Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Afrique

Au Gabon, les anciens travailleurs malades d'Areva demandent toujours réparation

Rolland Mayombo, un ancien employé de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville à Mounana, Gabon, le 11 juillet 2017.

"On est tous malades! Au niveau de la santé, ils nous couillonnent !" : à 82 ans, Moïse Massala, géochimiste en retraite n'en finit plus de pester contre son ancien employeur, la Compagnie des mines d'uranium de Franceville (Comuf), filiale du groupe français Areva au Gabon.

Comme Moïse, des centaines d'anciens travailleurs gabonais de la Comuf réclament réparation - sans succès depuis douze ans - pour des maladies qu'ils estiment être liées à leur travail, dans la mine d'uranium exploitée entre 1958 et 1999 par le groupe nucléaire dans le sud-est du pays.

Ceci alors que deux familles d'anciens travailleurs français de la Comuf ont été indemnisées en France, et qu'Areva a reconnu, dans un mail interne que l'AFP a pu consulter, que "de nombreuses maladies graves ont été détéctées" chez d'anciens travailleurs gabonais.

"Ça fait dix ans que j'ai du mal à respirer, l'air ne passe plus". Roland Mayombo, 77 ans, "dont vingt-sept à la mine", participe activement à la lutte du collectif formé par 1.618 anciens employés gabonais de la filiale d'Areva, le Mouvement des anciens travailleurs de la Comuf (Matrac), pour faire reconnaître leur cause.

Mais si le groupe nucléaire français avait accepté de créer un Observatoire de la Santé (OSM, lancé avec l'Etat gabonais), en 2010, pour "suivre l'état des travailleurs et les indemniser", Areva a toujours affirmé qu'"aucune maladie professionnelle liée à l'exposition aux rayonnements ionisants" n'y a jamais été décelée.

En 2015, dans un mail interne à la Comuf, consulté et authentifié par l'AFP auprès de plusieurs destinataires, le directeur santé d'Areva, Pierre Laroche, admet pourtant que "de nombreuses maladies graves ont été détectées chez des anciens salariés comme par exemple des tuberculoses en phase contagieuse".

Pour les anciens travailleurs, ce courrier est la reconnaissance officieuse de leurs blessures, et justifie indemnisations - même si ces maladies ne sont peut-être pas reconnues comme étant radio-induites.

M. Seki, un ancien employé de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville à Mounana, Gabon, le 11 juillet 2017.
M. Seki, un ancien employé de la Compagnie des mines d'uranium de Franceville à Mounana, Gabon, le 11 juillet 2017.

David contre Goliath

"Cette histoire, c'est David contre Goliath. Qu'est ce que vous voulez qu'une bande de vieillards fassent contre une entreprise comme la Comuf?", soupire encore Moïse, qui a perdu son frère, ancien prospecteur dans la mine, "d'une maladie bizarre" il y quelques années.

Assis dans un café de la petite ville de Mounana, dans le Haut-Ogoué (sud-est du Gabon), Moïse et ses anciens collègues ressassent le passé et se sentent "impuissants": ils sont persuadés qu'ils sont malades à cause de la mine, mais ne peuvent le prouver.

En 2007, interpellées par les anciens travailleurs, les ONG françaises Sherpa et Médecins du Monde se saisissent du dossier. Elles réalisent des enquêtes de terrain à Mounana, et publient un rapport dénonçant le taux élevé de cancers parmi les salariés ou ex-salariés de ces mines d'uranium au Gabon et au Niger.

Le groupe nucléaire ouvre des négociations, et un accord "sans précédént" est signé en 2009.

"On croyait avoir gagné", assure Moïse, alors que l'OSM voit le jour et redonne espoir aux anciens travailleurs.

Mais sept ans après, les locaux de l'OSM à Mounana, à quelques km de l'ancienne mine, sont fermés, les panneaux indicateurs sont à même le sol et plus aucun travailleur gabonais n'y est suivi. Aucun d'eux n'a été indemnisé.

"Nous avons décidé d'arrêter d'y aller car personne ne nous a jamais donné nos résultats d'analyse", se souvient Estime Beno Ngodi, président du Matrac.

"L'observatoire a bien fonctionné jusqu'en 2015, il s'est adressé à près de 667 anciens salariés. Le Conseil d'administration à l'unanimité a décidé d'en suspendre l'activité" en raison du boycott par le Matrac, dit le directeur du Conseil d'administration de la Comuf, Gilles Recoché.

Et d'ajouter: "notre fierté est d'avoir mis en place une structure tripartite unique, qui permet aussi aux anciens travailleurs de la Comuf de bénéficier d'une visite médicale gratuite".

"J'ai été quatre fois à l'OSM, chaque année, mais je n'ai jamais eu de résultat", rétorque M. Mayombo, qui porte tout de même une casquette rouge de la Comuf, se disant "fier" d'y avoir travaillé malgré les "complications". Le syndicat estimait, fin 2016, que 367 anciens travailleurs sont décédés "à la suite d'infections respiratoires pulmonaires".

En 2010, une étude demandée par l'UE dénonçait l'opacité des résultats d'analyse, comme l'ONG Sherpa, qui s'est offusquée du "maintien dans l'ignorance" des anciens travailleurs.

"Tous les résultats étaient donnés à la fin des consultations. Une copie était remise à l'ancien travailleur", assure en réponse Steeve Mbuy' Ibutsi, secrétaire exécutif de l'OSM, qui s'étonne de cette "incompréhension".

"Il y a une désinformation" de la part du Matrac, affirme pour sa part le directeur du Conseil d'administration de la Comuf, Gilles Recoché.

'On est malades et on meurt'

Qui a raison, des Gabonais qui affirment "tomber comme des mouches" à cause de leur travail à la mine ou d'Areva qui estime qu'aucune maladie professionnelle n'a été décelée ?

"Qu'il y ait eu de la radioactivité à Mounana, c'est une réalité. Après, à quel degré et dans quelle mesure les travailleurs ont été touchés, il sera très compliqué de l'établir", confie à l'AFP un ancien haut cadre de la mine, sous couvert d'anonymat.

La dénomination même des maladies professionnelles liées au travail à la mine des travailleurs gabonais fait débat: "moi, j'ai mal au poumon. Mais ils me disent que ce n'est pas lié", dit un ancien travailleur de la mine.

Dans la loi française, qui date de 1984 et de laquelle dépend Areva et sa filiale au Gabon, 13 maladies seulement sont imputables aux rayonnements ionisants.

"Ce n'est pas évident qu'on trouve des maladies professionnelles chez les anciens travailleurs avec la grille utilisée. Mais c'est possible qu'on trouve des maladies liées au travail, mais considérées comme non-professionnelles, et donc non indemnisées", décrypte Steeve Ondo, médecin du travail gabonais et membre du Comité scientifique de l'OSM.

"C'est édifiant! Le tableau de maladies professionnelles n'a pas été actualisé depuis 1984... Une aberration devant les progrès faits en médecine", estime de son côté Jacqueline Gaudet, fondatrice de l'association française "Mounana", qui se bat pour l'indemnisation des anciens travailleurs expatriés de la Comuf.

Son association a fait porter deux fois à l'Assemblée nationale française une demande pour réviser le code de la Sécurité sociale, sans succès.

En France, deux familles d'anciens travailleurs décédés d'un cancer du poumon - dont celle de Mme Gaudet - ont été indemnisées en 2011. "Une première", avait salué à l'époque l'avocat des familles.

Au Gabon, l'amertume est grande. "Nous, on est malades et on meurt, mais ils ne nous l'ont jamais dit!", répète encore et toujours Estime Beno, qui affirme souffrir d'un cancer du poumon et avoir du aller jusqu'en Afrique du Sud pour qu'on le lui diagnostique.

L'association Mounana dit avoir porté plainte contre Areva devant la justice gabonaise. "Par douze fois, on a été débouté", expliquent le président du Matrac, ainsi qu'un ancien avocat du collectif.

La Comuf dément: "il y a des discussions, des menaces, des démonstrations de forces (de la part du Matrac) pour empêcher en 2015 les consultations de l'OSM, mais à ma connaissance, je n'ai jamais eu en main de plainte officielle", rétorque M. Recoché.

La Comuf a cessé toute exploitation au Gabon en 1999, et a suspendu l'exploration de nouveaux gisements en 2017. "Le temps joue pour eux. On n'arrêtera pas, c'est jusqu'à la mort", tape du poing M. Mayoumbo.

Avec AFP

Toutes les actualités

Attaques Boko-Haram : lourd bilan pour les civils à Diffa

Attaques Boko-Haram : lourd bilan pour les civils à Diffa
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:40 0:00

L'ex-président Jammeh accusé d'agressions sexuelles par trois femmes en Gambie

L'ex-président Yahya Jammeh, au centre, en train d'aller en exil à l'aéroport de Banjul, Gambie, 27 janvier 2017.

L'ancien président Yahya Jammeh est accusé par trois Gambiennes de les avoir contraint à des relations sexuelles en usant de pressions morales, financières ou physiques lorsqu'il dirigeait ce pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, selon un rapport de Human Rights Watch présenté mercredi au Sénégal.

"Yahya Jammeh a traité les femmes gambiennes comme ses choses", a expliqué à Dakar le célèbre avocat américain de Human Rights Watch, Reed Brody. "Le viol et l'agression sexuelle sont des crimes, Jammeh n'est pas au-dessus des loi".

Yahya Jammeh a dirigé d'une main de fer ce petit pays enclavé dans le Sénégal, à l'exception d'une étroite façade atlantique, de 1994 à son départ pour la Guinée équatoriale le 21 janvier 2017, sous la pression d'une force régionale.

Les défenseurs des droits humains accusent son régime d'actes systématiques de torture contre des opposants et des journalistes, d'exécutions extra-judiciaires, de détentions arbitraires et de disparitions forcées. Il est en outre soupçonné d'avoir détourné plusieurs centaines de millions de dollars.

L'ex-président gambien et ses collaborateurs ont "recouru à la coercition, à la tromperie et à la violence" pour obtenir des faveurs sexuelles, "ainsi qu'à des représailles lorsque les femmes refusaient ses avances", accuse l'enquête, menée avec l'ONG suisse TRIAL International.

En décembre 2014, Fatou Jallow, dite "Toufah", alors étudiante en art dramatique de 18 ans, a été élue "reine de beauté" lors d'un concours retransmis en direct à la télévision d'Etat.

Dans les six mois qui ont suivi, le chef de l'Etat l'a invitée plusieurs fois au palais présidentiel, couverte de cadeaux, puis lui a demandé de l'épouser, ce qu'elle a refusé, selon le récit de la jeune femme, qui a choisi de témoigner à visage découvert depuis le Sénégal, où elle a trouvé refuge.

En juin 2015, Yahya Jammeh l'a enfermée dans une pièce de son palais, menacée de mort et lui a injecté une substance au moyen d'une seringue, avant de l'immobiliser et de la violer, a-t-elle expliqué.

Selon plusieurs témoignages rapportés par les deux ONG, Yahya Jammeh s'est aussi entouré de "protocol girls" - des jeunes femmes qu'il recrutait personnellement comme assistantes, avec l'aide d'une cousine, Jimbee Jammeh, chargée de les mettre en confiance - avant de les harceler sexuellement.

L'une d'entre-elles, désignée par le pseudonyme "Anta", a expliqué que le président l'avait menacée de lui couper les vivres si elle se refusait à lui. Une autre, "Bintu", affirme que Yahya Jammeh lui a proposé une bourse d'études aux Etats-Unis avant de se rétracter devant son refus de relations sexuelles.

Une quatrième femme, Fatoumatta Sandeng, chanteuse connue en 2015, affirme avoir été forcée à se rendre dans le village du président, sans doute, estime-t-elle, pour la "piéger". Empêchée de quitter son hôtel pendant trois jours, elle avait finalement été autorisée à partir sans avoir eu de contact avec Yahya Jammeh.

Fille de l'opposant Solo Sandeng, dont la mort en détention en avril 2016 avait galvanisé l'opposition à Yahya Jammeh, Fatoumatta Sandeng dirige à présent une campagne internationale pour traduire l'ex-président et ses principaux collaborateurs en justice.

La Commission vérité et réconciliation (TRRC), qui enquête sur les crimes présumés du régime Jammeh, a entamé début juin sa 5e session d'auditions. Elle prévoit d'organiser des séances consacrées aux violences sexuelles dans les prochains mois.

Interrogé début 2018 sur une éventuelle demande d'extradition de Yahya Jammeh, son successeur Adama Barrow, qui l'avait battu à la présidentielle de décembre 2016, a indiqué qu'il attendrait la fin des travaux de la TRRC pour se prononcer.

"Ces femmes ont un courage immense et ont brisé la culture du silence. Il est important que la Commission vérité et réconciliation et le gouvernement leur offrent la possibilité d'obtenir réparation et justice", a déclaré Marion Volkmann-Brandau, principale enquêteuse ayant travaillé sur ce projet pour Human Rights Watch et TRIAL.

Premières épreuves du baccalauréat

Premières épreuves du baccalauréat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

L'ONU promet son soutien dans l'exécution du mandat d'arrêt d'un chef de guerre congolais

Le juge président de la CPI, Robert Fremr, dans la salle d'audience de la Cour pénale internationale (CPI) à la Haye, aux Pays-Bas, le 28 août 2018.

Les Nations unies ont promis mercredi leur soutien à l'exécution d'un mandat d'arrêt émis par la justice militaire congolaise à l'encontre d'un chef de guerre accusé d'atteintes aux droits de l'Homme et de violences sexuelles dans l'est de la République démocratique du Congo.

L'auditorat militaire a lancé le 7 juin un mandat d'arrêt contre Guidon Shimiray Mwissa pour "participation à un mouvement insurrectionnel", "crime de guerre par recrutement d’enfants", et "crime contre l’humanité par viol", selon une information mercredi de Radio France internationale (RFI).

Déjà sous sanctions de l’ONU, des Etats-Unis et de la France qui ont gelé ses avoirs en 2018, le chef de guerre est à la tête depuis 2015 d’une coalition de groupes armés dans la province du Nord-Kivu.

Ce groupe baptisé NDC-R mène des offensives contre divers groupes armés hutus.

Le chef de guerre est aussi accusé de se "substituer aux autorités locales" et de se livrer avec ses hommes "à des exactions graves sur les populations civiles", d'après le mandat d'arrêt consulté et authentifié par RFI.

"Nous allons accompagner la justice militaire congolaise pour pouvoir exécuter ce mandat", a précisé la porte-parole de la Monusco Florence Marchal lors de son point-presse hebdomadaire.

"Depuis le début de l'année, près de 300 allégations de violences sexuelles liées au conflit ont été rapportés dans le territoire de Masisi (un des territoires du Nord-Kivu). Le bureau conjoint des droits de l'Homme a vérifié 111 cas entre janvier et avril dernier, dont la moitié sont imputables au NDC-R", a ajouté la porte-parole.

La Monusco a qualifié le mandat d'arrêt de "développement positif pour la sécurisation de la province et la lutte contre l'impunité".

Des dizaines de milliers de personnes honorent les responsables assassinés en Ethiopie

Le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, au centre, assiste à une cérémonie officielle en l'honneur du chef de l'armée assassinée, le général Seare Mekonnen, au Millennium Hall de la capitale Addis-Abeba en Éthiopie, le 25 juin 2019.

Les hauts responsables éthiopiens assassinés samedi dans deux attaques en Ethiopie, dont le chef d'état-major de l'armée nationale et le président d'une région du nord-ouest, ont été honorés dans leurs régions natales mercredi par des dizaines de milliers de personnes.

Les assassinats de ces cinq hauts responsables, qui s'inscrivent dans le cadre de la crise politico-ethnique que traverse le pays et qui a déjà fait plus de deux millions de déplacés, ont plongé l'Ethiopie dans l'émoi.

Les autorités ont qualifié ces événements de "tentative de coup d'Etat" contre le gouvernement de la région Amhara (nord-ouest), une des neuf régions du pays dessinées sur les bases d'un fédéralisme ethnique. Cette théorie est toutefois mise en doute par de nombreux observateurs.

A Bahir Dar, où le président de la région Amhara Ambachew Mekonnen, un de ses conseillers et le procureur général de cette région ont été tués samedi par un "commando armé", des dizaines de milliers de personnes s'étaient rassemblées mercredi dans le stade de la ville, drapés pour la plupart dans des tissus traditionnels blancs.

"Nous nous souviendrons pendant des générations de ceux qui sont tombés, pour leur contribution à la région et au pays", a déclaré le vice-Premier ministre éthiopien Demeke Mekonnen, lui-même issu de l'ethnie Amhara. "Nous découvrirons les mobiles et les intérêts de ceux qui ont commis cette acte barbare".

M. Demeke a ensuite déposé des fleurs devant les cercueils des trois hommes, tués selon les autorités par un "commando armé" obéissant au chef de la sécurité de la région Amhara, Asaminew Tsige, un ethno-nationaliste qui se serait trouvé sur la sellette notamment pour avoir ouvertement entrepris de former des milices ethniques. Asaminew Tsige a été tué lundi par la police.

Une fois terminée la cérémonie dans le stade, les trois cercueils doivent être emmenés vers une église orthodoxe pour un office religieux.

A plusieurs centaines de kilomètres de là, à Mekele (nord), des milliers de personnes s'étaient rassemblées pour honorer le chef d'état-major de l'armée nationale, tué samedi par son garde du corps à son domicile d'Addis Abeba alors qu'il menait l'opération de réponse à l'attaque de Bahir Dar. Hommage était également rendu à un général à la retraite qui lui rendait visite et qui a également été tué.

Les deux généraux avaient déjà été honorés mardi lors d'une cérémonie à Addis Abeba lors de laquelle le Premier ministre réformateur Abiy Ahmed avait ouvertement pleuré. Leurs cercueils avaient ensuite été transportés vers Mekele, dans leur région natale du Tigré. Ils doivent être inhumés mercredi.

Les autorités accusent Asaminew Tsige d'être responsable des deux attaques.

Abiy Ahmed s'est efforcé depuis son entrée en fonction en avril 2018 de démocratiser le pays, légalisant des groupes dissidents et améliorant la liberté de la presse. Cet assouplissement a également permis une expression plus libre des tensions intercommunautaires et nationalismes ethniques.

Voir plus

XS
SM
MD
LG