Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Finances "record" pour Apple mais moins d'iPhone vendus à Noël

Apple a publié jeudi les meilleurs résultats trimestriels de son histoire mais le géant américain a écoulé un peu moins d'iPhone pendant les fêtes 2017 que l'année précédente.

Apple a engrangé 20 milliards de dollars de bénéfices (+11% environ) entre octobre et décembre et un chiffre d'affaires de 88,3 milliards de dollars (+13%). Par action, le bénéfice ajusté, référence en Amérique du Nord s'est élevé à 3,89 dollars, au-dessus des attentes.

"Nous sommes ravis d'annoncer le meilleur trimestre de l'histoire d'Apple", a déclaré le patron Tim Cook.

Toutefois, a noté l'analyste Neil Saunders, du cabinet GlobalData Retail, il y a "des signes inquiétants" dans les chiffres dévoilés jeudi.

Ainsi, les ventes d'iPhone, moteur du groupe, ont un peu reculé. Apple en a écoulé 77,3 millions sur le trimestre, soit 1% de moins que fin 2016, de quoi inquiéter les investisseurs sur les perspectives d'un groupe dont l'essentiel des revenus provient de ces appareils.

"La différence évidente qu'il y avait auparavant entre Apple et ses concurrents s'est vraiment réduite", a ajouté M. Saunders, estimant que le groupe devrait "très rapidement" trouver une innovation de nature à relancer les ventes.

D'autant que les experts s'accordent à penser que le marché des smartphones est quasiment arrivé à saturation.

- Moins d'iPhone, mais plus chers -

Pour continuer à engranger des profits, Apple joue donc sur l'effet prix : comme ils sont de plus en plus chers, leur chiffre d'affaires a augmenté de 13% à près de 62 milliards de dollars malgré le recul en volumes. L'iPhone X est vendu à partir de 1.000 dollars aux Etats-Unis.

"Le chiffre d'affaires des iPhone va croître d'au moins 10% au deuxième trimestre" comparé à la même période de l'an dernier, a précisé Tim Cook en conférence téléphonique.

Il a aussi tenu à tuer dans l'œuf les rumeurs selon lesquelles la dernière mouture de son iPhone ne séduit pas le public, assurant que l'iPhone X avait "dépassé les attentes" du groupe.

Soucieux de montrer qu'il ne compte pas que sur les iPhone, Tim Cook a insisté sur les autres sources de revenus, les "services" (Apple Music, AppStore...) dont le chiffre d'affaires a augmenté de 18% à 8,5 milliards ou les "autres produits" (AppleWatch, AppleTV...), dont les ventes ont cru de 36% à 5,5 milliards de dollars.

Apple a aussi vendu sur la période 13,2 millions d'iPad (+1%) et 5,1 millions d'ordinateurs Mac (-5%).

Autre caillou dans la chaussure pour Apple: il a livré des prévisions de chiffre d'affaires jugées décevantes, prévoyant des revenus situés entre 60 et 62 milliards de dollars au deuxième trimestre, bien en-deçà des attentes des analystes.

La firme a lancé fin 2017 trois modèles de smartphones: outre le luxueux iPhone X, l'iPhone 8 et l'iPhone 8 Plus.

Le groupe a aussi indiqué qu'il avait désormais 285 milliards de dollars de liquidités (dont 122 milliards de dette), dont une grande partie stockée à l'étranger.

L'abaissement de la fiscalité sur ces sommes va permettre au groupe de puiser dans ces réserves pour les investir aux Etats-Unis, a expliqué le directeur financier Luca Maestri. Il prévoit d'en dire plus lors de la publication de ses résultats du deuxième trimestre.

Concernant la polémique au sujet du ralentissement volontaire de certains anciens modèles d'iPhone aux batteries vieillissantes, Tim Cook a simplement nié de nouveau les accusations d"obsolesence programmée".

Le groupe avait reconnu en décembre brider intentionnellement les performances de certains iPhone, pour éviter qu'ils ne s'éteignent de façon intempestive. Une fonctionnalité discrètement introduite il y a un an via une mise à jour qui lui vaut aujourd'hui plaintes et menaces de poursuites, soupçonné d'avoir volontairement manqué de transparence pour inciter les consommateurs à acheter de nouveaux modèles de téléphone.

Pour tenter d'atténuer la polémique, Apple a présenté ses excuses, baissé le prix de remplacement des batteries et promis une nouvelle mise à jour qui permettra de choisir si on veut ralentir ou non son appareil.

Le titre Apple, première capitalisation boursière mondiale, a fluctué dans la foulée de ces résultats, reculant avant de remonter. Vers 01H30 GMT, il gagnait 3,35% à 173,40 dollars.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Le Pentagone débloque 1 milliard de dollars pour le mur de Trump

Des spécimens du mur à construire, présentés à San Diego, en Californie, le 5 février 2019.

Le chef du Pentagone Patrick Shanahan a annoncé lundi avoir débloqué un milliard de dollars pour la construction d'une section du mur frontalier voulu par le président Donald Trump à la frontière avec le Mexique.

Le ministère de la Sécurité intérieure (DHS) a demandé au Pentagone de construire un mur de 91 km de long dans la région de El Paso (Texas), et le corps du génie de l'armée de Terre "est autorisé à se coordonner directement avec le DHS et les gardes-frontières pour entreprendre la planification et la mise en oeuvre de ce projet à hauteur d'un milliard de dollars", a indiqué le ministre de la Défense par intérim dans un communiqué.

M. Shanahan justifie cette dépense par la loi fédérale. Un paragraphe de l'article 10 du Code des Etats-Unis "autorise le ministère de la Défense à construire des routes et des barrières et à installer des éclairages pour empêcher (...) le trafic de drogue transfrontalier".

"Par conséquent, j'ai décidé d'entreprendre (...) la construction d'un mur de 91 km de long et de 5,5 m de haut, de construire et de réparer les routes et d'installer des éclairages comme requis" par le DHS, précise M. Shanahan dans ce communiqué publié à une heure tardive, quelques heures seulement avant qu'il ne s'adresse au Congrès pour défendre le projet de budget du Pentagone.

Frustré par le refus du Congrès de lui accorder le budget qu'il réclamait pour construire le mur frontalier, Donald Trump a déclenché le 15 février une procédure d'"urgence nationale" qui lui permet de contourner les parlementaires afin de débloquer plus de huit milliards de dollars de financements.

Cette mesure exceptionnelle a indigné les démocrates, mais aussi des élus de son camp, qui estiment que le républicain outrepasse les pouvoirs présidentiels et crée un dangereux précédent.

Avec AFP

Le rapport Mueller n'a pas trouvé de preuve de collusion

Le rapport Mueller n'a pas trouvé de preuve de collusion
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le président américain se dit "totalement disculpé"

Le président américain se dit "totalement disculpé"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:48 0:00

Rapport Mueller : les médias américains priés de faire leur examen de conscience

Le dôme du Capitole des États-Unis à Washington, le 26 août 2018.

Les grands médias américains, accusés par Donald Trump et ses proches de partialité dans leur couverture de l'enquête russe, étaient appelés à faire leur introspection après la publication d'extraits du rapport Mueller disculpant le président des accusations de collusion avec la Russie en 2016.

Pour certains observateurs, il est temps que les médias "admettent" avoir fait depuis deux ans une couverture inéquitable de l'affaire. Pour d'autres au contraire, les journalistes doivent continuer à creuser car le rapport n'exonère pas complètement M. Trump sur une possible "entrave à la justice".

"Désormais, une grande partie de la population ne croira plus aucune des accusations portées contre M. Trump par la presse", a estimé le rédacteur en chef du magazine Rolling Stone, Matt Taibbi.

Pour Glenn Greenwald, journaliste d'investigation au site d'information The Intercept, ce sont surtout les chaînes d'information câblées qui doivent admettre leurs erreurs de jugement.

"Faites des recherches sur chaque personnalité de MSNBC, chaque +expert+ en droit de CNN, les médias libéraux-centristes (...) et voyez si vous trouvez même un iota d'introspection, d'humilité ou d'admission d'une énorme erreur", a-t-il dit sur Twitter.

"Si les médias ne rendent pas de comptes pour ce qu'ils ont fait, ne vous plaignez plus jamais du fait que les gens les qualifient de +Fake News+" a-t-il ajouté, en utilisant l'insulte préférée du président Trump quand il parle des grands médias.

- "Des excuses" -

Depuis que les premières informations ont circulé samedi sur le contenu du rapport, le camp Trump, qui hurle depuis le début de l'affaire à la "chasse aux sorcières", crie victoire et réclame des excuses.

"Les démocrates et les médias libéraux doivent des excuses au président et au peuple américain", a lancé la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

Le fils aîné du président, Donald Jr, avait auparavant dénoncé les "théories du complot (propagées) sans arrêt" par "CNN, MSNBC, BuzzFeed et le reste des médias grand public".

Son frère, Eric, a également invité sur Twitter les grands médias à s'excuser "pour l'enfer que tout le monde a vécu depuis deux ans et plus".

Mais pour certains experts des médias, il est bien trop tôt pour juger le travail du procureur spécial Robert Mueller sur la base des quatre pages de résumé publiées par le ministre de la Justice Bill Barr.

"Je ne pense pas qu'on puisse accuser les médias d'avoir été injustes avec Donald Trump," dit Stephen Ward, ancien directeur du Centre pour l'éthique journalistique à l'Université du Wisconsin.

"Les médias se devaient de couvrir ce président agressif et défiant la Constitution", souligne-t-il, estimant que les journalistes devaient désormais tout faire pour mettre la main sur l'intégralité du rapport Mueller.

"C'est une question d'intérêt public et tous les citoyens devraient le lire", ajoute-t-il.

- "Vendre du temps d'antenne" -

Dan Kennedy, professeur de journalisme à l'Université Northeastern, estime qu'il est prématuré pour le président de se dire "exonéré" par "une enquête énorme, qui a entraîné de nombreuses mises en accusation et plaider-coupable".

Il est toutefois légitime, selon lui, qu'on s'interroge sur les nombreuses spéculations véhiculées sur les antennes de CNN ou MSNBC, deux médias régulièrement accusés de partialité par le camp Trump.

Il cite notamment l'abondante couverture d'éventuelles poursuites visant Donald Trump Jr et le gendre du président, Jared Kushner, qui n'ont pas eu lieu.

Le gros problème, selon lui, ce sont "les chaînes d'info qui doivent vendre du temps d'antenne avec des discussions et des spéculations", explique-t-il.

Mais pour Deborah Potter, ancienne journaliste de CBS, les spéculations sont normales "car il n'y a eu aucune fuite" de la part des enquêteurs. Malgré cela, "beaucoup d'organes de presse responsables ont donné la bonne impression (sur les résultats de l'enquête) ces dernières semaines", juge-t-elle.

Plus largement, c'est la confiance dans l'indépendance des médias qui doit être rétablie dans l'opinion américaine, dit Mme Potter.

"On a vu une remontée de la confiance générale dans les médias mais les divisions partisanes n'ont jamais été aussi fortes", explique-t-elle.

Le fait qu'une large majorité des électeurs républicains n'aient pas confiance dans les médias "est un problème pour la démocratie", conclut-elle.

Trump dit n’avoir «aucun problème» avec la publication complète du rapport Mueller

Trump dit n’avoir «aucun problème» avec la publication complète du rapport Mueller
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG