Liens d'accessibilité

Arrêt de la production sur trois champs pétroliers en Libye

  • VOA Afrique

Au port pétrolier de Ras Lanuf, Libye, le 11 janvier 2017.

La production de pétrole est suspendue depuis plusieurs jours sur trois champs pétroliers dans l'ouest de la Libye, après la fermeture d'oléoducs par une milice armée, a déploré mercredi la Compagnie nationale de pétrole (NOC).

La production qui était de près d'un million de barils par jour (b/j) avant le blocage, a chuté de plus de 360.000 b/j, a regretté la compagnie dans un communiqué.

Une milice armée qualifiée de "criminelle" par la NOC, a fermé ces derniers jours deux oléoducs conduisant le pétrole des champs d'al-Sharara (283.000 b/j) et d'al-Hamada (8.000 b/j) jusqu'au port et la raffinerie de Zawya, à 50 km à l'ouest de Tripoli.

La production sur le champ d'El-Feel (70.000 b/j) situé également dans l'ouest du pays a aussi été bloquée samedi dernier par le même groupe, toujours selon le communiqué de la NOC.

Par son action, cette milice locale veut protester contre la "marginalisation" de sa région et une pénurie de carburant, selon des sources locales.

La NOC a ajouté avoir déclaré l'état de force majeure sur les trois champs à l'arrêt.

Invoqué dans des circonstances exceptionnelles, l'état de "force majeure" permet une exonération de la responsabilité de la NOC en cas de non-respect des contrats de livraison de pétrole.

La production sur les champs pétroliers de l'ouest du pays est régulièrement arrêtée en raison de blocages imposés par des milices faisant office de gardes des installations pétrolières, pour réclamer des rémunérations ou pour des motivations politiques.

La Libye produisait 1,6 million de barils par jour avant la chute du régime du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011.

Depuis, le pays en plein chaos où deux autorités rivales se disputent le pouvoir, est incapable d'exploiter ou de profiter pleinement de ses énormes ressources pétrolières.

Fin 2014, des combats et des protestations avaient bloqué la majorité des champs et des terminaux pétroliers, des zones au coeur de luttes de pouvoir dans un pays qui dispose des plus grosses réserves pétrolières d'Afrique et où les exportations de brut représentent la principale ressource économique.

La fermeture des ports pétroliers a coûté plus de 130 milliards de dollars à la Libye depuis fin 2014, selon la NOC.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG