Liens d'accessibilité

Dialogue en RDC : Kodjo annonce la reprise des travaux pour vendredi

  • Eddy Isango

L'ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, facilitateur du dialogue congolais désigné par l'Union africaine, 8 juin 2005.

L'ancien Premier ministre togolais Edem Kodjo, facilitateur du dialogue congolais désigné par l'Union africaine, 8 juin 2005.

Les travaux du dialogue national suspendus depuis les manifestations violentes du 19 et 20 septembre dernier reprendront vendredi, annonce le facilitateur de ces assises, Edem Kodjo.

M. Kodjo récusé par les ténors et la grande partie de l’opposition, annonce la reprise de ces travaux alors que le dialogue national est au point mort à la suite des suspensions en cascades des plusieurs composantes.

La frange de l’opposition qui y est présente avait, après les émeutes, prolongé sa suspension pour faire le deuil mais aussi rechercher un consensus plus large après "le message transmis par les Congolais qui ont manifesté deux jours durant à Kinshasa et dans d’autres grandes villes du pays", expliquait-elle.

Conduite par Vital Kamerhe, l’opposition présente au dialogue maintient, en fait, son refus de signer le projet de l’accord final qui leur est proposé, exigeant que la date de la présidentielle y figure mais également une mention claire indiquant que le président Joseph Kabila ne se représentera à un troisième mandat comme prévu dans la Constitution.

De même, l’église catholique -évêques et comité du laïcat- soutiennent ne pas être prête à reprendre sa place aux assises de la Cité de l’Union africaine où se tiennent les travaux. La Conférence nationale parle des "fondamentaux" qui ne sont pas respectés, faisant quasiment référence aux mêmes exigences que l’opposition de M. Kamerhe.

La société civile aussi pose les mêmes conditions.

Tous ne sont pas prêts à apposer leur signature sur ce projet d’accord que même les membres de la majorité considèrent comme violant la Constitution.

Le temps de la suspension a été mis à profit pour des consultations. Les ambassadeurs accrédités en RDC se sont impliqués pour un consensus plus large.

Toutes les parties étaient consultées même le Rassemblement, plate-forme regroupant le plus nombre d’opposants sous la coupe d’Etienne Tshisekedi qui récuse M. Kodjo comme facilitateur.

Ce groupe exige un autre dialogue avec un autre facilitateur.

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG