Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

A un mois du Brexit, tensions et divisions à leur comble au Royaume-Uni

Brexit

A un peu moins d'un mois du Brexit, les tensions sont à leur comble au Royaume-Uni et des élections anticipées risquent de se tenir dans une ambiance plus délétère que jamais, comme en témoignent des échanges particulièrement agressifs au Parlement cette semaine.

Le Premier ministre Boris Johnson a été vilipendé, y compris par sa propre soeur Rachel, pour des propos incendiaires à la Chambre des Communes mercredi.

Il avait accusé les membres de l'opposition de "sabotage", de "trahison" et de "capitulation" face à l'Union européenne. "Ce Parlement agit par pur égoïsme et lâcheté politique, les députés de l'opposition ne veulent pas s'effacer et laisser le peuple se prononcer", avait-il lancé, usant d'une rhétorique populiste assumée.

Appelé à "modérer son langage" par la successeure de Jo Cox, une députée travailliste anti-Brexit assassinée à quelques jours du référendum de juin 2016, Boris Johnson a choqué les députés en affirmant que "la meilleure façon d'honorer la mémoire de Jo Cox est en réalité de rassembler ce pays en mettant en oeuvre le Brexit!"

Réfutant toute responsabilité dans la montée des tensions, M. Johnson a aussi qualifié de "foutaises" le témoignage de la députée travailliste Paula Sherriff, qui dénonçait ses propos "incendiaires" et disait avoir reçu des menaces de mort.

Jeudi, il a néanmoins appelé les "esprits à se calmer", tout en refusant de s'excuser.

- L'Eglise appelle au calme -

Pour le président de la Chambre des communes John Bercow, c'est la "pire atmosphère" jamais vue au Parlement "en 22 ans".

Même l'Eglise d'Angleterre s'en est mêlée, les 118 évêques et archevêques anglicans condamnant un langage "inacceptable".

Mais loin de jouer les conciliateurs, Dominic Cummings, conseiller spécial de Boris Johnson et grand artisan de la victoire du "Leave" lors du référendum, a remis de l'huile sur le feu jeudi soir.

A l'occasion du lancement d'un livre à Londres, M. Cummings a déclaré qu'il n'était "pas surpris que certaines personnes soient furieuses" que le Brexit ne soit toujours pas mis en oeuvre, trouvant "très bizarre" que les députés se plaignent des réactions de colère, preuve selon lui, qu'ils sont "déconnectés" du peuple.

Pour le camp pro-Leave, le plus grand danger serait de renoncer au Brexit.

Un ministre, resté anonyme, a déclaré au quotidien The Times que si un second référendum sur le Brexit était organisé et renversait le résultat du premier, le pays risquait un "violent soulèvement populaire", du type du mouvement des Gilets jaunes en France.

Dans les deux camps, les députés et leurs entourages disent craindre, eux, un nouveau drame similaire à l'assassinat de Jo Cox.

Ellie Cooper, fille de la députée travailliste Yvette Cooper, a confié sur Twitter son "effroi" lorsqu'elle lit les commentaires sur les réseaux sociaux traitant sa mère de "menteuse" et de "traîtresse". La jeune femme a aussi expliqué que sa maison avait été équipée de "panic buttons" (boutons d'alarme) et de portes blindées.

Evoquant l'assassinat de Jo Cox, elle a dit "craindre chaque jour que la même chose arrive à (sa) mère".

- Langage "passionnel" -

Une députée travailliste, Jess Phillips, a elle révélé jeudi qu'un homme avait été arrêté en essayant de fracturer la porte de sa permanence dans la circonscription de Birmingham Yardley (centre de l'Angleterre), aux cris de "fasciste".

Tandis que des élections anticipées pourraient être organisées prochainement, Boris Johnson espérant ainsi se redonner une majorité au Parlement et l'opposition s'y préparant, l'atmosphère d'une future campagne s'annonce d'ores et déjà électrique.

"Pour séduire davantage l'électorat, le gouvernement semble déterminé à attiser les antagonismes en utilisant un langage extrêmement passionnel qui ne peut que susciter la peur et la colère et alimenter les griefs contre le Parlement et la loi", a dénoncé jeudi soir l'ex-Premier ministre conservateur John Major, anti-Brexit. Adversaire déclaré de Boris Johnson, il s'exprimait devant le centre de réflexion Center for European Reform (CER).

"Tant que nous n'avons pas résolu la question du Brexit, des élections ne résoudront rien", a estimé M. Major. "Cela ne ferait que nourrir le sentiment actuel de désillusion et de désunion. Loin de guérir la nation, cela attiserait des blessures ouvertes".

Toutes les actualités

J.K. Rowling met gratuitement en ligne un conte pour les enfants confinés

L'auteure britannique J.K. Rowling, créatrice de la série de livres Harry Potter, lors du lancement du site en ligne Pottermore à Londres, le 23 juin 2011. (Reuters/Suzanne Plunkett)

Joanne Rowling, auteur de la saga à succès Harry Potter, met gratuitement en ligne, sous forme de feuilleton, un roman écrit il y a dix ans, afin de distraire les "enfants confinés".

Jusqu'au vendredi 10 juin, un ou plusieurs des 34 chapitres de "The Ickabog", du nom du personnage fantasmatique au coeur de ce conte, sont révélés chaque jour sur un site internet dédié. Il traite des "thèmes intemporels" que sont "la vérité et l'abus de pouvoir", selon J.K. Rowling.

"Ecrit pour être lu à haute voix, The Ickabog est un conte de fée qui se déroule dans un pays imaginaire et qui n'a rien à voir avec le reste du travail" de J.K. Rowling, est-il indiqué dans un communiqué, qui précise qu'il est destiné aux "enfants de 7 à 9 ans mais peut être apprécié de toute la famille". L'auteure à succès l'avait initialement écrit pour le lire à ses enfants le soir.

"L'idée de The Ickabog m'est venue alors que j'étais encore en train d'écrire Harry Potter, je voulais le publier après "la fin de la série, a confié J.K.Rowling sur son site internet. Mais la Britannique avait finalement décidé de s'éloigner de la littérature pour enfants pendant un moment, laissant le brouillon de The Ickabog prendre la poussière "au grenier pendant une décennie".

Plusieurs traductions seront aussi disponibles sous peu. Dès novembre, le conte sera disponible au format livre imprimé, livre audio ou e-book. Les bénéfices de ces ventes seront entièrement reversés à "des projets d'aide aux groupes particulièrement touchés par la pandémie".

En Grèce, des milliers de réfugiés menacés d'expulsion

Des migrants font la queue pour recevoir des désinfectants devant un hôtel utilisé comme refuge pour réfugiés, après que les autorités ont trouvé plusieurs cas du nouveau coronavirus et mis la zone en quarantaine, à Kranidi, en Grèce, le 21 avril 2020.

"Comment le gouvernement grec peut-il nous jeter à la rue?". Plus de 11.200 réfugiés doivent être expulsés à partir de lundi des logements sociaux qui leur étaient attribués à travers la Grèce, selon le ministère des Migrations.

La nouvelle législation grecque sur l'asile a réduit de six mois à un mois la période pendant laquelle les réfugiés ayant obtenu l'asile peuvent rester dans ces appartements financés par l'UE dans le cadre du programme d’hébergement ESTIA géré par le Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR).

Les premières dizaines de réfugiés avaient quitté leurs logements lundi, selon les autorités, au premier jour d'un processus d'un mois initialement prévu en avril.

Un report avait été accordé "jusqu’à fin mai en raison de l’épidémie de Covid-19", a déclaré le ministre des Migrations, Notis Mitarachi.

"Depuis dix ans, nous nous battons pour survivre. (...) Maintenant alors que notre situation s'est stabilisée, on nous demande de nouveau de tout recommencer à zéro…", dit à l'AFP Abdelkader Rahmoun.

Ce Syrien de 44 ans, sa femme et ses deux enfants doivent quitter fin juin le logement qui leur a été attribué par l'ONG grecque Nostos au Pirée, le port d'Athènes.

"Notre aide financière de 400 euros par mois nous sera aussi coupée. Si nous sommes expulsés, nous risquons de nous retrouver à la rue", dit-il.

L'ancien chauffeur de taxi se rappelle comment à Idlib, en Syrie, sa famille a déjà "changé plusieurs fois de logements pour se mettre à l’abri des bombardements" avant de rejoindre la Grèce via la Turquie.

Dans ce quartier populaire du Pirée, l'immeuble rose où vit la famille d'Abdelkader, héberge dix familles de nationalités différentes dont six doivent être évacuées courant juin.

Ses voisins, une famille irakienne de Bagdad, se trouvent dans une grande vulnérabilité avec un père en fauteuil roulant et une fillette de 5 ans handicapée ne pouvant s’alimenter ni boire seule.

"Malgré notre situation difficile, l’ONG nous a avertis que nous devrions quitter notre logement fin juin", soupire la mère de famille Asil Nadawi, qui s’occupe des quatre enfants.

"Avec mon père et ma sœur handicapés, comment le gouvernement grec peut nous jeter à la rue ? C’est cruel!", s’insurge le fils aîné, Mustafa.

- "Il faut laisser la place" -

Le gouvernement grec juge cependant cette politique nécessaire pour que les hébergements bénéficient aux plus de 32.500 demandeurs d’asile qui vivent dans des conditions sordides dans les camps des îles surpeuplés du nord de la mer Egée.

"Il est normal que ceux qui sont en Grèce depuis plus longtemps puissent laisser leur place. Il faut mettre une limite et que les réfugiés s'intègrent et trouvent un travail", a déclaré à l'AFP Manos Logothetis, secrétaire du service d'asile grec.

"Nous ferons le nécessaire pour assurer une transition douce pour ceux qui quittent leurs logements", a déclaré lundi le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas, pendant qu'une centaine de manifestants scandaient à Athènes "Non aux expulsions".

Pour le porte-parole du HCR en Grèce, Boris Cheshirkov, la décision gouvernementale est préoccupante. "Les réfugiés vont devoir quitter cette forme d’assistance sans accès efficace aux services sociaux grecs. En théorie, ils ont droit à des aides mais en réalité pour ceux qui ne parlent pas la langue, naviguer dans la bureaucratie grecque peut être extrêmement difficile".

Le gouvernement grec soutient que les réfugiés peuvent postuler au programme Helios, mis en place par l'OIM (Organisation internationale pour les migrations) qui leur permet de suivre des cours de grec et de bénéficier d'une allocation pour leur logement.

Mais ce programme est peu adapté, note Eva Giannakaki, de l’ONG Solidarity Now. "Les réfugiés sont censés trouver eux-mêmes un logement, or ils font face à des attitudes xénophobes des propriétaires, à des démarches administratives peu compréhensibles et au manque d'offre d'appartements bon marché".

Désespéré, Abdelkader a participé fin mai à plusieurs manifestations de réfugiés: "Il n’y a pas d’intégration en Grèce, même le gouvernement considère que nous ne sommes que de passage (...) la meilleure solution serait sans doute que d’autres pays européens nous ouvrent leurs portes".

Euthanasie: A 100 ans, Hélène veut mourir mais on l'en empêche

Euthanasie: A 100 ans, Hélène veut mourir mais on l'en empêche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:45 0:00

Dissolution d'une unité de police après un viol dans un commissariat en Ukraine

Policiers ukrainiens avant une opération de sécurisation près de l'aéroport de Kharkiv après l'évacuation de plus de 70 personnes de Chine en raison de l'épidémie de COVID-19, le 20 février 2020, (Photo AP/Igor Chekachkov)

Une unité de police ukrainienne a été entièrement dissoute et deux policiers interpellés après le viol d'une jeune femme dans un commissariat du centre du pays.

Selon le Bureau d'enquête national ukrainien (DBR), un policier a "torturé" dans la nuit de samedi à dimanche une femme de 26 ans, convoquée comme témoin dans un poste de police de la ville de Kagarlyk, à environ 80 kilomètres au sud de Kiev.

Un agent de police a mis un masque à gaz sur le visage de la victime, l'a menottée et a tiré avec un pistolet au dessus de sa tête, avant de la violer plusieurs fois, a précisé le DBU dans son communiqué.

Lors de la même nuit, un homme se trouvant dans le commissariat a été tabassé et menacé de viol par des policiers. Il souffre de fractures des côtes et du nez, selon la même source.

Deux membres des forces de l'ordre soupçonnés d'être impliqués dans ces crimes ont été limogés et arrêtés. L'unité dans laquelle ils travaillaient a par ailleurs été dissoute, a annoncé la police nationale dans un communiqué.

Une enquête pour "viol", "torture" et "abus de pouvoir" a été ouverte, selon la DBR. Les suspects risquent jusqu'à dix ans de prison.

"Cette histoire est pire que l'enfer", a réagi sur Facebook le député Andriï Osadtchouk, appelant le ministre de l'Intérieur, Arseni Avakov, à réagir et à punir les coupables.

Cet incident intervient alors qu'un réforme de la police ukrainienne, entamée avec l'aide des Occidentaux, piétine depuis plus de cinq ans.

En 2013, une jeune ukrainienne était morte après avoir été sauvagement battue et violée par des policiers dans le village de Vradiïvka (sud), une crime qui avait soulevé une vague d'indignation à travers le pays.

Ouverture du marché éthiopien des télécommunications

Ouverture du marché éthiopien des télécommunications
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:37 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG