Liens d'accessibilité

Des fonctionnaires limogés dans le cadre de la lutte anticorruption en Tanzanie


Le président tanzanien John Pombe Magufuli, Dar Es Salaam, 5 novembre 2015

Le président tanzanien John Pombe Magufuli, Dar Es Salaam, 5 novembre 2015

Le nouveau président tanzanien John Magufuli a limogé un haut responsable du ministère des Transports et plusieurs membres de l'Autorité portuaire, faisant une nouvelle démonstration de sa volonté de lutter contre la corruption.

Le président, élu fin octobre, a démis de ses fonctions le secrétaire permanent du ministère des Transports Shaaban Mwinjaka, a annoncé à la télévision d'Etat le Premier ministre Kassim Majaliwa.

M. Magufuli a également dissous le comité directeur de l'Autorité portuaire de Tanzanie (TPA), qui supervise le port de Dar es Salaam, deuxième port d'Afrique de l'Est après celui de Mombasa, au Kenya.

"Le gouvernement a également suspendu une dizaine de responsables de la TPA impliqués dans des vols, de la corruption et plusieurs transactions douteuses qui ont fait perdre au gouvernement des dizaines de milliards de shillings de revenus", a ajouté M. Majaliwa.

Ces annonces font suite à l'inspection surprise menée au port de Dar es Salaam par le Premier ministre le 27 novembre. Il avait constaté la disparition de conteneurs en provenance de l'étranger, sans que les taxes afférentes aient été payées.

Le directeur de l'administration fiscale du pays avait été suspendu de ses fonctions immédiatement après cette visite.

"Tous les suspects aideront la police dans leur enquête et pourront être traduits en justice", a précisé M. Majaliwa.

Depuis sa prise de fonctions, le président a multiplié les initiatives visant à combattre la corruption et le gaspillage d'argent public.

Il a ainsi décidé l'annulation des festivités annuelles de l'Indépendance - d'habitude célébrée en grande pompe en décembre - afin d'économiser de l'argent et le consacrer à une campagne de nettoyage pour lutter contre le choléra.

Il a également imposé la suspension des voyages à l'étranger non impératifs pour les responsables gouvernementaux, interdit l'achat de billets d'avion en classe affaires pour ses ministres et réclamé que les réunions du gouvernement aient lieu dans des bâtiments publics plutôt que dans de luxueux hôtels.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG