Liens d'accessibilité

Attaque "terroriste" contre une base militaire au Venezuela

  • VOA Afrique

Un membre de l'opposition bloque la route à Caracas, Vénézuela, le 30 juillet 2017.

Des "terroristes" ont attaqué dimanche une base de l'armée à Valencia, dans le nord du Venezuela, a affirmé un dirigeant proche du pouvoir, après l'apparition d'une vidéo montrant des hommes en tenue militaire se déclarant en rébellion contre le gouvernement.

"A l'aube, des assaillants terroristes sont entrés dans le Fort Paramacay à Valencia" et se sont attaqués aux militaires, a écrit sur son compte Twitter Diosdado Cabello, vice-président du parti au pouvoir au Venezuela, ajoutant que plusieurs de ces "terroristes" ont été arrêtés.

Diosdado Cabello est un membre de la toute puissante Assemblée constituante, élue le 30 juin et qui a commencé ses travaux samedi. Ancien militaire proche du défunt président Hugo Chavez, il a présidé l'Assemblée nationale vénézuélienne de 2012 à 2016.

Une vidéo supposément tournée dans un régiment de blindés de Valencia, à 180 km au nord de Caracas, circule dimanche sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias vénézuéliens. Elle montre un homme se présentant comme un officier et se déclarant "en rébellion légitime" contre "la tyrannie assassine de Nicolas Maduro", le président du Venezuela.

"Ceci n'est pas un coup d'Etat, c'est une action civique et militaire pour rétablir l'ordre constitutionnel", affirme cet homme, qui se présente sous le nom de capitaine Juan Caguaripano et est filmé entouré de 15 hommes en tenue de camouflage, certains d'entre eux armés.

"Une normalité absolue règne dans le reste des unités militaires du pays", a assuré M. Cabello, selon qui "ceux qui rêvent du contraire se heurteront au moral de la Force armée nationale bolivarienne".

L'Assemblée constituante vénézuélienne a entamé samedi ses travaux en limogeant la procureure générale Luisa Ortega, une des principales adversaires du président Maduro. Elle devait constituer dimanche une commission chargée d'enquêter sur les "crimes" commis pendant les manifestations antigouvernementales depuis avril dernier.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG