Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

A Bassora, l'eau salée et polluée détruit tout sur son passage

Irak conflict kirkuk

Sur un lit aux urgences à Bassora, Younès Selim se tient le ventre. Intoxiqué par l'eau comme des milliers d'Irakiens dans la province méridionale côtière, il attend d'être traité par des médecins qui ne savent plus où donner de la tête.

En proie à des coliques, l'homme regarde ses compagnons d'infortune recevoir des perfusions, pour les réhydrater après de fortes diarrhées. Sa faute ? Avoir bu l'eau du robinet, l'eau minérale étant trop chère.

"Nous ne donnons que de l'eau minérale à nos trois enfants, mais ma femme et moi devons souvent boire l'eau du robinet", chuchote-t-il à l'AFP.

Depuis le 12 août, "plus de 17.000 patients ont été admis pour des diarrhées, coliques et vomissements", dit à l'AFP Ryad Abdel Amir, à la tête de la Direction de la Santé de Bassora (sud), l'une des provinces les plus peuplées du pays et la seule à avoir accès à la mer.

En onze ans, il assure n'avoir jamais vu une telle crise, doublée d'une vétusté des services publics et d'une hausse des prix.

Certes les intoxications enregistrées jusqu'ici sont bénignes et la totalité des malades rentrent chez eux, mais la situation s'aggrave, prévient-il.

Oum Haydar, vendeuse sur le marché, peine à ravitailler en eau filtrée sa famille de 30 personnes. "Mille litres coûtent 20.000 dinars (17 dollars) et une fois qu'on a tous bu et lavé les enfants, en une demi-heure, il n'y a plus rien", se lamente cette grand-mère. Il y a peu, la même quantité d'eau se vendait à 5.000 dinars.

- Estuaire "dépotoir" -

Si l'Irak manque généralement d'eau en raison de la sécheresse, Bassora concentre tous les maux: eau polluée et salée, services publics lamentables, coupures de courant et égouts à ciel ouvert, pollution atmosphérique en raison des torchères.

Confronté depuis deux mois à une contestation populaire à Bassora, le Premier ministre Haider al-Abadi explique que "depuis des décennies" le taux de salinité de l'eau grandit et la concentration en chlorine baisse. Et cette année il y a "une baisse des pluies".

L'Irak partage avec l'Iran le Chatt Al-Arab, où se jettent le Tigre et l'Euphrate. Dans cet estuaire, l'eau salée de la mer et l'eau douce des deux fleuves emblématiques ont toujours cohabité.

Mais aujourd'hui, l'eau salée a pris le dessus et remonte désormais sur 40 km au nord de Bassora. Les guerres à répétition et désormais les barrages turcs et iraniens ont eu raison de la faune aquatique et des barrières naturelles.

Et au sel, s'ajoutent les déchets charriés par les deux fleuves qui emportent les eaux usées du pays de 38 millions d'habitants.

A Bassora, les égouts se déversent dans des canaux à ciel ouvert qui finissent dans le Chatt al-Arab. A cela s'ajoute la pollution de l'industrie pétrolière, première pourvoyeuse de revenus et unique source de devises de l'Irak, et pétrochimique iranienne voisine.

"Le Chatt al-Arab est devenu un dépotoir et depuis 15 ans les stations d'épuration n'ont pas été rénovées", s'alarme Fayçal Abdallah, du Conseil gouvernemental des droits de l'Homme.

Son institution plaide pour déclarer la province "sinistrée" afin qu'elle puisse bénéficier de fonds spéciaux et de quotas d'eau douce qui lui reviennent depuis les barrages en amont.

- "Pire saison" -

"La province est censée recevoir 75 mètres cubes d'eau par seconde, mais seuls 59 m3/s y arrivent vraiment", car les provinces agricoles en amont prélèvent de l'eau, explique-t-il. Or, plus d'eau douce permettrait de repousser l'eau salée vers le Golfe.

Mais le mal est là, assure Jassem Mahmoud qui a perdu cette année l'intégralité de ses 50 millions d'alevins et est désormais criblé de dettes. "C'est la pire saison" en 25 ans. "Et sûrement la dernière année pour nous".

Plus loin, sur les bords des bassins de pisciculture, des centaines de poissons pourrissent au soleil sur une terre craquelée. D'autres flottent sur l'eau puisée dans le Tigre passant à proximité.

Kazem al-Ghilani teste avec un appareil l'eau de son bassin : "la salinité atteint 12 mg par kg d'eau. En temps normal, elle varie entre 1 et 1,5 mg", explique cet ingénieur agricole.

Alors que chaque jour des manifestants se rassemblent devant la Direction de la Santé, le dr Abdel Amir dit "gérer les résultats de la crise", tout en soutenant que "les raisons sont à chercher" ailleurs.

"On ne peut faire porter l'entière responsabilité au gouvernement actuel", rétorque le Premier ministre Abadi. La prévention et l'entretien de l'eau "relève des provinces".

Quoiqu'il en soit, le dr Abdel Amir est inquiet. L'eau salée ayant une très faible concentration en chlore et les températures plus clémentes attendues à l'automne constitueront le terreau idéal pour le développement du choléra.

Avec AFP

Toutes les actualités

L'Australie sur le pied de guerre pour faire face aux incendies

La ville de Sydney est enveloppée par une fumée provenant d'incendies dans le nord de la ville, en Australie, le 11 novembre 2019.

Des milliers de pompiers ont été déployés mardi dans l'est de l'Australie pour faire face aux incendies qui devraient s'intensifier en raison d'une combinaison de facteurs: des vents violents, des températures caniculaires et une végétation sèche.

Alors que des dizaines de feux de brousse n'étaient toujours pas maîtrisés, des températures atteignant les 40 degrés, des vents soufflant à 60 km/h sont attendus dans certaines régions de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est).

Les pompiers ont prévenu qu'une vaste région située autour de Sydney était menacée par ces conditions "hors normes".

Depuis vendredi, les incendies sur la côte est de l'Australie ont déjà fait trois morts, détruit plus de 150 habitations et contraint des milliers d'habitants à fuir.

Shane Fitzsimmons, responsable des pompiers de l'Etat de Nouvelles-Galles du Sud (sud-est), a affirmé que dans les conditions actuelles, "si un incendie se déclare et s'établit ... nous ne l'arrêterons pas".

"Nous avons déjà d'importants incendies sur la côte nord de la Nouvelle-Galles du Sud. Certains couvrent à eux seuls une superficie de plus de 100.000 hectares, soit un périmètre d'un millier de kilomètres", a-t-il ajouté.

Les vents qui soufflent d'ouest en est et la végétation qui souffre d'une intense sécheresse risquent de propager les feux de brousse en direction des foyers de population vivant sur le littoral.

A titre préventif, environ 600 écoles ont été fermées, ainsi que de nombreux parcs nationaux et, par endroits, les habitants ont été invités à envisager de quitter leurs domiciles.

La police et l'armée apportent un appui logistique aux pompiers qui ont également reçu le soutien aérien de plus de 80 appareils.

"Maintenant, il est temps de réfléchir à partir, partez tôt et allez dans un endroit sûr", a conseillé M. Fitzsimmons.

Le rallye d'Australie, dernière manche du championnat du monde des rallyes de la FIA, qui devait débuter jeudi en Nouvelle-Galles du Sud, a été annulé mardi par les organisateurs.

"Il n'est pas opportun d'organiser le rallye", a déclaré dans un communiqué Andrew Papadopoulos, le président de cet événement, invoquant notamment des raisons de sécurité.

- "Les feux sont partout" -

Dans la petite ville de Taree, au nord de Sydney, des dizaines de personnes ont trouvé refuge dans un parc d'exposition.

Caroline Watson, 59 ans, est arrivée lundi soir avec son époux et leur chien.

"Les feux sont absolument partout ", a-t-elle dit à l'AFP. "Ils ne nous ont pas demandé de partir, mais on s'est dit que ça viendrait."

Dans les Blue Mountains, à l'ouest de Sydney, Alan Gardiner, un pompier de Winmalee, a indiqué que les habitants étaient "terrifiés et à bout de forces".

La ville porte encore les stigmates de l'incendie de 2013 qui avait détruit 200 habitations et la population est parfaitement consciente du fait, qu'en raison du peu d'axes routiers dans cette zone montagneuse, ils doivent envisager de partir avant qu'il ne soit trop tard.

Mais M. Gardiner veut encore croire que "la journée sera très calme. (...) S'il y a un incendie, ce sera catastrophique".

Les autorités ne pensent pas que la ville de Sydney, qui compte plus de quatre millions d'habitants, soit menacée mais elles ont lancé une alerte sanitaire en raison de l'épais nuage de fumée toxique qui recouvre la ville.

La présence de ces nuages de fumée, liés aux incendies de la semaine dernière, a été signalée jusqu'en Nouvelle-Calédonie, à près de 1.500 kilomètres de l'autre côté de la mer.

Sue Johnson, qui vit dans le nord de Sydney, a participé à l'évacuation de chevaux qui se trouvaient dans des zones menacées aux environs de Sydney.

"J'ai emmené deux chevaux au milieu de la nuit", a-t-elle expliqué, avant de préciser qu'elle a coupé la végétation autour de sa maison.

"J'espère que rien de tout cela ne sera nécessaire, a-t-elle souligné, mais les habitants ont "peur, très peur".

De tels incendies se produisent chaque année sur l'immense île-continent pendant le printemps et l'été en Australie. Cette année, elle a été particulièrement précoce et violente. Elle pourrait être l'une des pires qu'ait connue l'Australie.

En Nouvelle-Galles du Sud, un million d'hectares ont déjà brûlé, soit déjà trois fois plus que l'an dernier.

AfroTech : Le cofondateur et PDG de Twitter au Ghana

AfroTech : Le cofondateur et PDG de Twitter au Ghana
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:01 0:00

Les Américaines dans l’armée de l’air

Les Américaines dans l’armée de l’air
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Journée des anciens combattants : le rôle des femmes

Journée des anciens combattants : le rôle des femmes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:32 0:00

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales

Situation confuse en Bolivie après la démission du président Evo Morales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG