Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Washington pourrait quitter un traité sur les armes nucléaires si Moscou poursuit ses "violations"

Le secrétaire américain à la Défense, Jim Mattis (C), assiste à une réunion des ministres de la Défense de l'OTAN au siège de l'OTAN à Bruxelles,

Les Etats-Unis ont laissé entendre jeudi qu'ils pourraient se retirer d'un traité sur les armes nucléaires datant de la Guerre Froide si la Russie continue de "violer" cet accord vieux de 30 ans.

L'administration américaine se plaint depuis bientôt deux ans du déploiement par Moscou du système de missiles 9M729 qui constitue, selon Washington, une violation du traité INF (Intermediate Nuclear Forces Treaty) sur les armes nucléaires de portée intermédiaire signé en 1987 par Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev.

"Cette situation est intenable et nous devons prendre des mesures face à cette violation continue de ce très important traité", a déclaré l'ambassadeur américain sur le désarmement, Robert Wood, aux journalistes à Genève.

Il a indiqué que ce sujet sera l'une des priorités lors des discussions sur le désarmement aux Nations Unies à New York la semaine prochaine.

Mais, a-t-il ajouté, "je ne sais pas combien de temps encore nous pourrons continuer à respecter nos obligations au nom de ce traité alors que la Russie le viole de façon si flagrante et publique".

Depuis les premières accusations visant le système 9M729, Moscou n'a cessé d'affirmer qu'il ne constituait pas une violation du traité. Mais M. Wood a rappelé que la Russie avait pendant longtemps nié jusqu'à l'existence de ces missiles.

Mercredi, le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg a appelé la Russie à respecter "de manière transparente et vérifiable" le traité INF.

"Nous sommes très gravement préoccupés et appelons très sérieusement la Russie à se conformer au traité INF de manière transparente et vérifiable", a déclaré M. Stoltenberg avant une réunion au siège de l'Otan à Bruxelles.

"Désormais ils ont admis l'existence des missiles et par conséquent nous leur avons demandé de répondre à nos questions. Tant qu'ils n'y répondent pas, l'hypothèse la plus plausible est qu'il s'agisse d'une violation du traité INF", a-t-il ajouté.

Ce traité, en abolissant l'usage de toute une série de missiles d'une portée variant de 500 à 5.000 km, avait mis un terme à la crise déclenchée dans les années 1980 par le déploiement des SS-20 soviétiques à têtes nucléaires ciblant les capitales occidentales.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre

Le télescope géant d'Arecibo à Porto Rico s'effondre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Covid-19: Biden, Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement

Le 21 octobre 2017, l'ancien président George W. Bush (à g.), son successeur Barack Obama et l'ancien président Bill Clinton lors d'un concert caritatif à College Station, Texas.

Le président élu Joe Biden et les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush, Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d'encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire "entièrement confiance" aux autorités sanitaires du pays, dont l'immunologue Anthony Fauci, figure scientifique très respectée aux Etats-Unis.

"Si Anthony Fauci me dit que ce vaccin est sûr et peut protéger du Covid, je n'hésiterai pas à me le faire injecter", a-t-il déclaré dans un entretien radio à SiriusXM, dont des extraits ont été partagés mercredi sur YouTube.

"Je promets que lorsqu'il sera disponible pour les personnes moins vulnérables, je me ferai vacciner. Je pourrais le faire à la télévision ou faire en sorte que ce soit filmé, afin que les gens puissent voir que je fais confiance à la science", a-t-il ajouté.

Une tribune dans le Washington Post appelait le président élu Joe Biden, 78 ans, et sa future vice-présidente Kamala Harris, 56 ans, à se faire vacciner en direct à la télévision afin de convaincre les sceptiques, nombreux aux Etats-Unis face à la vitesse de développement des vaccins contre le Covid-19.

Interrogé sur le sujet, Joe Biden a dit jeudi qu'il serait "heureux" de se faire vacciner en public dès que le Dr Fauci recommanderait de le faire.

Un représentant de George W. Bush a fait savoir à CNN que l'ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19.

"Les vaccins doivent dans un premier temps avoir été jugés sûrs et administrés aux populations prioritaires", a dit ce représentant, Freddy Ford. "Le président Bush attendra ensuite son tour et se fera volontiers vacciner devant les caméras".

Le porte-parole de Bill Clinton, Angel Urena, a également indiqué à CNN que l'ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement "si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même".

Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM): décryptage de l'expert Daniel Eizenga

Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans (GSIM): décryptage de l'expert Daniel Eizenga
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Accès aux vaccins anti-coronavirus, un problème d'équité

Accès aux vaccins anti-coronavirus, un problème d'équité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:47 0:00

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo

Le confinement fait renaitre l'amour du vélo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:33 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG