Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Course contre la montre à Maurice pour éviter une pollution à grande échelle


Des spectateurs regardent le vraquier Wakashio qui s'est échoué et dont le pétrole fuit près du parc marin de Blue Bay, dans le sud-est de l'île Maurice, le 6 août 2020. (Photo by Dev Ramkhelawon / L'Express Maurice / AFP)

Des centaines de Mauriciens se sont mobilisés pour tenter de contenir le déversement de matières toxiques s'échappant du navire Wakashio, qui a fait naufrage sur la côte sud-est de Maurice.

Selon le quotidien L'Express, des volontaires travaillent depuis quatre jours avec les moyens du bord: barrières de paille comme absorbants, bidons comme flotteurs... Même les dons de cheveux sont les bienvenus, selon le journal.

Du côté des autorités, la police mauricienne a prévu d'aborder dimanche le vraquier, échoué depuis le 25 juillet. Pour l'heure, la principale préoccupation est d'évacuer sa cargaison de 4.000 tonnes de fioul afin d'éviter une pollution à grande échelle. Déjà, la poupe du Wakashio est largement submergée.

Le Premier ministre mauricien Pravind Jugnauth a convoqué une réunion de crise.

Équipage évacué sain et sauf

La police a prévu de monter à son bord, avec le capitaine du navire - un Indien de 58 ans - afin de saisir tous les documents relatifs à sa navigation et notamment les enregistrements des communications avant le naufrage.

Les vingt membres d'équipage du vraquier avaient pu être évacués sains et saufs après son accident. Le navire, sous pavillon panaméen, est la propriété d'un armateur japonais et est opéré par une autre société japonaise, Mitsui OSK Lines.

Un porte-parole de Mitsui avait indiqué à l'AFP à Tokyo que leurs efforts pour tenter d'évacuer la cargaison par hélicoptère s'étaient heurtés au mauvais temps, qui avait aussi empêché la mise en place d'un système flottant de retenue autour du navire.

État d'urgence environnemental

La Premier ministre mauricien a déclaré un "état d'urgence environnemental" et lancé un appel à l'aide à la France, qui dispose de bases militaires dans l'île voisine de la Réunion.

Un navire de la marine française est parti samedi pour Maurice et un avion militaire aide aussi avec des équipements de lutte antipollution et des experts, selon les autorités.

Selon L'Express, "l’odeur de l’hydrocarbure a déjà commencé à causer des inconvénients". Au moins une plage est désormais interdite au public.

Une véritable course contre la montre est donc lancée.

XS
SM
MD
LG