Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Yémen : les négociations de paix commencent jeudi selon l'ONU

Un petit garçon portant le drapeau des rebelles shiites Houthis a Sanaa, le 15 avril 2015.

Les négociations censées trouver une solution au conflit au Yémen doivent commencer jeudi à Koweït, a annoncé l'ONU après la décision des rebelles de se joindre aux pourparlers initialement prévus lundi.

Mercredi, les rebelles chiites Houthis ont dit avoir accepté de participer aux négociations après avoir obtenu "des assurances" de l'ONU sur le respect du cessez-le-feu entré en vigueur le 11 avril dans ce pays ravagé par plus d'un an de conflit et maintes fois violé depuis.

La délégation des rebelles et de leurs alliés, des partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh, a ensuite quitté la capitale yéménite Sanaa pour Oman avant de se rendre à Koweït, selon les autorités aéroportuaires.

Alors que la délégation du pouvoir du président Abd Rabbo Mansour Hadi, appuyé par l'Arabie saoudite, se trouve sur place depuis lundi, les rebelles, soutenus par l'Iran, avaient boudé le début des négociations en accusant la partie adverse de violations du cessez-le-feu.

"Les négociations de paix au Yémen commenceront jeudi à Koweït sous l'égide de l'ONU", a annoncé à New York le porte-parole des Nations unies Stéphane Dujarric. "Les délégations se concentreront sur l'application de la résolution 2216".

Celle-ci enjoint notamment aux Houthis de céder les territoires qu'ils ont conquis, dont la capitale Sanaa, à la faveur d'une vaste offensive lancée à partir de leur fief dans le nord en juillet 2014.

Selon les autorités koweïtiennes, les négociations devraient s'ouvrir "jeudi après-midi".

- Menaces -

Le conflit au Yémen a commencé lorsque les Houthis ont chassé le gouvernement de Sanaa en septembre 2014. Il a ensuite pris une dimension régionale en mars 2015 quand l'Arabie saoudite a formé une coalition arabo-sunnite pour enrayer l'avancée des Houthis, qu'il accuse d'être des "agents de l'Iran".

"Nous avons accepté d'aller aux négociations" après avoir obtenu "des assurances" du médiateur de l'ONU Ismaïl Ould Cheikh Ahmed sur le respect de la trêve, a dit Saleh al-Sammad, haut responsable des Houthis.

"Nous aurons le droit de suspendre notre participation si les assurances fournies ne sont pas suivies d'effet", a dit de son côté Mahdi al-Mashat, un autre chef rebelle.

A son départ de Mascate, Yasser Alawadi, secrétaire général adjoint du Congrès populaire général (CPG), le parti de M. Saleh, a prévenu qu'il n'y aurait "pas de débats sur des questions politiques tant que le cessez-le-feu n'aura pas été respecté par les agresseurs".

Mais un autre responsable du CPG, Yahia Duwaid, s'est voulu "optimiste", indiquant que l'ONU avait aidé à "surmonter plusieurs obstacles qui avaient retardé notre arrivée à Koweït".

Quant à la délégation du pouvoir, elle a menacé dans un communiqué de se retirer si les pourparlers ne commençaient pas jeudi matin. Elle a aussi accusé les Houthis de violer la trêve.

- 'De bonne foi' -

Les rebelles et leurs alliés voudraient notamment obtenir une levée des sanctions imposées contre certains de leurs dirigeants, dont M. Saleh, par le Conseil de sécurité de l'ONU, selon une source proche du dossier.

Mardi, le patron des Nations unies Ban Ki-moon avait demandé que les négociations commencent "sans plus de retard" et exhorté les participants à "dialoguer de bonne foi".

Présent à Koweït, le médiateur de l'ONU a multiplié les contacts avec les protagonistes et des représentants des cinq membres permanents du Conseil de sécurité qui, selon un diplomate occidental, ont adressé mardi un message aux rebelles les exhortant à dépêcher leurs délégués à Koweït.

Sur le terrain, les combats se poursuivent par intermittence sur certaines lignes de front après avoir tué ces dernières 24 heures 16 rebelles et 3 soldats au nord-est de Sanaa, selon un officier loyaliste.

Alors que toutes les précédentes tentatives de trêve et de pourparlers au Yémen -le dernier round de discussions a eu lieu en décembre en Suisse- ont échoué, la situation dans ce pays doit être évoquée jeudi à Ryad lors d'un sommet des dirigeants des six monarchies du Golfe avec le président américain Barack Obama.

Depuis mars 2015, la guerre au Yémen a fait 6.400 morts, pour moitié des civils, et plus de 30.500 blessés, selon l'ONU. Le conflit s'est aggravé avec l'implication croissante de groupes jihadistes comme Al-Qaïda et l'organisation Etat islamique.

(Avec AFP)

Toutes les actualités

Coronavirus: plus de 3.500 cas de coronavirus dans 44 pays, selon l'OMS

Coronavirus: plus de 3.500 cas de coronavirus dans 44 pays, selon l'OMS
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Carnet de Santé: ce qui est fait pour minimiser l’impact du coronavirus

Carnet de Santé: ce qui est fait pour minimiser l’impact du coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:15:02 0:00

Le coronavirus se propage à travers le monde, les Etats-Unis se tiennent prêts

Le président Donald Trump a désigné son vice-président, Mike Pence, pour coordonner la lutte contre le coronavirus aux Etats-Unis. Photo REUTERS/Carlos Barria 26 février 2020.

Le président Donald Trump a insisté sur le fait qu'une large propagation du nouveau coronavirus aux Etats-Unis n'était pas inévitable, alors que le virus se propage à travers le monde et que l'Arabie saoudite a suspendu l'entrée sur son territoire des pèlerins se rendant à la Mecque.

"Il y a une chance que ça s'empire, une chance que ça s'empire de façon significative", a averti le locataire de la Maison Blanche lors d'une conférence de presse mercredi soir.

"Mais rien n'est inévitable", a ajouté M. Trump qui a désigné son vice-président, Mike Pence, pour coordonner la lutte contre le coronavirus aux Etats-Unis.

Même s'ils sont relativement épargnés jusqu'ici avec 15 cas détectés, les Etats-Unis sont prêts à répondre à l'épidémie à "une échelle beaucoup plus grande", a averti M. Trump, ajoutant qu'il déciderait "en temps voulu" de nouvelles restrictions depuis et vers les zones infectées.

De son côté, l'Arabie saoudite a suspendu "temporairement" l'entrée sur son territoire des pèlerins se rendant à La Mecque, dans le but de prévenir l'arrivée de l'épidémie de Covid-19.

Le nouveau coronavirus a débarqué plus au sud, en Amérique latine, qui n'avait pas encore été touchée par l'épidémie, en y entrant par le Brésil.

Le Pakistan, pays frontalier à la fois de la Chine et de l'Iran, où les décès sont les plus nombreux, a également annoncé mercredi ses deux premiers cas. "Pas besoin de paniquer, les choses sont sous contrôle", a voulu rassurer le conseiller en santé du Premier ministre, Zafar Mirza.

En Europe, Autriche, Suisse, Norvège, Roumaine, Croatie, Macédoine du Nord et Grèce sont désormais touchées, et la France a annoncé mercredi son premier mort français qui n'avait pas voyagé dans une zone à risque.

Le Covid-19 concerne désormais, Chine mise à part, une quarantaine de nations. Mais l'épidémie semble avoir atteint un pic en Chine où le nombre de décès quotidiens continue de diminuer: les autorités ont annoncé jeudi 29 nouveaux décès en 24 heures, le nombre le plus bas depuis près d'un mois.

Le nouveau coronavirus a provoqué quelque 80.000 contaminations (dont près de 2.800 hors de Chine) et plus de 2.700 morts dans le monde, selon des statistiques communiquées mercredi par l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

- L'Italie en première ligne -

L'Italie, avec plus de 370 cas et 12 morts, apparaît de plus en plus comme une plateforme de diffusion du virus. Ce qui a conduit de nombreux pays du continent à renforcer leurs dispositifs de prévention et de confinement, et à conseiller à leurs citoyens de ne pas se rendre dans les régions italiennes touchées.

Alors que Rome a pris des mesures draconiennes, dont la mise en quarantaine de 11 villes du Nord, poumon économique du pays, les entreprises ont dû s'adapter rapidement, en développant notamment le télétravail.

"Nous avons fermé notre salle de sports et la cantine, les gens ne peuvent pas manger face à face. Les déplacements des employés sont aussi interdits, sauf autorisation expresse de la direction, ce qui a conduit à développer la vidéo-conférence", a expliqué à l'AFP le PDG d'une entreprise lombarde de robinetterie, Aldo Bonomi.

L'inquiétude est palpable aussi en dehors des entreprises. "Le problème, c'est l'économie. On voit les chiffres, cette crise est en train de mettre le pays à genoux", s'inquiète Daniele Vaccari, un jeune pâtissier de Secugnago, un petit village du Nord.

Mais d'autres profitent de la crise: masques et gels désinfectants se vendent désormais à prix d'or dans la péninsule, ce qui a conduit la police à saisir documents et données informatiques chez Amazon et eBay.

Autre effet collatéral de l'épidémie, le match de rugby du Tournoi des six nations entre l'Irlande et l'Italie, prévu le 7 mars à Dublin, a été reporté sine die en raison des risques de contagion.

- L'Afrique aussi -

L'Afrique elle non plus n'est pas épargnée: un Italien arrivé le 17 février en Algérie est devenu la deuxième personne infectée du continent, après un premier cas en Egypte.

En Corée du Sud, le nombre de contaminations a encore bondi et frôle les 1.600 cas. Le pays, qui dénombre 12 morts, est le premier foyer mondial de contamination après la Chine. Le bilan s'y élève à 1.595 personnes touchées après l'annonce de 334 nouveaux cas jeudi, dont un soldat américain. Les Etats-Unis et la Corée du Sud ont d'ailleurs reporté des exercices militaires conjoints.

En Iran, le bilan est monté à 19 morts et 139 cas, le plus lourd en dehors de la Chine. Signe de tension, 24 personnes accusées d'avoir répandu en ligne des "rumeurs alarmistes" sur la propagation du coronavirus ont été arrêtées.

L'ONG Reporters sans frontières a reproché à l'Iran "de refuser de publier le nombre exact des personnes infectées et décédées, et d'empêcher les journalistes de faire leur travail". Mercredi soir, les autorités iraniennes ont annoncé des restrictions à la libre circulation pour les personnes infectées ou soupçonnées d'être infectées.

Poutine défend la police russe accusée de violence

Le président Vladimir Poutine, au cours d'un rassemblement au stade Luzhniki, à Moscou, le 3 mars 2018.

Le président russe Vladimir Poutine a fermement défendu mercredi les forces de l'ordre, accusées d'avoir abusé de la force pour disperser les récentes manifestations de l'opposition

"C'est leur devoir. Personne ne brandit une matraque juste comme ça. Si les gens se comportent en respectant les règles, les procédures et les lois, qui brandira une matraque?", a déclaré le président russe dans une interview à l'agence de presse publique Tass.

De nombreux militants politiques se sont insurgés contre une réaction policière jugée excessive durant les manifestations d'opposition de l'été dernier à Moscou, les plus importantes qu'a connues la Russie depuis le retour de Vladimir Poutine au Kremlin en 2012.

Les critiques visaient particulièrement la Garde nationale, une force créée en 2016 relevant directement de l'autorité du président.

Plusieurs manifestants ont en revanche été condamnés à de lourdes peines de prison pour violence après avoir été arrêtés durant les manifestations non autorisées, pourtant largement pacifiques. M. Poutine a là aussi défendu ces condamnations.

"Aujourd'hui, on jette une bouteille d'eau (contre les policiers), demain une chaise et après on va saccager les voitures. C'est inadmissible!", a-t-il assuré lors de cet entretien.

Le président russe a également justifié la lourde peine infligée au blogueur Vladislav Sinitsa, condamné à cinq ans de prison pour un message sur Twitter où il appelait à des violences contre les enfants des policiers.

"Cela peut déstabiliser brutalement la situation dans le pays, on ne peut pas plaisanter avec ça!", a-t-il assuré.

Le chef de l'État a toutefois salué la mobilisation publique ayant permis la libération du journaliste Ivan Golounov, arrêté en juin dernier pour trafic de drogue, des charges qui se sont avérées avoir été inventées de toute pièce.

En janvier, la justice russe a annoncé l'arrestation de cinq ex-policiers qui avaient interpellé ce journaliste du site internet Meduza, réputé pour ses enquêtes sur la corruption.

La CEDH examine la responsabilité de l'Allemagne dans une frappe aérienne meurtrière en Afghanistan

Des agents de sécurité afghans sur un site de l'explosion d'une bombe à Kaboul, en Afghanistan, le mercredi 26 février 2020. (Photo AP / Rahmat Gul)

La formation suprême de la Cour européenne des droits de l'Homme (CEDH) s'est penchée mercredi sur la responsabilité de l'Allemagne dans une frappe aérienne meurtrière en 2009 en Afghanistan, une affaire qui avait entraîné la démission du ministre allemand de la Défense.

Saisie par un Afghan, Abdul Hanan, qui a perdu ses fils de 8 et 12 ans dans cette frappe, la CEDH avait confié cette affaire en août à sa formation suprême dont les arrêts sont définitifs.

Selon la Cour, la décision dans cette affaire, qualifiée par la chambre des députés allemands d'"un des plus graves incidents impliquant l'armée allemande depuis la Seconde Guerre mondiale", pourrait intervenir d'ici environ un an.

Menée par deux appareils américains le 4 septembre 2009, la frappe avait été ordonnée par un officier allemand, le colonel Georg Klein, sur Kunduz (nord de l'Afghanistan) après le vol par les talibans de deux camions-citernes remplis d'essence.

Elle avait fait 91 morts et 11 blessés parmi lesquels un nombre indéterminé de civils, selon le ministère allemand de la Défense. Toutefois, selon la CEDH, le nombre total des victimes n'a jamais été établi avec certitude, les différents rapports faisant état de 14 à 142 personnes tuées, essentiellement des civils.

Après cette frappe, Berlin avait tenté de minimiser l'affaire devenue très vite politique avant d'entraîner la démission du ministre de la Défense de l'époque, Franz Josef Jung, du chef d'état-major et d'un secrétaire d'Etat à la Défense.

M. Hanan, qui soutient que ces faits se sont déroulés sous la juridiction de l'Allemagne, reproche aux autorités de ce pays des carences dans l'enquête et de ne pas lui avoir offert de recours effectif après le classement sans suite de l'affaire, en avril 2010.

Les débats se sont concentrés mercredi sur la responsabilité légale de Berlin dans cette frappe, alors que le pays participait à la Force internationale d'assistance à la sécurité (FIAS) créée en vertu d'un mandat de l'Onu et dirigée par l'Otan.

En ouverture de l'audience, Almut Wittling-Vogel, chargée des droits humains au sein du gouvernement allemand, a adressé "les regrets les plus sincères du gouvernement pour les souffrance profondes" du père de famille.

Toutefois, "la région de Kunduz ne relevait pas de la juridiction de l'Allemagne au sens de l'article 1 de la Convention" européenne des droits de l'Homme, car la frappe a été menée au nom des Nations Unies, dans une région sur laquelle Berlin ne disposait pas d'un "contrôle effectif", a plaidé l'avocate de l'Allemagne, Heike Krieger.

Quant à l'enquête en Afghanistan, "la police militaire allemande ne pouvait y jouer qu'un rôle mineur: elle ne pouvait que mener des enquêtes internes, pas convoquer des témoins afghans", la FIAS ne lui conférant pas ce pouvoir, a souligné l'avocate.

Les autorités allemandes ont apporté une "réponse exhaustive" à cet épisode, pour lequel des procédures liées à l'indemnisation des victimes sont toujours en cours, a-t-elle affirmé.

A l'inverse, un des avocats de M. Hanan, Dapo Akande, a pointé la "série d'ordres contraignants" donnés par le colonel ayant mené à cette frappe.

Le colonel Georg Klein n'a pas été suspendu après la frappe et a même été promu général par la suite, a-t-il déploré, assurant que la population de cette zone restait "traumatisée".

Voir plus

XS
SM
MD
LG