Liens d'accessibilité

Tshisekedi exige "un régime particulier" après le 20 décembre


Etienne Tshisekedi, leader de la plateforme Rassemblement à Kinshasa, 27 juillet 2016.

Etienne Tshisekedi, leader de la plateforme Rassemblement à Kinshasa, 27 juillet 2016.

L’opposant Etienne Tshisekedi a, à la clôture du conclave de la plate-forme Rassemblement réunissant les ténors et la plus grande partie de l’opposition, appelé "un vrai dialogue inclusif".

"Ne vous laisser pas impressionner par les soi-disant résolutions d’un soi-disant dialogue que les kabilistes ont tenu à la cité de l’OUA. Vous devez être vigilants et mobilisés tant que le vrai dialogue ne sera pas tenu à Kinshasa", a affirmé M. Tshisekedi.

Selon le leader de l’Udps (Union pour la démocratie et le progrès social), le dialogue à venir, différent de celui qui se tient sous la facilitation d’Edem Kodjo depuis trois semaines à la Cité de l’Union africaine à Kinshasa, devra être le lieu de la gestion du pays après le 20 décembre prochain, date de la fin du mandat du président Joseph Kabila.

Il faudra mettre en place un régime particulier qui devra gérer le pays après le 20 décembre prochain, a déclaré M. Tshisekedi.

De nombreuses autres recommandations ont été formulées, notamment la réforme de la CENI, de la cours constitutionnelle et la libération des prisonniers politiques.

Carton jaune, carton rouge

"Vous vous rappellerez du 19 septembre nous avons donné un avertissement à M. Kabila. Le 19 octobre nous lui donneront la carte jaune. Carte jaune signifiant que le 19 décembre ça sera la carte rouge, ça sera l’exclusion", a soutenu M. Tshisekedi.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG