Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Aretha Franklin morte à l'âge de 76 ans

Aretha Franklin lors d'un gala à New York City, le 7 novembre 2017.

La légende américaine Aretha Franklin, la "reine de la soul", est morte à l'âge de 76 ans à son domicile dans la ville de Détroit.

Reine incontestée de la soul, Aretha Franklin était l'une des plus grandes voix américaines et une figure emblématique de la communauté noire, qui a marqué des générations entières d'artistes.

Elle restera comme l'interprète inoubliable de "Respect", devenu l'un des hymnes des mouvements pour l'égalité des Noirs et des femmes dans les années 1960. Le tube composé par Otis Redding lui offrira en 1967 ses deux premiers Grammy Awards (sur 18) de sa carrière.

Reconnaissable entre mille, sa voix sensuelle et puissante couvrant quatre octaves a influencé de nombreuses divas américaines: de Whitney Houston à Beyoncé, en passant par Mariah Carey et Alicia Keys.


A l'origine, le gospel

Née le 25 mars 1942 à Memphis (Tennessee), Aretha Louise Franklin est la fille d'un prêcheur baptiste et d'une chanteuse de gospel.

La maison de Detroit (Michigan), où la famille emménage bientôt, accueille des musiciens renommés comme Mahalia Jackson mais aussi le pasteur Martin Luther King, emblème du mouvement des droits civiques. Enfant, elle apprend seule le piano et chante à l'église.

A 14 ans, elle enregistre son premier titre et sa voix, riche et puissante, est déjà celle d'une adulte. Sa carrière est lancée.

Elle signe en 1960 avec le label Columbia mais ne connaît véritablement la gloire qu'avec son premier album pour Atlantic en 1967, "I Never Loved a Man (The Way I Love You)".

Les tubes s'enchaînent: "Baby I Love You", "(You Make Me Feel) Like a Natural Woman", "Chain of Fools" et surtout "Respect", adoubée cinquième meilleure chanson de tous les temps par le magazine Rolling Stone.

"Si une chanson parle de quelque chose que j'ai vécu ou qui aurait pu m'arriver, c'est bien. Mais si elle m'est étrangère, je ne pourrais rien lui prêter. Parce que c'est ça la soul, juste vivre et réussir à se débrouiller", racontait-elle au magazine Time en 1968.

La même année, elle chante à l'enterrement de Martin Luther King, ami personnel de son père dont la mort a bouleversé l'Amérique, et à la convention du parti démocrate.

En 1972 sort "Amazing Grace", un album gospel, et les succès continuent de s'accumuler au fil des années, même si les critiques jugent sa carrière moins flamboyante.

De George Michael à Lauryn Hill

Aretha Franklin enchaîne les collaborations, avec George Michael, Elton John, Ray Charles, Whitney Houston ou encore avec la nouvelle génération de stars noires de la musique: P. Diddy, Lauryn Hill et Mary J. Blige.... On la voit à l'affiche du film "The Blues Brothers" en 1979.

Tandis que la star engrange les succès, la femme est marquée par les épreuves. "J'ai appris beaucoup de choses à la dure", avouera-t-elle.

Elle perd sa mère Barbara Franklin à 10 ans, accouche de son premier fils à 13 ans, du deuxième à 15, et les élève seule, aidée de sa grand-mère.

Ses deux mariages sont des échecs et elle connaît des problèmes d'alcoolisme. Son père, victime des balles d'un cambrioleur en 1979, tombe dans le coma et meurt plusieurs années plus tard.

La voix résiste, et Aretha continue à faire de la musique, entourée de ses quatre fils.

>> Lire aussi : La chanteuse américaine Aretha Franklin est dans un état grave

En 2005, elle reçoit du président George W. Bush la médaille de la Liberté, la plus haute distinction américaine pour un civil. En janvier 2009, elle chante pour l'investiture de Barack Obama, premier président noir des Etats-Unis, impériale sous un chapeau gris, lors d'une cérémonie chargée d'émotions.

En février 2017, malgré de graves problèmes de santé, elle annonce l'enregistrement d'un dernier album avant de mettre un terme à sa carrière en studio.

"Je me sens très très satisfaite quand je vois où ma carrière a commencé et où j'en suis à présent", déclarait-elle alors. "Mais je ne vais pas m'en aller et juste m'asseoir sans rien faire. Ce ne serait pas souhaitable non plus".

En novembre 2017, elle chantait encore au gala d'anniversaire de la fondation Elton John de lutte contre le sida à New York, mais était apparue très amaigrie.

Elle avait annulé au printemps une série de concerts, dont l'un prévu le jour de son anniversaire, pour des raisons de santé.

Réaction après son décès

Le président américain Donald Trump a rendu hommage à la chanteuse sur Twitter. "La Reine de la soul, Aretha Franklin est morte. C'était une femme formidable, avec un très superbe don de Dieu, sa voix. Elle va nous manquer!".

"Elle nous a aidés à être plus connectés les uns aux autres, plus optimistes, plus humains", ont écrit les époux Obama. "Et parfois, elle nous a aidés à danser et à oublier tout le reste."

L'ancienne candidate à la présidence, Hillary Clinton, a également partagé sa peine sur Twitter.

"Endeuillée de la perte de @ArethaFranklin qui a partagé son esprit et son talent avec le monde entier. Elle mérite non seulement notre RESPECT mais aussi notre éternelle gratitude pour avoir ouvert nos yeux, nos oreilles et nos cœurs. Repose en paix éternellement, mon amie".

La Nasa a également tweeté sur le décès de la chanteuse, annonçant qu'un astéroïde est nommé Aretha pour lui rendre hommage.

"Je suis assise et prie pour l'âme d'or merveilleuse Aretha Franklin", a tweeté Diana Ross, au sujet de celle qui incarne, comme elle, l'âge d'or de la soul des années 1960.

"Elle nous manquera", a écrit Paul McCartney sur Twitter, "mais la mémoire de sa grandeur en tant que musicienne et merveilleux être humain restera en nous à jamais."

Toutes les actualités

Amazon va investir 10 milliards dans l'internet depuis l'espace

Jeff Bezos, fondateur d'Amazon et Blue Origin, à l'occasion du JFK Space Summit, célébrant le 50e anniversaire de l'atterrissage sur la lune, à Boston, Massachusetts, États-Unis, le 19 juin 2019.

Amazon a obtenu l'approbation des autorités américaines pour déployer une constellation de plus de 3.000 satellites en orbite basse, censés fournir de l'internet à haut débit partout dans le monde.

Le géant du commerce en ligne va investir 10 milliards de dollars dans son "Project Kuiper", a-t-il fait savoir jeudi lors de la publication de très bons résultats trimestriels.

Le Project Kuiper de Jeff Bezos, patron du groupe et homme le plus riche au monde, compte 3.236 satellite. Il doit permettre d'amener de la connectivité aux zones actuellement non couvertes.

Il visera d'abord les zones blanches des Etats-Unis, puis dans le monde entier, et pourrait alimenter des réseaux sans-fils et 5G.

"Nous avons entendu tellement d'histoires récemment sur les personnes qui ne peuvent pas travailler ou étudier parce qu'ils n'ont pas d'internet fiable à la maison", a déclaré Dave Limp, vice-président d'Amazon.

"Kuiper va changer cette situation. Nos 10 milliards d'investissements vont créer des emplois et les infrastructures américaines vont nous aider à combler le fossé".

Le projet ciblera en priorité les foyers, ainsi que les écoles, hôpitaux, entreprises et d'autres organisations, et pourra rétablir les télécommunications en cas de catastrophe naturelle.

Plusieurs entreprises se sont déjà positionnés sur le créneau de l'internet depuis l'espace.

Le mastodonte SpaceX du milliardaire américain Elon Musk a déjà déployé la constellation Starlink qui compte quelque 300 satellites en orbite et ambitionne d'en lancer jusqu'à 42.000.

En Europe, le gouvernement britannique, associé au conglomérat indien Bharti, a été choisi comme repreneur de l'opérateur de satellites en faillite Oneweb, qui porte un projet similaire.

Twitter suspend le compte de l'ancien chef du Ku Klux Klan David Duke

David Duke, ancien chef du Ku Klux Klan (KKK), à Baton Rouge, en Louisiane, le 22 juillet 2016. (AP Photo/Max Becherer)

Twitter a confirmé vendredi avoir fermé le compte de l'ancien chef du Ku Klux Klan (KKK) et tenant du suprémacisme blanc David Duke pour avoir publié des contenus à caractère haineux sur le réseau social.

Selon un porte-parole de la plateforme, le compte "a été suspendu de manière permanente pour avoir enfreint à plusieurs reprises la politique en matière de conduite haineuse de Twitter".

Les messages ayant conduit à cette décision n'ont pas été divulgués.

Dans sa charte, l'entreprise indique proscrire les publications incitant à la violence contre les personnes en "se fondant sur la race, l'origine ethnique, la nationalité, la caste, l'orientation sexuelle, l'appartenance religieuse, l'âge, le handicap ou toute maladie grave".

Présent sur Twitter depuis septembre 2009, David Duke y comptait un peu plus de 53.000 abonnés.

Célèbre personnalité publique d'extrême droite, M. Duke a été le chef de file de l'organisation raciste KKK durant les années 1970 avant de prendre officiellement ses distances avec le mouvement à la fin de cette décennie.

Il demeure néanmoins défenseur de la théorie de la supériorité de la race blanche, révisionniste, et s'en prend très régulièrement aux juifs.

M. Duke, 70 ans, a accompli un mandat de député en Louisiane entre 1989 et 1992 et a passé près d'un an et demi en prison au début des années 2000 pour fraude fiscale.

Il s'était déclaré en faveur de Donald Trump lors de la primaire présidentielle républicaine de 2016, un soutien que le milliardaire avait rechigné à désavouer avant de s'y résoudre.

La chaîne YouTube de David Duke avait été supprimée fin juin lors d'une vaste opération contre des chaînes diffusant des contenus suprémacistes et racistes.

Les réseaux sociaux sont fréquemment accusés de laxisme par des organisations de défense des droits civils et des personnalités politiques au sujet de la modération de publications promouvant la haine ou la désinformation.

Facebook, qui fait l'objet des critiques les plus vives, est sous le coup d'un boycott publicitaire sans précédent, suivi par plus de 1.000 annonceurs, pour l'obliger à mieux réguler ce genre de messages.

La semaine dernière, Twitter a supprimé plus de 7.000 comptes liés à la mouvance pro-Trump "QAnon", qui répand des théories du complot en ligne.

La Floride, l'un des Etats américains les plus touchés par le coronavirus

La Floride, l'un des Etats américains les plus touchés par le coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

L'ancien président George W. Bush rend hommage à John Lewis

L'ancien président George W. Bush rend hommage à John Lewis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Craignant des fraudes, Donald Trump évoque un report de l'élection présidentielle

Craignant des fraudes, Donald Trump évoque un report de l'élection présidentielle
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG