Liens d'accessibilité

Le chef de l’agence anticorruption  limogé pour manque d’efficacité en Tanzanie


Le président John Magufuli ramasse des ordures lors d'une campagne de nettoyage collectif à l'occasion du 55e anniversaire de l'indépendance du Tanganyika, à Dar es Salaam, 9 décembre 2015.

Le président John Magufuli ramasse des ordures lors d'une campagne de nettoyage collectif à l'occasion du 55e anniversaire de l'indépendance du Tanganyika, à Dar es Salaam, 9 décembre 2015.

John Magufuli, le nouveau président tanzanien, a limogé le chef de cette agence.

Le "manque d'efficacité et irresponsabilité" est la principale raison de la décision prise dans le cadre des mesures contre les détournements et le gaspillage de fonds publics annoncées par le nouveau président.

"Le président a ce jour relevé Edward Hoseah de ses fonctions de directeur général du Bureau de prévention et de lutte contre la corruption (PCCB)", a indiqué le secrétaire-général de la présidence, Ombeni Sefue, dans un communiqué.

"Cette décision fait suite aux préoccupations du président concernant le manque d'efficacité du Bureau dans le combat contre la corruption, notamment de récents épisodes de vol et de pots-de-vin au port de Dar es Salaam", a expliqué M. Sefue.

Lors d'une visite surprise au port de la capitale économique, fin novembre, le nouveau Premier ministre Kassim Majaliwa avait constaté que 349 premiers conteneurs enregistrés à leur arrivée au port en provenance de l'étranger avaient disparu sans explication, représentant un manque à gagner de 80 milliards de shillings tanzaniens (environ 34,5 millions d'euros) de taxes pour l'Etat.

M. Magufuli avait ordonné une enquête et limogé le chef de l'administration fiscale (TRA), Rished Bade et suspendu plusieurs hauts responsables de la TRA, dont le directeur des Douanes, Tiagi Masamaki.

Il a depuis en outre limogé le secrétaire permanent (plus haut fonctionnaire) du ministère des Transports Shaaban Mwinjaka et plusieurs membres de l'Autorité portuaire.

La liste des conteneurs "disparus" s'élève désormais à plus de 2.400. Au moins huit employés de la TRA, dont M. Masamaki ont été inculpés début décembre.

Deuxième port d'Afrique de l'Est après celui de Mombasa au Kenya, le port de Dar es Salaam dessert plusieurs pays de la région, dont l'Ouganda, le Burundi, le Rwanda et l'est de la République démocratique du Congo (RDC).

Selon le communiqué publié mercredi, le président tanzanien a également suspendu quatre autres cadres du PCCB accusés d'avoir voyagé à l'étranger alors que la présidence leur en avait refusé l'autorisation.

Elu le 25 octobre, M. Magufuli a pris ses fonctions début novembre et décrété une série de mesures d'austérité et de lutte contre la corruption.

Il a notamment ordonné la suspension des voyages à l'étranger non impératifs pour les responsables gouvernementaux et exigé que les institutions publiques mettent fin aux dépenses parfois somptuaires consacrées à des dîners ou cocktails et maîtrisent mieux les frais liés à des séminaires ou conférences.

Il a également annulé les festivités annuelles de l'Indépendance - d'habitude célébrée en grande pompe en décembre - afin de consacrer les fonds ordinairement alloués à une campagne de nettoyage, pour lutter contre le choléra.

Il a également ordonné aux responsables publics de résoudre une série de problèmes, notamment des milliers de litiges fonciers, souvent rendus inextricables par des fonctionnaires corrompus.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG