Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Le conflit au Tigré s'exporte au sein de la diaspora éthiopienne


Des membres de la diaspora du Tigré en Amérique du Nord manifestent près du Département d'État à Washington, le mercredi 22 décembre 2021.

À des milliers de kilomètres de la guerre en Éthiopie, les fissures ethniques ont commencé à apparaître dans une église éthiopienne de l'État américain d'Ohio, où les fidèles assistent à un procès entre les administrateurs et le clergé.

Les premiers administrateurs de l'église orthodoxe éthiopienne Tewahedo Holy Trinity de Columbus ont accusé son clergé d'avoir changé la langue des cultes, passant de l'amharique, la langue nationale de l'Éthiopie, au tigrinya, la langue de la région du Tigré. Ils affirment que le clergé prend parti dans une guerre entre les dirigeants du Tigré et les Amhara, alliés du gouvernement éthiopien, qui a fait des dizaines de milliers de morts.

Le clergé de l'église de Columbus, qui compte environ 40 000 Américains d'origine éthiopienne, affirme que le tigrinya a été ajouté comme langue plutôt que de remplacer l'amharique afin de mieux toucher la congrégation. Les responsables de l'église affirment que les changements n'étaient pas de nature politique.

Une diaspora forte de 3 millions d'âmes

Les tensions au sein de l'église reflètent la façon dont la guerre en Éthiopie a alimenté les divisions entre les plus de 3 millions de membres de la diaspora.

"Le tissu social éthiopien a été déchiré", selon Tewodros Tirfe, président de l'Amhara Association of America, basée en Caroline du Nord.

La guerre a commencé il y a un peu plus d'un an, lorsqu'un différend politique entre le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed et les dirigeants du Tigré a dégénéré en violence à la suite d'une dispute sur les élections.

Le blocus du Tigré, un "enfer" et une "insulte à l'humanité" selon l'OMS
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00


Depuis, le conflit a pris de l'ampleur au point que certains Tigréens meurent de faim sous un blocus gouvernemental et que des atrocités ont été signalées de part et d'autre, les pires et les plus nombreuses à ce jour étant commises contre des civils tigréens.

Le conflit est entré dans une nouvelle phase fin décembre lorsque les forces tigréennes se sont retirées dans la région du Tigré après s'être approchées de la capitale, Addis-Abeba, mais elles sont repoussées par une offensive militaire soutenue par des drones.

De l'Ohio au Canada

De profonds désaccords sur la nature et même les faits du conflit divisent les familles, les amis et les communautés de la diaspora. Certains se considèrent comme des partisans du Tigré ou de ses dirigeants politiques, qui appartiennent à un parti appelé Front de libération du peuple tigré, ou TPLF. Ils affirment que les Tigréens sont menacés de génocide - ils sont profilés, persécutés et tués en raison de leur appartenance ethnique.

Saba Desta, qui travaille dans le domaine de l'assurance maladie à New York, craint que les gens ordinaires ne soient oubliés. Saba Desta dit qu'elle a essayé de faire sortir ses parents de la ville de Shire, dans le nord du Tigré, mais son père est malade et ne peut pas partir sans l'aide d'une infirmière.

Cinq de ses cousins ont été abattus devant leur mère par les militaires de l'Érythrée voisine, qui se sont rendus dans le Tigré aux côtés des soldats éthiopiens. Leur mère est morte peu de temps après "à cause du chagrin", dit-elle.

Tigré: Biden dit au premier ministre éthiopien sa "préoccupation"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00


D'autres Éthiopiens y voient une guerre nécessaire contre les dirigeants du Tigré, qui ont autrefois dirigé l'Éthiopie et ont été accusés de violations des droits de l'homme tout en faisant croître l'économie du pays.

L'ancienne coalition au pouvoir, dominée par des dirigeants du Tigré représentant 6 % de la nation, a nommé Abiy au poste de premier ministre en 2018, un choix largement célébré par les Éthiopiens du monde entier comme un pas vers la paix et l'unité. Abiy a transformé la coalition fédérale en un seul Parti de la prospérité, et les dirigeants tigréens se sont ensuite retirés.

De nombreux Éthiopiens estiment que les dirigeants du Tigré sont en colère parce qu'Abiy dirige en ayant à l'esprit d'autres intérêts que ceux du Tigré et qu'il cherche à centraliser le pouvoir.

"J'étais là depuis leur établissement et j'avais vu leurs plans quand j'étais très jeune, et cela n'a jamais changé", a déclaré Teferi Zemene, un organisateur syndical basé à Toronto qui a grandi en regardant le TPLF monter au pouvoir il y a trois décennies.

Des partisans du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed participent à une manifestation à Washington, vendredi 10 décembre 2021.
Des partisans du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed participent à une manifestation à Washington, vendredi 10 décembre 2021.

Zemene est récemment rentré au Canada après deux mois et demi passés en Éthiopie. Il a visité sa ville natale de Dabat, à environ 75 kilomètres de la ville de Gondar, dans le nord de l'Amhara, et a affirmé qu'elle avait été détruite par les forces du Tigré.

"Si vous voyez Dabat maintenant, vous pleureriez. Ils ont tout dévasté. Il n'y a même pas d'endroit où se reposer", a-t-il déclaré.

Zemene a déclaré avoir perdu des proches pendant la guerre et avoir ressenti "le besoin de se battre". Lui et d'autres Éthiopiens qui s'opposent aux forces du Tigré s'inquiètent du fait que la communauté internationale et même les médias étrangers soient enclins à promouvoir une intervention des États-Unis.

Un conflit complexe

La complexité de la guerre a amené certains à revoir leur position. La journaliste et militante éthiopienne-américaine Hermela Aregawi a plaidé en faveur d'un travail humanitaire pour aider le Tigré dans les premiers jours, mais a fini par prendre ses distances avec ces efforts de collecte de fonds lorsqu'elle a estimé qu'ils devenaient politiquement motivés en faveur des dirigeants tigréens.

"Je suis Tigréenne, je me soucie des Tigréens, je me soucie des Éthiopiens dans leur ensemble", a déclaré Mme Aregawi.

Negasi Beyene, biostatisticien et militant des droits de l'homme à Washington, est du même avis. Sa devise est "l'humanité avant l'ethnicité", dit-il.

Ayant grandi à Mekele, la capitale du Tigré, pendant une guerre antérieure, Negasi Beyene s'est senti obligé de choisir entre le TPLF et d'autres groupes politiques alors qu'il n'avait que 17 ans et que les jeunes de son âge étaient soit tués, soit recrutés pour combattre.

"Avec nous ou contre nous"

Il s'est finalement rangé du côté du TPLF, et soutient ce qu'il considère comme une opinion minoritaire parmi les Tigréens, à savoir que ce sont eux qui ont déclenché la guerre actuelle.

"Ma sœur, mon frère, je ne leur parle pas", dit-il. "Parce qu'ils pensent que le TPLF fait du bien... Peut-être que l'idée du TPLF - si vous n'êtes pas avec nous, vous êtes contre nous - a pénétré toute la société".

Un an après le début de la guerre, il n'y a pas de fin claire en vue. Certains soutiennent l'indépendance du Tigré, tandis que d'autres ne veulent pas voir l'Éthiopie se déchirer.

Adem Kassie Abebe, chargé de programme à l'Institut international pour la démocratie et l'assistance électorale aux Pays-Bas, a déclaré que, pour chaque camp, la colère et les griefs de longue date sont réels.

Tirfe, de l'Amhara Association of America, attribue la guerre à un système de gouvernement fédéraliste qui lie les dizaines d'ethnies du pays à la terre et au pouvoir, les dressant les unes contre les autres. Tant que l'Éthiopie aura ce système, dit-il, "il y aura une autre guerre".

XS
SM
MD
LG