Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Crimes/enquêtes

Assassinat du président Moïse: les enquêteurs sur la piste des "auteurs intellectuels" en République dominicaine

Des agents de la police nationale haïtienne gardent l'entrée de l'ambassade des États-Unis alors que des personnes se rassemblent pour demander l'asile après l'assassinat du président Jovenel Moise, à Port-au-Prince, en Haïti, le 9 juillet 2021.

L'assassinat du président haïtien Jovenel Moïse par un commando armé le 7 juillet a été planifié depuis la République dominicaine voisine, a affirmé le chef de la police d'Haïti mercredi soir.

Sur une photo devenue virale sur les réseaux sociaux en Haïti, on peut voir deux des suspects déjà interpellés par la police haïtienne ainsi que l'ancien sénateur Joël John Joseph, objet d’un avis de recherche, participer côte-à-côte à une réunion.

L'assassinat du président Jovenal Moïse était prévisible, estime un analyste
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:37 0:00


Selon le directeur général de la police nationale, Léon Charles, ces personnes présentes sur ce cliché étaient en train de planifier l’assassinat du président Jovenel Moïse en République dominicaine.

"Ils s'étaient réunis dans un hôtel à Saint-Domingue. Autour de la table il y a les auteurs intellectuels, un groupe technique de recrutement et un groupe de financement", a déclaré M. Charles à la presse.

"Certains sur la photo ont déjà été appréhendés. C’est le cas du Dr Christian Emmanuel Sanon, (et de) James Solages. Ce dernier a effectué les coordinations avec la firme de sécurité vénézuélienne CTU, basée à Miami", a-t-il ajouté.

"Le responsable de la firme, Antonio Emmanuel Intriago Valera, est sur la photo. Il est entré plusieurs fois en Haïti pour planifier l'assassinat. Il y a aussi sur le cliché le responsable de la compagnie Worldwide Capital Lending Group, Walter Veintemilla. Nous sommes en train d’enquêter sur cette entreprise qui aurait collecté des fonds pour financer l’exécution de l’acte criminel", a en outre expliqué Léon Charles.

"Il y avait un groupe de quatre (mercenaires) qui étaient déjà présents au pays. Les autres sont entrés le 6 juin. Ils sont passés par la République dominicaine. Nous avons retracé la carte de crédit qui a été utilisée pour acheter les billets d’avion", a avancé le chef de la police.

Pour le moment, trois Colombiens ont été tués et 18 autres appréhendés par la police.

"Ce sont des anciens militaires des forces spéciales de la Colombie. Ce sont des experts, des criminels. Il s'agit d'une opération bien planifiée", a soutenu le chef de la police.

S'agissant de l'enquête en cours diligentée par l'Inspection générale de la police en Haïti, quatre responsables de la sécurité du président ont été placés en isolement et 24 agents sont frappés de mesures conservatoires, selon Léon Charles.

Haiti: Deux personnalités revendiquent le titre de Premier ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Toutes les actualités

Comores: des trafiquants, des glacières et des lingots d'or devant la justice

Un officier de police des Comores prend en photo avec son téléphone une urne détruite au bureau de vote de Hankounou, où le matériel de vote a été vandalisé à l'ouverture du vote, le 30 juillet 2018.

Devant une salle d'audience comble, le président du tribunal brandit la principale pièce à conviction: une glacière. Des proches du président Azali Assoumani ont été jugés jeudi à Moroni dans l'affaire dite "des lingots d'or", autour d'un vaste trafic entre les Comores et Madagascar.

Sur le banc des accusés, neuf suspects. Parmi eux, l'ex-directeur des aéroports comoriens, Yasser Ali Assoumani. Vêtu d'une chemise d'un blanc immaculé, il est connu pour être proche du président Assoumani, régulièrement critiqué pour ses dérives autoritaires.

Plus loin, Fardi Harifadja Abodo, un douanier à la carrure de boxeur et fils du procureur de la Cour suprême, plus haute juridiction de l'archipel de l'océan Indien, également proche du pouvoir.

Ce sont les deux principaux suspects dans l'affaire dévoilée l'an dernier.

Fin décembre, deux Comoriens et un Malgache en partance pour Dubaï sont arrêtés à l'aéroport de Moroni. 49 kg d'or en lingots sont trouvés dissimulés dans leurs bagages avant de monter dans le jet privé qui les attend sur le tarmac.

Leur arrestation permet aux enquêteurs de mettre au jour un vaste trafic entre les Comores et Madagascar: en trois mois, onze voyages entre les deux pays séparés de moins de 800 km par l'océan ont permis de transporter illégalement des quantités suspectées importantes du précieux métal.

Selon les enquêteurs, l'or partait de Madagascar à bord de banals bateaux de pêche, dissimulé dans des glacières habituellement remplies de poissons.

Propriétaire d'une vedette rapide, Fardi Harifadja Abodo est soupçonné d'avoir joué le rôle de passeur, récupérant au large des Comores la marchandise pour la ramener sur la terre ferme.

L'or devait ensuite transiter à bord d'avions privés vers des acquéreurs à l'étranger.

"Vous avez facilité le passage à l'aéroport des lingots en échange d'avantages financiers ?" interroge le président du tribunal, s'adressant à Yasser Ali Assoumani en le désignant par "directeur".

En juillet, Madagascar a suspendu la desserte Moroni-Antananarivo assurée par Air Madagascar, classant la ligne "rouge en matière de trafic".

Les neuf suspects ont tous nié en bloc. Deux Malgaches, extradés en janvier vers leur pays, sont également soupçonnés d'être impliqués.

Plus de 40.000 euros d'amendes ont été requis contre les accusés. La décision a été mise en délibéré au 27 octobre.

Procès de Félicien Kabuga à La Haye: les réactions à Kigali

Procès de Félicien Kabuga à La Haye: les réactions à Kigali
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Félicien Kabuga absent au premier jour de son procès à La Haye

Félicien Kabuga absent au premier jour de son procès à La Haye
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Moussa Dadis Camara à la barre: "comme un rêve"

Moussa Dadis Camara à la barre: "comme un rêve"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:20 0:00

Les assaillants de Djibo ont bénéficié de "complicités", selon les autorités burkinabè

Les assaillants de Djibo ont bénéficié de "complicités", selon les autorités burkinabè
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG