qanfouda", un des derniers bastions des jihadistes à Benghazi, faisant trois morts et neuf blessés parmi les soldats, a déclaré à l'AFP une source des forces spéciales à Benghazi, loyales à Haftar.

"Cette attaque a été menée contre nos forces malgré le fait que nous ayons pris toutes les précautions possibles", a ajouté la même source sous le couvert de l'anonymat.

Sur Twitter, des comptes jihadistes ont affirmé que l'attaque avait été menée par l'EI. Dans un bref communiqué diffusé sur le réseau social, l'organisation ultraradicale indique qu'un de ses hommes, Nadhir al-Harb, avait mené l'attentat contre un groupement des soldats du "tyran Haftar".

Berceau de la révolution qui mit fin en 2011 au régime de Mouammar Kadhafi, Benghazi, deuxième ville de Libye située à 1.000 km à l'est de Tripoli, est le théâtre depuis plus de deux ans de combats quotidiens entre les forces du maréchal Haftar et des milices jihadistes qu'elles tentent de chasser de la ville.

Parmi ces milices figurent notamment le Conseil de la Choura des révolutionnaires de Benghazi, une coalition de milices islamistes dont fait partie Ansar Asharia, un groupe proche d'Al-Qaïda, ainsi que l'EI.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG