Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

La force du G5 Sahel fait mieux que la Minusma avec moins de moyens selon le président mauritanien

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, à droite, avec Mohamed Ould Abdel Aziz, président de la Mauritanie, aux Nations Unies à New York, le 18 septembre 2017.

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a estimé que la force antijihadiste du G5 Sahel faisait mieux que celle de l'ONU au Mali, la Minusma, pourtant beaucoup mieux dotée.

Le président mauritanien, dont le pays abrite le secrétariat général du G5 Sahel (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Niger et Tchad) et accueillera le 6 décembre une conférence de coordination des bailleurs et partenaires de cette organisation régionale, s'est exprimé en marge d'un festival culturel à Oualata (sud-est).

"Le G5 fait avec le peu de moyens qu'il a, et avec beaucoup de promesses, alors que la Minusma a énormément de moyens et ne fait pas si bien. Si on relativise les choses, le G5 n'a pas échoué", a-t-il déclaré.

Pour le président, les Mauritaniens ne comprennent pas que "que toute la communauté internationale continue à accepter qu'on engage des milliards de dollars du côté de la Minusma, sans résultat, et que les cinq pays du G5, qui sont prêts à engager leurs forces pour combattre et sécuriser la zone, n'arrivent pas à trouver un dixième de ce qui va annuellement à la Minusma".

Il a souligné l'importance de voir les différents défis de chaque pays : "En Mauritanie, on n'a plus de terrorisme mais on a un trafic de drogue intense qui rapporte énormément à une population extrêmement pauvre et vulnérable, et qui vit de cela désormais".

Toutes les actualités

Le Conseil constitutionnel valide six candidatures à la présidentielle

Le Conseil constitutionnel valide six candidatures à la présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Geste d'unité pour la marche des Haratine

Geste d'unité pour la marche des Haratine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Marche annuelle des Haratine à Nouakchott

Marche annuelle des Haratine à Nouakchott
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Les Haratine protestent pour leurs droits en Mauritanie

Les Haratine protestent pour leurs droits en Mauritanie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Des milliers de personnes à une marche des descendants d'esclaves à Nouakchott

Les Haratine protestent pour leurs droits en Mauritanie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Des milliers de personnes dont des représentants du parti au pouvoir en Mauritanie ont participé lundi soir à Nouakchott à la marche annuelle des Haratine, les descendants d'esclaves qui dénoncent des discriminations.

Les leaders de l’opposition étaient aussi au rendez-vous pour cette sixième marche annuelle, qui vise à dénoncer la persistance de formes d'esclavage dans ce pays d'Afrique de l'Ouest.

Le mouvement représentant les Haratine, le "Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratine au sein d'une Mauritanie unie, égalitaire et réconciliée avec elle-même", étant scindé en deux courants depuis 2018, deux marches et deux meetings ont eu lieu simultanément, comme l'an dernier.

Les représentants des partis politiques, pouvoir et opposition, étaient présents aux deux manifestations auxquelles ont participé des milliers de personnes, selon un journaliste de l'AFP.

El Id ould Mohameden, un avocat qui préside le comité de direction d'une des factions du Manifeste, a estimé que la marche a envoyé un "message clair" aux candidats à la présidentielle de juin 2019: le règlement de la question haratine doit être une de leurs priorités.

"Celui qui présidera aux destinées de ce pays doit faire en sorte que les enfants des Haratine ne soient plus des marginaux par rapport à l’éducation, aux chances d’accès à la richesse et ne soient plus des laissés-pour-compte", a-t-il déclaré.

"Cette cause a réuni autour d’elle l’ensemble de la classe politique mauritanienne, tous les acteurs de la société civile, tous les militants des droits de l’homme. C'est un consensus sans précédent. Nous espérons que prochainement, ce consensus va (se traduire par) des mesures concrètes menées par les gouvernants, les responsables et acteurs de la chose publique", a-t-il ajouté.

Le dirigeant de l'autre composante du Manifeste, Mohamed Vall ould Hindeya, a appelé de son côté à une politique de discrimination positive au profit des Haratine.

"Nous voyons que tous les Mauritaniens sont autour de nous, qu’ils soient de teint clair ou qu’ils soient des négro-africains ou des haratine. Tout ce monde est réuni pour dire non à l’élimination, non à la marginalisation de la communauté haratine. Je pense que déjà c’est un progrès", a de son côté affirmé Saleck Messaoud, un militant de la cause des Haratine.

Officiellement, l'esclavage a été aboli en 1981 en Mauritanie. Mais le phénomène persiste, selon des ONG, notamment sous la forme de cession gratuite par les descendants d'esclaves d'une partie de leur récolte à leurs maîtres traditionnels, de mariage forcé d'esclaves ou même de vente.

En août 2015, la Mauritanie a adopté une nouvelle loi faisant de l'esclavage un "crime contre l'humanité", réprimé par des peines allant jusqu'à 20 ans de prison.

La population de ce pays de 4,5 millions d'habitants se compose de communautés arabo-berbère, haratine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d'ethnies subsahariennes (Peuls, Soninkés ...).

Jusqu'à 43.000 personnes en Mauritanie étaient encore réduites en esclavage en 2016, soit environ 1% de la population totale, selon un rapport d'Amnesty International publié le 22 mars, citant des estimations d'organisations spécialisées.

Voir plus

XS
SM
MD
LG