Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Athlétisme

Les championnats américains en salle annulés

L'Américain Aries Merritt participe à l'épreuve masculine de 110 m haies lors de la Diamond League London Grand Prix d'athlétisme au Crystal Palace de Londres le 13 juillet 2012. REUTERS / Suzanne Plunkett

Les Championnats des Etats-Unis d'athlétisme en salle, qui devaient se dérouler le mois prochain au Nouveau-Mexique, ont été annulés en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé dimanche la Fédération américaine.

Les championnats devaient se dérouler à Albuquerque les 20 et 21 février. Les épreuves combinées étaient également au programme et sont aussi annulées.

Un groupe de travail de la fédération, réunissant des experts médicaux et scientifiques, s'était penché sur un protocole sanitaire mais selon le communiqué de la fédération, "il est devenu évident que les restrictions au Nouveau-Mexique et les autres défis logistiques étaient trop complexes à surmonter".

C'est la première fois depuis leur création en 1958 que les Championnats américains en salle n'auront pas lieu.

Devait y défendre son titre notamment, Ryan Crouser, le champion olympique en titre du lancer du poids, lauréat en 2019 et 2020.

La pandémie persistante à travers le monde continue de bouleverser les calendriers: les championnats du monde en salle 2020 qui avaient été reportés à mars 2021 en Chine ont été de nouveau reportés le mois dernier à 2023.

Aux Etats-Unis, une compétition du circuit mondial en salle, reportée en décembre, est pour l'heure maintenue le 13 février à Boston.

Toutes les actualités

Handball: Le Congolais Gauthier Mvumbi, nouvelle star du Mondial

Gauthier Mvumbi de la RDC tente un shoot face au gardien du Danemark lors du Mondial de Handball, Egypte, le 17 janvier 2021.

Si Gauthier Mvumbi, l'imposant pivot de la République démocratique du Congo, s'est fait remarquer au Mondial de handball en Egypte, c'est par son efficacité face au but et ses 137 kilos, qui lui ont valu d'attirer l'attention de Shaquille O'Neal auquel il a été comparé.

La légende de la NBA a-t-elle déjà regardé un match de handball? On peut en douter, tant le handball est un sport mineur aux Etats-Unis. Mais le "Shaq" est très présent sur les réseaux sociaux et a alimenté le buzz autour du Franco-Congolais qui évolue à Dreux, en Nationale 2, la 4e division française.

"Ils disent que tu es le Shaq du hand, qu'est-ce qu'il se passe?", a demandé l'ancien pivot des Lakers (2,16 m), resté célèbre pour avoir cassé plusieurs panneaux de basket avec son poids (147 kg) et sa puissance.

En un message, cet ex-assistant d'éducation dans un lycée, 26 ans et moins grand que son idole (1,95 m), a changé de dimension. "Je n'étais pas prêt, vraiment", s'amuse-t-il, rencontré par l'AFP, dans le jardin de l'hôtel du Caire où toute la délégation congolaise est logée. "C'est ma femme qui a vu le message et qui me dit: +Shaq a envoyé un message!+"

- Huit buts en 25 minutes -

Après l'entretien, le Drouais, qui ambitionne de devenir moniteur d'auto-école, est sollicité pour une photo par un employé de l'hôtel. Comme un écho à sa réponse sur les réseaux: "Vivez votre rêve et battez-vous pour ce que vous êtes."

Inconnu du gratin mondial, Mvumbi a été sacrément efficace en seulement 11 minutes face à l'Argentine (défaite 28-22) et 14 face au Danemark (défaite 39-19): 8 buts sur 9 tentatives. Cela n'a pas empêché les novices congolais de s'incliner mais sa domination sur la ligne des 6m a suscité l'admiration des commentateurs argentins, qui l'ont surnommé "El Gigante" ("le géant"), puis des Danois.

Depuis, le deuxième pivot congolais - Christian Moga dispute toutes les phases de défense et ils se partagent les attaques - enchaîne les interviews et profite de "cet engouement de dingue", lui qui n'avait pas réussi à convaincre Créteil, en 2013, de le garder dans son centre de formation. "Cela ne s'est pas très bien passé", retrace celui qui est alors revenu dans son club formateur, Vernouillet, où il a fréquenté 6 saisons la N1. Avant de retrouver Dreux, sa ville d'origine où il habite chez ses parents.

- Un "atout" sur le terrain -

Son surpoids est toujours un sujet délicat. "J'ai toujours eu un physique... avantageux", dit-il dans un sourire. "C'est un atout aujourd'hui parce que je l'utilise" pour s'imposer au bord de la zone. Mais cela lui a peut-être aussi coûté une place à Créteil. "Je pense que ça a dû être le mot d'ordre. J'étais avec Benjamin Pavoni, un entraîneur beaucoup axé sur le physique. Mentalement, je n'étais peut-être pas prêt non plus. C'est pour ça que ça s'est soldé par un échec."

L'Egypte a un goût de revanche, mais Mvumbi ne doit pas se laisser griser: "l'objectif, c'est de passer au second tour", rappelle l'entraîneur adjoint de la RDC, Gabriel Bourguignon, à la veille du match décisif face au Bahreïn. "L'idée, c'est de lui dire: profite de ce que tu as mais reste sur ton objectif qui est d'être performant."

Rien d'évident, quand on évolue dans une division semi-professionnelle mise à l'arrêt par la pandémie de Covid-19. A Dreux - où Mvumbi est dirigé par son sélectionneur, Francis Tuzolana, et joue avec le frère de ce dernier, Audray - il n'a plus joué depuis octobre. La préparation avec la sélection lui a permis de retrouver les terrains et de représenter son pays d'origine, présent pour la première fois dans un Mondial.

"J'ai tout à gagner: que ce soit en positif ou en négatif, on parle de nous", résume-t-il.

Sport avec Yacouba: Avant-goût de la CHAN

Sport avec Yacouba: Avant-goût de la CHAN
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:13 0:00

Judo: Teddy Riner en finale du Masters de Doha

Teddy Riner, en blanc, face à Gela Zaalishvili de la Georgie dans la catégorie des +100kg à Doha, Qatar, le 13 janvier 2021. (Photo by - / AFP)

Teddy Riner (+100 kg) s'est qualifié pour la finale du Masters pour son retour sur les tatamis internationaux près d'un an après sa défaite au tournoi de Paris, mercredi à Doha.

Le double champion olympique en titre et décuple champion du monde y affrontera le Russe Inal Tasoev, N.3 mondial de la catégorie, autour de 19h00 locales (17h00 françaises).

En demi-finale, Riner (31 ans), qui ambitionne de s'offrir un troisième sacre olympique à Tokyo l'été prochain - du jamais vu en poids lourds -, a écarté l'Ukrainien Yakiv Khammo grâce à un waza-ari rapide marqué sur un mouvement de hanche.

Auparavant, le judoka français avait franchi ses trois premiers tours par ippon, aux dépens du Néerlandais Roy Meyer, du jeune Géorgien Gela Zaalishvili et du Russe Tamerlan Bashaev.

Hisayoshi Harasawa, le Japonais sélectionné pour les JO-2020 en poids lourds et la victime de Riner en finale olympique à Rio, s'est lui blessé dès son entrée en lice en chutant sur son côté droit. Le N.2 mondial des +100 kg a été évacué du tapis sur une civière.

En février dernier, Riner avait vu son invincibilité longue de plus de neuf ans prendre fin au troisième tour du tournoi de Paris, face au N.2 japonais Kokoro Kageura, au bout de 154 combats remportés consécutivement. La pandémie de Covid-19 a ensuite largement chamboulé le calendrier des compétitions, avec notamment le report d'un an des Jeux de Tokyo.

Le Français Grégory Baugé, 9 fois champion du monde sur piste, met fin à sa carrière

Des concurrents courent le long du vignoble lors du Marathon International du Beaujolais à Cercie, en France, le 22 novembre 2014.

Le Français Grégory Baugé, neuf fois champion du monde sur piste, a annoncé dimanche renoncer aux JO de Tokyo et mettre fin à sa carrière.

Le pistard, qui aura 36 ans à la fin du mois, est le coureur français le plus titré de sa génération avec quatre médailles d'or en vitesse individuelle, l'épreuve reine des vélodromes.

Sous le maillot de l'équipe de France, il a accumulé les titres mondiaux dans deux épreuves, la vitesse par équipes entre 2006 et 2015, la vitesse individuelle entre 2009 et 2015.

Il a décroché quatre médailles aux JO, trois d'argent et une de bronze, au fil de ses trois participations, à Pékin, Londres et Rio.

En 2011, ses titres en vitesse individuelle et par équipes lui ont été retirés à cause de manquements à la géolocalisation dans le règlement antidopage.

Baugé, qui a coupé son activité en compétition à deux reprises après les JO de Londres et de Rio, est ensuite revenu sur les podiums. Notamment lors des derniers Mondiaux sur piste organisés en France, quand il avait enflammé le Vélodrome national en remportant deux médailles d'or.

Voir plus

XS
SM
MD
LG