Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

A Detroit, l'église du père d'Aretha Franklin célèbre la "Reine de la Soul"

Le révérend Jesse Jackson a célébré la vie de la chanteuse Aretha Franklin à l’église de son père, New Bethel Baptist, lors d’un service le dimanche matin à Detroit, au Michigan, le 19 août 2018.

Les fidèles de l'église baptiste New Bethel de Detroit où officiait le père d'Aretha Franklin lui ont rendu un vibrant hommage dimanche, la voix puissante de la diva de la Soul résonnant dans ses murs pour célébrer son héritage.

Jesse Jackson, l'une des figures du combat pour les droits civiques, a été acclamé après avoir prononcé l'éloge funèbre de sa vieille amie, la "Reine de la Soul".

Cette église du courant protestant baptiste, située dans un quartier calme de Detroit, dans le Michigan, au nord des Etats-Unis, est devenue un lieu de mémoire pour cette immense artiste disparue jeudi à 76 ans des suites d'un cancer du pancréas.

"C'est un jour de joie et de tristesse", a déclaré le pasteur Robert Smith lors de cet office plein d'énergie, alors qu'une jeune fille vêtue d'une jupe rouge dansait au son "Dieu adoré, prend ma main", le gospel qu'Aretha Franklin avait interprété lors des obsèques de Martin Luther King.

"Nous sommes tristes car Aretha s'en est allée", a-t-il ajouté. Mais "nous sommes heureux qu'elle se soit libérée des chaînes du temps".

La chanteuse avait enregistré l'album "One Lord, One Faith, One Baptism" dans les murs de cette église et elle y distribuait aussi des repas aux fidèles et aux sans-abri à Noël et à Thanksgiving.

Ralph Godbee, ancien chef de la police de Detroit devenu pasteur, a entraîné l'assemblée dans un round d'applaudissements pour la légende de la soul.

Il a confié une anecdote qui en dit long sur la personnalité de la chanteuse américaine: un jour, Aretha Franklin lui a téléphoné pour se plaindre du mauvais traitement réservé à un de ses proches par la police, estimant que personne --peu importe son nom de famille-- ne devrait être traité ainsi.

"Ca fait quelque chose quand la reine téléphone", a-t-il raconté. "Je n'avais jamais été aussi heureux dans ma vie pour avoir été maudit par quelqu'un".

A l'extérieur de l'imposante église forgée de briques claires, des ballons, des bouquets de fleurs, des ours en peluche et des mots écrits à la main ornent la façade pour rendre hommage à la chanteuse légendaire.

"Aretha sera toujours ma reine. Rien si ce n'est respect!!", peut-on lire sur une pancarte décorée de photos de la "Reine de la Soul", tandis qu'un autre poster remercie Aretha Franklin "d'avoir rendu cette ville, ce pays et ce monde meilleurs".

Avec AFP

Toutes les actualités

Le manager de R. Kelly accusé d'avoir menacé un cinéma de fusillade pour empêcher la diffusion d'un documentaire

R. Kelly lors des Soul Train Awards 2015 à Las Vegas, le 6 novembre 2015. (AP)

Les autorités américaines ont inculpé vendredi le manager de R. Kelly pour avoir menacé de tirer dans un cinéma new-yorkais afin d'empêcher la diffusion d'un documentaire mettant le chanteur en cause pour de multiples agressions sexuelles présumées. 

Cette annonce intervient quelques jours après que l'ami et manager de R. Kelly, Donnell Russell, et deux autres complices présumés, ont été inculpés par la justice américaine pour avoir cherché à réduire au silence plusieurs femmes accusant l'ex-star du R&B d'agressions sexuelles.

Selon les nouveaux documents publiés vendredi, Russell a appelé un cinéma de Manhattan en décembre 2018, menaçant de provoquer une fusillade dans l'établissement afin d'empêcher la diffusion du documentaire à charge "Surviving R. Kelly".

Son appel avait conduit à une évacuation du cinéma, qui avait renoncé à projeter le documentaire, dans lequel des femmes accusent d'agressions sexuelles l'interprète de "I Believe I Can Fly" .

"M. Rusell a réussi, de par ses violentes menaces présumées, à arrêter une diffusion du documentaire, mais il n'est pas parvenu à réduire au silence les femmes qui apparaissent dans le film", a déclaré dans un communiqué William Sweeney, un responsable de la police fédérale américaine (FBI) à New York.

Quelques jours plus tôt, des procureurs fédéraux ont affirmé que Donnell Russell avait aussi été impliqué dans des opérations de chantage et de harcèlement afin de faire taire certaines accusatrices.

Les techniques employées incluaient l'incendie d'une voiture devant la résidence de l'une d'elles, des menaces de divulgation de photographies intimes et le versement de 500.000 dollars afin d'influencer un témoignage.

Donnell Russell fait face, pour ses menaces présumées au cinéma new-yorkais, à deux nouveaux chefs d'inculpation, chacun pouvant conduire à une peine maximale de cinq ans de prison.

Il est attendu devant un juge new-yorkais dans la journée de vendredi.

De son côté, R. Kelly fait face à des poursuites fédérales dans deux affaires distinctes -- l'une à Chicago et l'autre à New York --- liées à des accusations d'abus sexuels sur mineurs, qu'il rejette.

La sélection du jury pour son procès à New York est prévue pour le 29 septembre, mais cette date sera probablement repoussée du fait des restrictions liées à l'épidémie de Covid-19.

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions

La colère monte à New York face à la crainte des expulsions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

Rêves reportés pour les étudiants étrangers dans les écoles américaines

Rêves reportés pour les étudiants étrangers dans les écoles américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer

COVID-19: de nombreux Américains ont du mal à payer leur loyer
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Etats-Unis : Biden présente sa colistière

Etats-Unis : Biden présente sa colistière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG