Liens d'accessibilité

Deux civils tués dans une attaque dans la région de Tombouctou au Mali


Cette photo prise le 1 juillet 2012 est tiré d'une vidéo de militant islamiste détruisant un vestige à Tombouctou.

Cette photo prise le 1 juillet 2012 est tiré d'une vidéo de militant islamiste détruisant un vestige à Tombouctou.

Deux civils ont été tués lors d'une attaque jihadiste présumée dans la région de Tombouctou, dans le nord-ouest du Mali, dans la nuit de mercredi à jeudi.

"Des 'terroristes' ont attaqué dans la nuit de mercredi à jeudi le hameau de Mankéna, situé à13 km de la localité de Léré, tuant deux civils", a déclaré à l'AFP un élu de la région sous le couvert de l'anonymat.

Selon la même source, les assaillants, "très armés", sont arrivés à pied dans le petit village vers 22H00 (locales et GMT).

"Ils ont ouvert le feu sur les populations, cassé les deux bras d'un habitant, avant de repartir", a ajouté l'élu, citant selon lui "un témoin direct" de la scène.

Selon un habitant de la localité de Léré contacté par l'AFP, citant le témoignage d'un blessé, un notable du hameau figurerait parmi les civils tués et les assaillants ont affirmé qu'ils reviendraient "pour finir le travail".

"Nous avons peur. Il faut que l'Etat malien assure notre sécurité. Nous sommes abandonnés", a lancé cette même source.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda après la déroute de l'armée face à la rébellion à dominante touareg, d'abord alliée à ces groupes qui l'ont ensuite évincée.

Ces groupes jihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés du Nord à la suite du lancement en janvier 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit.

Mais des zones entières échappent encore au contrôle des forces maliennes et étrangères, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix entre le camp gouvernemental et l'ex-rébellion, censé isoler définitivement les jihadistes.

Avec AFP

XS
SM
MD
LG