Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Afghanistan: 23 membres des forces de sécurité et 9 civils tués par les talibans

Des volontaires désinfectent des véhicules suite à la pandémie du coronavirus à Kaboul, Afghanistan, le 30 mars 2020.

Au moins 23 soldats et policiers, ainsi que 9 civils, ont été tués dans trois attaques talibanes distinctes survenues dans la nuit de dimanche à lundi en Afghanistan, ont déclaré des responsables à l'AFP.

"La nuit dernière, les combattants talibans ont lancé une attaque complexe contre une base militaire", a déclaré Khalil Asir, le porte-parole de la police de la province de Takhar (Nord) où l'attaque a eu lieu, précisant que deux policiers et 16 membres de l'armée locale avaient été tués et trois autres blessés.

Le porte-parole du gouverneur de la province a confirmé cet assaut, mais décompté 19 morts.

Neuf civils ont également été tués par les insurgés, et six autres blessés, dans la province de Balkh (Nord), ont indiqué des responsables.

"Les insurgés les harcelaient pour leur soutirer de l'argent", a expliqué Sayed Arif Iqbali, le chef de la police du district où l'incident a eu lieu. "Ils ont été tués après avoir résisté", a-t-il déploré.

Cinq policiers ont aussi été tués, et trois autres blessés, dans une attaque talibane dans la nuit de dimanche à lundi dans la province de l'Oruzgan (Sud), ont affirmé des responsables.

Les talibans ont intensifié leur offensive contre les forces afghanes à travers le pays, malgré de nombreuses demandes de cessez-le-feu de la part de responsables internationaux et afghans et l'ouverture d'un échange de prisonniers avec Kaboul.

Ces libérations sont prévues dans l'accord signé en février entre les insurgés et Washington, mais non ratifié par Kaboul, qui prévoit notamment un retrait sous 14 mois des forces étrangères d'Afghanistan en échange de garanties sécuritaires de la part des talibans.

Cet échange a cependant été ralenti par des disputes entre les deux camps, retardant l'ouverture de discussions sur l'avenir du pays.

Les rebelles ont également accusé les Etats-Unis d'enfreindre l'accord américano-taliban, présentant une liste de 33 frappes aériennes et de drones lancées par Washington et les forces afghanes, a rapporté dimanche la télévision privée TOLO News.

Toutes les actualités

Explosion de Beyrouth: entretien avec la journaliste Sunniva Rose

Explosion de Beyrouth: entretien avec la journaliste Sunniva Rose
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:04 0:00

Journée de la femme africaine: les Togolaises donnent leurs avis

Journée de la femme africaine: les Togolaises donnent leurs avis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:57 0:00

Au moins 17 morts dans un attentat à la voiture piégée en Afghanistan

Des soldats de l'Armée nationale afghane (ANA) surveillent les environs à un poste de contrôle dans la province de Logar, en Afghanistan, le 16 février 2016.

Un attentat à la voiture piégée a fait au moins 17 morts et 21 blessés jeudi soir au sud de Kaboul, la capitale afghane, selon des responsables et un soignant, quelques heures à peine avant le début d'un cessez-le-feu.

"17 morts et 21 blessés ont été amenés à notre hôpital. Il y avait des civils et des soldats parmi les victimes", a déclaré à l'AFP le docteur Sediqullah, le chef des urgences de l'hôpital de Pul-i-Alam, la capitale de la province de Logar où l'attaque a eu lieu.

"La plupart des victimes étaient des civils (...) dans un lieu bondé où les gens étaient venus faire des courses avant l'Aïd ", a précisé le porte-parole du gouverneur de Logar, Dedar Lawang.


Le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Tariq Arian, a quant à lui confirmé l'incident, mais dénombré huit morts et 30 blessés.

"J'ai vu 15 cadavres et 20 blessés emmenés à l'hôpital par la police", a pour sa part déclaré à l'AFP Jamshed Ahmad, un étudiant de 22 ans présent au moment de l'attaque.

"Cela s'est passé près du bureau du gouverneur et a fait beaucoup de bruit", a-t-il ajouté.

L'attentat n'a pour l'instant pas été revendiqué, et, selon le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid, l'incident "n'a rien à voir" avec les insurgés.

Ces derniers se sont engagés à observer une trêve de trois jours avec le gouvernement afghan qui doit commencer vendredi matin, le premier jour des fêtes de l'Aïd Al-Adha.

Ce cessez-le-feu représente une étape cruciale en vue d'une possible ouverture de pourparlers inédits entre les talibans et Kaboul, qui pourraient mettre fin à des décennies de conflit.

Une trêve ne suffit pas, les Afghans veulent une paix durable

Une trêve ne suffit pas, les Afghans veulent une paix durable
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Coronavirus: en Inde, les masques se parent de diamants

Coronavirus: en Inde, les masques se parent de diamants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:00 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG