Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Amériques

Washington interdit de visa américain 77 membres du camp Maduro

Le président vénézuélien Nicolas Maduro (à gauche) prononce un discours devant son épouse, Cilia Flores, sur la campagne de signatures qu'il a lancée pour exhorter les États-Unis à mettre fin aux menaces d'intervention contre son gouvernement, sur la place Bolivar à Caracas, le 7

Les Etats-Unis ont interdit mercredi de visa américain 77 membres supplémentaires du camp du président vénézuélien Nicolas Maduro, qu'ils veulent pousser à quitter le pouvoir, a annoncé le vice-président américain Mike Pence.

"Aujourd'hui, le département d'Etat annonce que les Etats-Unis vont révoquer 77 visas, dont ceux de nombreux responsables du régime Maduro et des membres de leurs familles", a-t-il déclaré. De telles mesures avaient déjà visé plusieurs dizaines de Vénézuéliens depuis plus d'un mois, dont 49 la semaine dernière, alors que Washington tente d'augmenter la pression sur le dirigeant socialiste.

"Nous allons continuer à demander des comptes à l'ensemble du régime Maduro jusqu'à ce que la 'libertad' soit rétablie au Venezuela", a martelé le vice-président américain, en première ligne des efforts de l'administration de Donald Trump en faveur de l'opposant Juan Guaido, autoproclamé président par intérim et reconnu comme tel par les Etats-Unis et plus de 50 autres pays.

"Maduro s'accroche au pouvoir uniquement grâce à la brutalité de ses soutiens et à l'aide qu'il reçoit du régime communiste de Cuba", a-t-il insisté.

Alors que les options américaines semblent limitées tant que le dirigeant socialiste conserve l'appui de l'état-major des forces armées de son pays, la Maison Blanche avait auparavant également annoncé qu'elle sanctionnerait les "institutions financières étrangères" qui apporteraient un soutien au camp Maduro.

"Les Etats-Unis avertissent les institutions financières étrangères qu'elles encourront des sanctions si elles sont impliquées dans une aide à des transactions illégales bénéficiant à Nicolas Maduro et à son réseau corrompu", a écrit le conseiller présidentiel à la sécurité nationale, John Bolton, dans un communiqué.

"Nous ne laisserons pas Maduro voler les richesses du peuple vénézuélien", a-t-il ajouté.

Toutes les actualités

Le stade mythique du Maracana à Rio de Janeiro transformé en hôpital

Le stade mythique du Maracana à Rio de Janeiro transformé en hôpital
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Coronavirus: Le Panama et le Pérou réglementent les sorties sur la base du sexe

Bénévole du Plan de solidarité du Panama portant un masque alors qu’il livre de la nourriture aux familles à faible revenu du quartier El Chorrillo de Panama City en période de pandémie de coronavirus, 1er avril 2020. (Photo Luis Acosta/AFP)

Une moitié de la semaine, seuls les hommes peuvent sortir faire des courses. L'autre, c'est au tour des femmes. Ces deux pays d'Amérique latine disent avoir mis en place cette mesure pour combattre la pandémie de coronavirus.

Jusqu'à présent, le Panama avait fermé ses frontières, suspendu les classes, interdit l'entrée aux étrangers et mis en place un confinement obligatoire, avec des sorties limitées à deux heures par jour pour les achats essentiels. La décision, prise lundi, est entrée en vigueur mercredi. Ces nouvelles mesures doivent durer deux semaines.

Désormais, les hommes sont autorisés à quitter leur domicile pour se rendre au supermarché ou à la pharmacie le mardi, le jeudi et le samedi, tandis que les femmes peuvent le faire le lundi, le mercredi et le vendredi. Et le dimanche, personne ne sort, sans exception.

Les autorités panaméennes dénoncent le non-respect des mesures de confinement prises par les autorités depuis le 24 mars. Le "mécanisme le plus simple" à mettre en place pour réduire le nombre de personnes dans la rue était donc "d'attribuer certains jours pour circuler aux femmes et certains jours pour circuler aux hommes", a estimé le ministre de l'Intérieur Juan Pino.

La communauté des personnes transgenres dit craindre des arrestations. L'Association des hommes et femmes neufs du Panama (AHMNP), qui défend les droits de la communauté LGBT+, dénonce "l'effroi" provoqué par cette mesure.

Ces jours-ci, les barrages de police et les contrôles se sont multipliés dans les rues de la capitale panaméenne. Des vigiles contrôlent aussi l'identité des clients à l'entrée des supermarchés.

Le président péruvien Martin Vizcarra a annoncé jeudi soir une mesure identique, jusqu'à la fin du confinement prévue le 12 avril. Trois jours de sortie pour les hommes (lundi, mercredi, vendredi), trois jours également pour les femmes (mardi, jeudi, samedi) et le dimanche, aucune sortie pour personne comme au Panama.

M. Vizcarra a souligné que les militaires et policiers qui patrouillent devraient respecter les homosexuels et transsexuels.

Arrivée d’un navire-hôpital à New York

Arrivée d’un navire-hôpital à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:06 0:00

Covid-19: une patiente de New York raconte sa tourmente

Covid-19: une patiente de New York raconte sa tourmente
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:07 0:00

Rédouté par Trump, le scénario d'un référendum sur sa gestion en temps de crise prend forme

Rédouté par Trump, le scénario d'un référendum sur sa gestion en temps de crise prend forme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG