Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Allègement des mesures anti-Covid et vaccination des ados en Côte d’Ivoire


Des élèves dans une école à Abidjan, la capitale ivoirienne.

En Côte d’Ivoire, le port du masque et le test PCR et antigénique ne sont plus obligatoires. La vaccination est élargie aux adolescents à partir de 12 ans. Le gouvernement a décidé d’alléger des mesures dans la lutte contre la pandémie de Covid 19.

Après examen des travaux du comité d’experts, le ministère de la Santé souligne la faible circulation du virus et l’absence de cas de nouveaux variants dans le pays. Le conseil national de sécurité a été informé des dispositions prises par le gouvernement.

“Le port du masque n’est plus obligatoire sauf dans les endroits clos et lors des grands rassemblements. Les voyageurs à destination de la Côte d'Ivoire présentant la preuve d’une vaccination complète seront dispensés de test PCR, les participants aux cérémonies et spectacles présentant la preuve d’une vaccination complète seront dispensés de test antigéniques”, affirme Fidèle Sarassoro, secrétaire général du Conseil national de sécurité.

Dans la foulée, le comité de veille du ministère de la Santé a autorisé la vaccination facultative des adolescents âgés de 12 à 17 ans .

Depuis longtemps le ministère de la Santé avait prévu ça. Il fallait aller de façon graduelle. Maintenant on va intégrer les personnes qui ont 12 ans et plus. On a suffisamment les vaccins avec l’objectif de vacciner 70% de la population de Côte d'Ivoire”, précise le Professeur Joseph Bi Vroh Benie, directeur général de l’Institut national d’hygiène publique.

Il rappelle que cette vaccination étendue se situe dans la stratégie vaccinale. Au départ, celle-ci ciblait les personnes en première ligne : le personnel de santé, les forces de défense et de sécurité et les enseignants. Ensuite, elle a intégré les personnes du troisième âge et celles porteuses de maladies chroniques.

Seul le vaccin Pfiser est utilisé pour les adolescents. La vaccination est conditionnée à l’autorisation des parents. Ce qui ne déplait pas aux enfants.

“C’est bien de se faire vacciner contre le Covid 19, si tes parents disent oui , obéis”, dit Hervé Serges Amafou, lycéen de 17 ans, inscrit en seconde G2.

“C’est bien d’aller se vacciner pour se protéger contre la maladie avec l’accord de mes parents”, renchérit Traoré Mohamed, 15 ans.

L’obligation de l’accord parental soulage aussi certaines personnes qui veulent décider de la vie de leurs enfants.

“J’ai été toujours septique pour la phase expérimentale. Dieu merci, c’est avec l’accord de parents. Donc si ces derniers n’ont pas donné l’accord alors pas de vaccin”, avance Maleka Coulibaly.

Un point de vue que partage Ange Souraley Yoboué, 17 ans, élève en classe de TG1: "Effectivement en tant que mineurs , nous avons besoin de nos parents pour nous accompagner. On dit que nous sommes jeunes , nous avons la force mais les enfants peuvent être aussi atteints de Covid 19 alors il est bon de se faire vacciner accompagnés de parents.”

Certains jeunes sont sceptiques

“Je trouve pas ça mal mais j’ai un peu peur par rapport à ce que les grandes personnes disent", confie Gnaly Syntiche Querelle Gnaly, 13 ans, élève en 5e.

Du côté des parents, certains préfèrent se confier à la science.

“Sur la question de la vaccination des enfants, j’estime que pour les questions de maladie, c’est l’avis des spécialistes qui doit compter et en fonction de la dangerosité et l’ampleur de la pandémie, c’est eux qui déterminent les cibles et les conditions de la vaccination”, estime Francis André.

Par ailleurs le respect scrupuleux des gestes barrières, le dépistage systématique et la vaccination sont toujours de mise, signale le comité de veille sanitaire.

XS
SM
MD
LG